Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 71
Invisible : 0
Total : 71
13267 membres inscrits

Montréal: 19 oct 20:56:12
Paris: 20 oct 02:56:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Peter Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
4707 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 avr 2017 à 04:06
Modifié:  19 avr 2017 à 07:46 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 

Peter

à Peter R. , parti pour toujours le 14 avril 2017


Un rai de lumière
sous la porte
comme un jour plat
de ceux que tu ne veux plus voir
éblouissant de l’ordinaire pesant

Jour d’un matin scélérat
où tes pieds seraient trois
plutôt que deux tes yeux
car tu veux être debout
plus que voyant

Tes poumons se noient de l’air absent
tu éponges la mort
tu la bois
On te retient
Dans la trachée un tube
Tu n’en veux plus
Il broie tes paroles

Les mots ultimes ce matin
Je vais mourir aujourd’hui
Je veux rentrer chez moi


Ta force n’était plus celle
que l’on entend

Ton corps voit l’abandon
Il lui faut une écluse pour passer le temps
À la lisière de l’absence
tu n’appelles que la nuit

Tu ruisselles de cette pâte épaisse
qu’est l’envie de partir
la tête courbée
dormir sous les jonquilles d’avril

Là est le tout
sous l’écaille des pierres
sous les brassées d’oubli
où tu giras * bientôt

Enfin tu auras heurté
de tout ton corps
et sans bruit
la délivrance où la vie dit Assez !
roulant et doublant
Sud et Nord confondus
lorsque ton soc aura raclé
sans fureur
le nid éternel de ton âme


* giras, voudrait être un rétablissement du futur ancien de gésir, et tant pis s’il y a homophonie avec le futur du verbe girer.


 

  La vie commence à chaque instant.
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
149 poèmes Liste
4185 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 19 avr 2017 à 07:36 Citer     Aller en bas de page

Bonjour JB,
Pas de commentaire mais une grande et impérieuse envie de m'incliner.
jlouis

  Poésie, la vie entière
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5084 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 avr 2017 à 09:06 Citer     Aller en bas de page

Je rejoins tout simplement Jean louis


Yvon

  YD
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
4707 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 avr 2017 à 09:27
Modifié:  19 avr 2017 à 09:28 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

@ ODIN, Jean-Louis, Y.D , je vous remercie.

Peter était un de mes oncles. Allemand, grand rigolard, toujours à l'écoute, amoureux fou de musique, d'une grande intelligence, toujours prêt à aider les autres... son départ crée un grand vide.

À 91 ans, il avait encore toute sa tête. Il y a quelques jours encore, il m'avait cité (en Allemand) un passage du journal de Montaigne, qu'il avait lu il y a 50 ans... Hélas son cœur et ses poumons n'en pouvaient plus.

Requiescat in pace care Petre !

  La vie commence à chaque instant.
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
3443 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 19 avr 2017 à 10:47
Modifié:  19 avr 2017 à 10:48 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Citation de In Poésie
@ ODIN, Jean-Louis, Y.D , je vous remercie.

Peter était un de mes oncles. Allemand, grand rigolard, toujours à l'écoute, amoureux fou de musique, d'une grande intelligence, toujours prêt à aider les autres... son départ crée un grand vide.

À 91 ans, il avait encore toute sa tête. Il y a quelques jours encore, il m'avait cité (en Allemand) un passage du journal de Montaigne, qu'il avait lu il y a 50 ans... Hélas son cœur et ses poumons n'en pouvaient plus.

Requiescat in pace care Petre !



Bonjour JB,

un poème bouleversant...

J'en suis très ému.

Une pensée pour le départ de Peter vers une contrée voisine... Le ciel, l'au-delà ; comme on voudra suivant la perception que l'on a de la mort...

Bravo pour ce poème émouvant que vous lui avez consacré.

Amitiés

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15666 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 avr 2017 à 11:12 Citer     Aller en bas de page

emouvant
et subliment
ecris

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
206 poèmes Liste
11345 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 avr 2017 à 14:43 Citer     Aller en bas de page

Bel hommage ...

  ISABELLE
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
22 mai
  Publié: 20 avr 2017 à 17:52 Citer     Aller en bas de page

Parfois, il existe un moment où le corps comme l'esprit ne supporte plus cette vie et seule la camarde peut délivrer de ce fardeau devenu trop lourd... Je suis heureuse que votre oncle semble avoir profité de cette vie ....
Vos mots sont justes magnifiques...

Avec mon amitié
V

 
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
3647 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 21 avr 2017 à 01:14 Citer     Aller en bas de page

Bonjour In poésie,
bel hommage pour cet oncle qui semble avoir eu une belle vie. Ton poème est délicatement émouvant !
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
4707 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 22 avr 2017 à 19:59 Citer     Aller en bas de page

@ Le Poète Masqué, mido ben, Maschoune, Varh et Pichardin, merci d'être passés et pour vos messages de sympathie.

Je ne veux plus commenter ce poème.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Huslium

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
2826 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2006
Dernière connexion
30 janvier
  Publié: 20 mai 2017 à 13:04 Citer     Aller en bas de page

Tes poumons se noient de l’air absent

À la lisière de l’absence
tu n’appelles que la nuit



Quelle puissance... C'est un poème venu de loin.

En tout cas, mes condoléances...

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
4707 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 20 mai 2017 à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Merci Huslium

  La vie commence à chaque instant.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17762 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 24 juin 2017 à 10:54 Citer     Aller en bas de page

un hommage très grand tout simplement comme l'est ton coeur ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
4707 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 26 juin 2017 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

Merci Vinie. Touché. Coulé !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 676
Réponses: 13
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0353] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.