Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 367
Invisible : 0
Total : 373
· ARTISTE DE L'ART · Rousselaure · Magnolia Forever · rosabensalah · Lafleurquirime
Équipe de gestion
· Adamantine
12945 membres inscrits

Montréal: 18 déc 15:14:22
Paris: 18 déc 21:14:22
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Mot tus sur lèvres closes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine

Administratrice


Avatar : Aude Doiderose
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
370 poèmes Liste
11321 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 6 déc à 16:56
Modifié:  7 déc à 03:56 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page




Ne plus oser rire, étreindre ou sortir
De peur de rouvrir des vannes fermées,
Et chaque minute atteinte, vieillir,
Tourner la roulette et toujours, parier.
Craindre les miroirs, les lettres les mots
Qui font de la vie un unique fil ;
Pouvoir le casser, d'un geste de trop
Et voir à nouveau les ans qui défilent.
Protéger tous ceux qui comptent vraiment
Et les préserver de notre douleur
S’effacer un peu et prendre le temps
De trouver en soi un peu de chaleur
Attendre la nuit
Basculer encore,
Pencher dans le vide
Redresser la tête,
Avoir froid, toujours.
Ouvrir les gerçures
Tuer l’écriture
S'en remettre
À Dieu.


  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
316 poèmes Liste
3126 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 7 déc à 01:50 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Adamantine,
je ne sais pas si Dieu peut être d'un grand secours mais redresser la tête, ça oui, il faut toujours.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
672 poèmes Liste
20711 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 7 déc à 06:18 Citer     Aller en bas de page

Merci d'avoir écrit

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
212 poèmes Liste
13004 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 7 déc à 10:20 Citer     Aller en bas de page

une plume puissante
emotionellement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
85 poèmes Liste
4598 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
15 décembre
  Publié: 9 déc à 00:55 Citer     Aller en bas de page

Je me reconnais tant dans ses vers. Merci de l'avoir si bien écrit
Et puis en discret calligramme comme une forme de médaille...

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Correcteur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1649 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 10 déc à 02:54 Citer     Aller en bas de page

Oser redevenir il faut toujours.
Mais Dieu... histoire de foi ça.

Joli texte.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
245 poèmes Liste
4047 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
17 décembre
  Publié: 11 déc à 09:45 Citer     Aller en bas de page

Se lever le matin avec tout cela dans la tête, bigre pas facile à surmonter, mais que dire, nos chemins entre deux éternités ont toujours leur lot de difficultés, je reconnais volontiers que pour certains c'est plus facile.

Yvon

  YD
Adamantine

Administratrice


Avatar : Aude Doiderose
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
370 poèmes Liste
11321 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: 11 déc à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Merci

  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
baguette

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
26 août 2016
Dernière connexion
17 décembre
  Publié: 15 déc à 14:21 Citer     Aller en bas de page


ADAMANTINE, votre poèmeest très fort mais dit avec tant d'humanité. Je le reconnais dans cette goutte d'eau etvotre
poème me touche profondément. Quand on est vieux, très vieux on ne vaut plus rien pour beaucoup et ça fait très mal.
Pourtant chaque jour ravive la peine et pour l'instant je suis sans courage; Comment faire pour relever la tête , alors quel'on nous demande de nous écraser. On a plus rien à dire, il faut subir.

Merci pour ce partage poignant où beaucoup vont se reconnaitre.

Un sourire pour vous remercier et mon amitié.

 
Adamantine

Administratrice


Avatar : Aude Doiderose
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
370 poèmes Liste
11321 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 décembre
  Publié: Avant-hier à 04:25 Citer     Aller en bas de page

Baguette, la solitude est un fléau. Les personnes âgées devraient être beaucoup mieux considérées, accompagnées et écoutées.
Rien ne peut excuser l'indifférence.

  Il faut beaucoup de temps pour refroidir un cœur et mille fois plus encore pour le réconforter.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 179
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0477] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.