Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 35
· joycebardawil
13027 membres inscrits

Montréal: 23 oct 23:22:09
Paris: 24 oct 05:22:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: C'est à peine Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marc Vassey

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2014
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 25 sept 2017 à 08:35
Modifié:  27 sept 2017 à 09:00 par Marc Vassey
Citer     Aller en bas de page

Moi, du haut de mes 15 ans mal tassés, je l'aimais comme une folle.
Lui, comme un con, il comptait en riant les syllabes de ses alexandrins boiteux.
"C'est comme les salopards, ils vont toujours par douze!".





Et moi je restais là, figée comme une plante, à forcer le sourire.
À goûter l'amer de mes lèvres.
À m'en creuser les commissures.
À exister un peu.
Alors je repensais à mon père, qui taquinait ma grande sœur, lorsqu'elle n'avalait rien du repas. "Que c'est bête une fille, quand c'est amoureuse"...

Que c'est cruel, un garçon, quand ça l'est pas.





Il disait qu'il irait voir les Andes, en Argentine, où se mélangent sept couleurs.
"Me gustaria ver las montanas de siete colores" lançait-il parfois avec son accent à couper au couteau, tout content, entre deux vers.
Et moi, ça me faisait sourire, pour de vrai. Je me disais que, peut-être, il m'amènerait.
Je ne sais pas pourquoi, aujourd’hui, j'ai songé à tout ça, dans le TGV de 12h37.
J'étais près de la fenêtre, et comme mon iPod était déchargé, je n'avais rien d'autre à faire que penser.





C’est à peine si tu me regardais. Tu parlais des heures, faisais la conversation, mais ne me demandais jamais rien.
Ptetre que t'as changé maintenant, que tu m'écouterais plein de regrets et de passion, la tête posée sur mes genoux.

Moi, je crois, je n'ai pas vraiment changé.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
9963 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 26 sept 2017 à 09:45 Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé ces souvenirs douloureux ...

Merci à toi

  ISABELLE
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 502
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2017
Décerné le 9 avril
18e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,2334] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.