Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 235
Invisible : 0
Total : 235
13177 membres inscrits

Montréal: 26 août 01:51:41
Paris: 26 août 07:51:41
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Je ne sais rien faire d'autre ; Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
2 juillet
  Publié: 9 mars 2015 à 16:11
Modifié:  9 mars 2015 à 19:12 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Le type s'appelait
"à la vie à la mort",
la fille s'appelait
"sur le pouce",
ils ont eu ce gosse,
parce qu'un plus un ça commence par faire trois,
quoi qu'en pense l'arithmétique chromosomique de la logique.
et c'est de lui que je voulais vous parler ici...

il avait une photo de Dieu en survêtement,
pieds nus,
somnolant sur un canapé élimé comme la gueule d'un crooner
dans le juke-box du futur,
et Dieu enfonçait le long canon de sa limousine psychiatrique
en travers de la tempe d'une gamine
au prétexte qu'elle croyait en lui.

Ce gosse s'appelait Billy Bronx,
Cajùn Kid,
ou bien Freddy Trombine,
tout le monde l'aimait bien
mais tout le monde souffre d'amnésie
demain le constate toujours en reculant
les roses qui fanent sont bel et bien les douilles
du soleil couchant.

Le gosse a grandi
mais cela ne sera jamais suffisant,
puisque le monde qui nous hante en grandissant en même temps
ses angles morts
offre autant de lieux profanés,
que de clefs des champs.

Maintenant le gosse devenu grand malgré lui
est dans le bus 66,
penché par subconscience,
au-dessus de son 43 fillette impeccablement ciré
et une gamine d'au moins huit ans après Jésus Christ
avec son cartable gros comme ce que j'ai sur la patate,
coincé entre ses jambes,
aperçoit la crosse du revolver, dépasser du holster.
"t'es policier, monsieur ?
- euh...oui, oui, je traque les méchants, dit l'homme en réajustant les pans de sa veste, discrètement.
- vous allez les tuer ?
- pas forcément.
- mais s'ils sont vraiment méchants.
- oui, alors là je le ferais.
- je voudrais pas être méchante.
-tu ne le seras jamais.
- au revoir, monsieur le policier, c'est ici que je descends."

Puis la gamine descend,
et il regarde un peu son cerveau jouer avec le sourire,
qu'elle lui a tendu à travers la vitre,
d'un lieu qui s'échappe en mourant, à cause du coin de la rue.

Enfin,
il ouvre la porte de ce qui est chez lui,
enlève sa veste,
pose l'arme sur le bord de l'évier,
asperge son visage d'eau fraîche
et la sensation le laisse un peu perplexe.

il ne sort pas sa carte de police, il n'est pas policier.
C'est juste un ticket de caisse.
La somme qu'il vient de dépenser.
Pour un "Gzeg 22" et une boite de cartouches,
dont il en extrait une,
pour la glisser dans le barillet noir comme une nuit gantée
et il s'allonge sur le sol,
avec un verre de vin,
en regardant le ventilateur tourner à faible allure,
brassant de l'air hanté.

C'est à minuit quarante, heure du légiste,
qu'il va en braquant l'arme sur lui,
enfin tirer.

Et comme je vous l'ai déjà dit,
je ne sais rien faire d'autre pour lui,
que vous en parler.

 
Fleur de jasmin Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
361 commentaires
Membre depuis
28 juillet 2010
Dernière connexion
17 mars
  Publié: 9 mars 2015 à 16:38 Citer     Aller en bas de page

Toujours un plaisir de vous lire ...

  témoin du bonheur calme
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
1054 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
2 juillet
  Publié: 9 mars 2015 à 16:46 Citer     Aller en bas de page

je ne boude pas votre plaisir.

jerôme

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 512
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0213] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.