Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 32
· ori
13169 membres inscrits

Montréal: 22 août 18:50:48
Paris: 23 août 00:50:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Mutations Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 août
  Publié: 12 juil 2017 à 17:05
Modifié:  15 juil 2017 à 16:17 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Photo personnelle




Nom du site



Ce soir, nue

enveloppée dans l'étreinte chaleureuse

d'un nouvel été

j'arrête mes battements pour entendre

si le long des murs fatigués

et de leurs fissures

il y a , comme moi

une, deux personnes qui aimeraient

chanter la vie, la célébrer et s'enivrer

juste de vent, de quelque cicale

ou des étoiles qui observent distraites.


Le temps...

il a fait son grand miracle

en nous offrant la belle saison

et d'autres appels à la méditation !


Mes oreilles en attente ...

je n'entends plus le chuchoter des parents âgés

sur les marches chaudes devant la maison

les voix des jeunes sont disparues.

Où sont les bruits de plus petits ?


C'est la colère des chiens qui abonde

et ce sont maintes les portes serrées

bouches fermées par l'abandon.


Dans les villages de la Vallée

prospèrent, inutiles

de nouvelles banques de solitude.

Un autre été ...

sans les liens d'un temps qui fut
,
sans les précieuses complicités.


Sans combattre, sans discussions

nous avons fait la révolution

nous avons détruit le tissu mince

de notre tradition.



  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
13 février
  Publié: 12 juil 2017 à 17:53
Modifié:  12 juil 2017 à 17:55 par Varh
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Galatea,

La photo associée à ton texte est terrible... Elle donne beaucoup plus de profondeur qu'une simple mélancolie passagère. Une destruction presque irrémédiable. Mais en choisissant aussi cette photo de feu destructeur, je pense aussi feu au salvateur... Celui qui en une nuit anéanti une forêt mais bientôt la nature reprend ses droits sur un nouveau sol et voit bientôt la renaissance des plantes précédentes mais aussi des essences nouvelles ...
Un jour, ces villages renaîtront quand l'homme aura fini d'étouffer dans les villes ... il reprendra alors les anciennes traditions ou en créera de contemporaines.... Mais à l'instant de ce post tu as évidemment raison.

Très beau texte Galatea merci du partage



Ma sincère amitié
V

 
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
255 poèmes Liste
3706 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
19 août
  Publié: 12 juil 2017 à 19:40 Citer     Aller en bas de page

En effet c'est un très beau texte

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
301 poèmes Liste
2577 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
16 août
  Publié: 13 juil 2017 à 01:25 Citer     Aller en bas de page

Le sens aussi puissant que l'écrit
Et des images du passé qui fusionnent avec ĺa nostalgie de ces moments révolus !
Comme le dit V , un jour ( je l'espère , ils reviendront).
Un écrit qui de toute façon nous fait partir , en images, en émotions, en te lisant chère Lilia ( c' est beau)


marché

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Brin d'harmonie

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
473 commentaires
Membre depuis
15 juin 2017
Dernière connexion
16 août
  Publié: 13 juil 2017 à 05:53 Citer     Aller en bas de page

Une nostalgie que j'ai aimé ressentir, merci.

 
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1734 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 juil 2017 à 06:28 Citer     Aller en bas de page

bonjour Lilia, c'est très beau et poignant,

  Critiques acceptées
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 13 juil 2017 à 09:08 Citer     Aller en bas de page

Bonjour très chère amie,


Ce soir, nue

enveloppée dans l'étreinte chaleureuse

d'un nouvel été

j'arrête mes battements pour entendre

si le long des murs fatigués

et de leurs fissures

il y a , comme moi

une, deux personnes qui aimeraient

chanter la vie, la célébrer et s'enivrer

....


Dans les villages de la Vallée

prospèrent, inutiles

de nouvelles banques de solitude.

Un autre été ...

sans les liens d'un temps qui fut
,
sans les précieuses complicitées.

Sans combattre, sans discussions

nous avons fait la révolution

nous avons détruit le tissu mince

de notre tradition.



