Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 32
Invisible : 0
Total : 33
· glycine
13285 membres inscrits

Montréal: 18 jan 17:21:21
Paris: 18 jan 23:21:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Des oiseaux dans le ciel Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
22 septembre 2020
  Publié: 6 déc 2016 à 10:50 Citer     Aller en bas de page

Des oiseaux dans le ciel



La mort présente sa note au maestro des vies,
Qui fait taire sa musique, en noyant les pensées,
Dans un abîme de fautes où s’enlacent nos regrets,
De ne savoir aimer, préférant l’utopie.

A rester dans les clous, pour mieux utiliser
Des aiguillons d’acier qui fixeront le bois
D’une dernière demeure où nous serons les rois,
Enfermés par erreur, en humains terrassés.

Des délires sans idées, d’une magie qui s’efface
Se drapant dans sa cape, amoureuse sans espoir,
Quand des talons résonnent martelant un trottoir,
Nous verrons l’infamie, toujours plus vorace.

Le balai de nos rues, glisse le long de sourires,
Des rictus affligés, volés à un passé,
Qui deviendra le sel, chassant cet immaculé,
Noirci au caniveau, écrasé de soupirs.

Les derniers sacrements, pour premiers sacripants,
Posent ce regard noir, courroucés par les ombres,
Ces images citadines, dansant dans le sombre,
Qui amènent à pleurer dans la rivière du temps.

Sur le chemin d’un soir, flirtant comme un soudard,
Quand s’envolent les rêves, offrant buée aux yeux,
Nous irons gambader, oubliant le chiffre deux,
Ignorance de chimères, thérapie d’un départ.

Et crachant sur les joues, nous verrons dans le ciel,
Des oiseaux de papier au fuselage immense,
S’esclaffant de démence devant notre silence,
Inspiré d’une enfance sans ses tartines de fiel.

Ce que nous aurions dû accepter comme chance,
N’est déjà plus, enfuie, sous des tonnes de morts,
D’une existence déçue, glorifiée de remords.
Elle s’en est allée seule, sur le chemin des sens.

Oh mon dieu, pardonne-moi et essaie d’oublier.
Ce saint péché d’orgueil, qui flatte ta vanité,
Sera ma soumission devant l’infâme bûcher,
Où je viendrai te tuer, où je viendrai me tuer.






  ODH MAD
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
117 poèmes Liste
5888 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: 6 déc 2016 à 18:00 Citer     Aller en bas de page

Est ce ainsi que les hommes vivent? Écrivait l'Aragon
Violent et sans concession.
J'ai tremblé mais j'ai aimé

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
coldasice

Correcteur


Because we are already the past
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
1049 commentaires
Membre depuis
16 juin 2012
Dernière connexion
22 septembre 2020
  Publié: 8 févr 2020 à 12:13 Citer     Aller en bas de page

Une réponse tardive de ma part
Pour un texte qui ne donne rien

  ODH MAD
ATLAS
Impossible d'afficher l'image
L'amour est ma lumière...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2019
Dernière connexion
10 novembre 2020
  Publié: 12 févr 2020 à 06:09 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup de mâturité, d'expériences au travers de cette existence qui prend fin...
Et pourtant au travers de tes mots, au travers les erreurs, au travers de la mort, tu gardes l'espoir...
Coldasice, tous les humains se font quelques fois violence car c'est par les erreurs, en échouant qu'on apprend...
Ceci est un avis tout à fait personnel...
ATLAS

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 713
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0196] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.