Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13166 membres inscrits

Montréal: 30 mai 21:46:09
Paris: 31 mai 03:46:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Elégie de Celle d'ivry Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 21 oct 2016 à 11:14
Modifié:  23 oct 2016 à 05:35 par symetrico
Citer     Aller en bas de page

C'était une enfant de vingt ans
assoiffée de multiples amants.

Elle avait un chat dans sa demeure
Et elle aimait offrir des fleurs
Elle aimait s'exprimer
par des âmes dessinées

Tatouée de neuf vies, néanmoins insuffisantes pour se faire pardonner
De nuits blanches hébergée chez les meutes des rues...

Pure et joviale telle une fleur,
bienveillante et bien-odorante,
elle devient votre amante,
à qui trop vite on ouvre à vie son coeur.

Hôte de couche de psycho-fou,
Maladroite tinderienne éhontée,
Enchanteresse vénale de marabout,

Son sein lourd faisait tout pardonner.
Son goût des voyages faisait rêver.
Elle parlait de multiples dialectes!

Combien d'histoires en parallèle,
ses jambes en l'air, libres, battaient telles des ailes,
combien de one-shot en sus,
combien a-t-elle bu, oh combien d'abus?

A son corps parfait de danseuse plein de lyrisme
Et son enfantin regard mutin

S'opposait son balourd geste fumeur de cabaretière.
Dite fille facile, le moindre verre la rendant bacchante,
Dite Salope d'Ivry pour ses longues amours jumelles,
Marie-couche-toi-là s'offrant pour ses indispensables médocs,
Jamais sa dignité éhontée ne vacille d'un choc.

Notre complicité était arrivée à son paroxysme,
Il n'y avait qu'elle, il n'y avait que moi enfin

Reine du mépris et de l'humiliation,
Des mois, mois, mois et mois durant,
de la confiance de l'un abusant,
promettant l'amour en même temps au second,

sans transgression aucune pourtant,
elle découvrait la vie à pleine dents.

Tantôt dix nuits au lit avec un saltimbanque
tantôt dix en Toscane avec un autre dupe un peu branque
Méprisant et humiliant de son silence l'un lorsque la possède l'autre,
Des mois, mois, mois et mois durant,
Avec pour prétexte visites à sa rude mère

possédée par le Malin,
celui-ci lui faisait du bien,
de ses cheveux rougis de diablotin,
jusqu'aux maladies de son vagin.
Tant de vénériennes irritations,
Issues d'amours offertes à ses Pygmalions,
A-t-elle partagées, sans même par derrière?

C'était une enfant de vingt ans
assoiffée d'innombrables amants
en toute frivolité pourtant.
Une alliance perpétuelle à son doigt
symbolisant son lien soumis au Phallus droit,
Mollusque bavant ventre au sol rampant,
Jambes en l'air constamment...
C'était Celle d'Ivry.

« – Comment avez-vous pu devenir une aussi grande criminelle ?
La coupable tressaillit et ferma les yeux, comme si elle voulait échapper aux visions que ces quelques mots lui inspiraient.
Puis, tout en frémissant, elle articula avec peine :
– Les drogues, et puis… la peur de la misère. » Arthur Bernède

 
Lamoroso
Impossible d'afficher l'image
Il a vécu ce qu'il y avait à vivre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
2 octobre 2016
Dernière connexion
22 novembre 2016
  Publié: 22 oct 2016 à 11:52 Citer     Aller en bas de page

ça prend aux tripes, c'est beau et c'est chaud, la vie quoi!!!

Bravo

 
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 23 oct 2016 à 06:10 Citer     Aller en bas de page

Merci Lamoroso, pour votre lecture,
et pour ce commentaire troublant, qui m'assoit dans mon nouveau virage après tous ces slaloms.

 
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
1394 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 23 oct 2016 à 17:40 Citer     Aller en bas de page

Superbe texte, il nous prend, nous surprend par le poids des mots. Un coup de coeur.
Merci.

Cordialement

Robert.

  alweg
symetrico
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2016
Dernière connexion
25 novembre 2016
  Publié: 28 oct 2016 à 17:36 Citer     Aller en bas de page

Tant de mercis à vous de compatir...
Je ne sais si dorénavant mon âme saura s'échapper de cieux si sombres.

 
Romantica

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
18 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2016
Dernière connexion
19 février 2017
  Publié: 13 jan 2017 à 13:22 Citer     Aller en bas de page

Bonjour me voila bien en retard pour vous commentez, mille pardons d'ailleurs !

Ce poème choc dénonce la vie de pauvres jeunes filles soumis à cette basse vie. Elle ne deviennent que de simples objets dans les mains d'homme qui sans scrupule leur injectent leurs maladie vénérienne.

Mais au fond, ses jeunes femmes sont belles et ont un coeur à aimer et être aimer !

Un poème choc oui je dirais ! Mais bien écrit, il ouvre les yeux sur les maux de la société !

Mes amitiés
Romantica

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 537
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0517] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.