Merci à toi, Lilia, de partager la beauté et la sensibilité de ton âme qui jaillissent de ce poème sublime.
Toujours en alerte votre conscience humaniste dessine par petites touches le grand vide relationnel qui caractérise notre société égotiste.
Je te confesse que ce poème superbe me donne envie de renouer avec l'écriture...
Bien à toi très chère Poète.
Etienne

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15537 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 juil 2017 à 11:18 Citer     Aller en bas de page

un texte magnifique

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 août
  Publié: 13 juil 2017 à 11:21 Citer     Aller en bas de page

Citation de Varh
Bonsoir Galatea,

La photo associée à ton texte est terrible... Elle donne beaucoup plus de profondeur qu'une simple mélancolie passagère. Une destruction presque irrémédiable. Mais en choisissant aussi cette photo de feu destructeur, je pense aussi feu au salvateur... Celui qui en une nuit anéanti une forêt mais bientôt la nature reprend ses droits sur un nouveau sol et voit bientôt la renaissance des plantes précédentes mais aussi des essences nouvelles ...
Un jour, ces villages renaîtront quand l'homme aura fini d'étouffer dans les villes ... il reprendra alors les anciennes traditions ou en créera de contemporaines.... Mais à l'instant de ce post tu as évidemment raison.

Très beau texte Galatea merci du partage



Ma sincère amitié
V



Valérie, la photo est d'il y a deux jours.
Un autre signe d'une disaffection d'une indifference.
Chez moi on ne voit pas de pauvres et pourtant existe une vrai misère.
Nos jeunes vont eternellement à lìuniversité, vont en vacances , prennent l'apericena (sorte dìapéritif glamour et de nince diner ), boivent la vodka dans les bars chics, sortent le soir.
Ils n'ont plus de liens sur lesquels créer une famille, imaginer d'avoir d'enfants...
Les classes dans les écoles dispairassent,
Toutes les routes semblent méner ...à Londres.

Je ne sais pas ce que va arriver dans dix ans, vingt ans.
Je sais ce que je veux faire moi et d'autres qui observent cetté réalitè avec une grande peine.
On verra.


Je t'embrasse.
Merci pour me lire avec toute ton empathie et ta sympatie.



lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
448 poèmes Liste
21887 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 juil 2017 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

Un texte qui me fait souffrir à moi aussi.
On retrouve cela en Corse, sur le continent, dans des villages qui semblent mourir à petit feu.
Merci GALA, c'est un écrit terriblement émouvant.
Bises amicales ODE 31 - 17
Un coup de coeur

  OM
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17688 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
22 août
  Publié: 15 juil 2017 à 16:20 Citer     Aller en bas de page

Beaucoup d'émotion à la lecture de ton texte

C'est sans doute cette Corse qui palpite encore en moi et qui a ressenti si loin tes mots ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
baguette

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
256 commentaires
Membre depuis
26 août 2016
Dernière connexion
8 août
  Publié: 27 juil 2017 à 05:18 Citer     Aller en bas de page

Très beau et douloureux
et pourtant les jours passent si vite,mais si vides !

Merci Lilia.

Bien affectueusement.

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1015 poèmes Liste
16386 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
1er août
  Publié: 11 août 2017 à 05:55 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

je trouve une très grande pertinence dans l'écriture, une approche très bien pensée...Tu me fais penser à une chanson de Cabrel qui parle de la campagne et de choses qui se perdent, nommée "carte postale" !
Quel regard fin posé sur ces mutations qui enlèvent plus qu'elles n'apportent, je me représente ces banques dont tu parles, quand hier dans les villages, on trouvait les petites épiceries où les habitants se retrouvaient, dans la simplicité et l'authenticité.
Amitiés chaleureuses.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 694
Réponses: 12
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

L'intransigeant (Autres)
Auteur : RiagalenArtem
Un soir plus seul que les autres (Tristes)
Auteur : Xenia
Chasse-heures-d'harmonie (Amour)
Auteur : Brin d'harmonie
L'arme d'une Femme (Autres)
Auteur : Lilania
Je vous écris... (Autres)
Auteur : Jean-Louis
Des croix de marbre blanc (Autres)
Auteur : Maschoune
(Autres)
Auteur :
Les fantômes de mes nuits blanches (Autres)
Auteur : Maschoune
(Tristes)
Auteur :
Tes silences (Autres)
Auteur : Jean-Claude Glissant
(Tristes)
Auteur :
Dérive (Autres)
Auteur : Tristamourir
Je ne suis pas poète... (Autres)
Auteur : pyc

 

 
Cette page a été générée en [0,0505] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.