Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 338
Invisible : 0
Total : 341
· SHElene · Joker
Équipe de gestion
· In Poésie
13085 membres inscrits

Montréal: 21 juil 11:40:52
Paris: 21 juil 17:40:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Je tue le temps... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
24 février
  Publié: 7 déc 2017 à 12:09
Modifié:  7 déc 2017 à 12:52 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Je tue le temps avant qu'il ne me tue.
Je me berce d'illusions éperdues.
Tous ces fantômes abîmés, habités
N'arrêtent pas de vouloir me hanter.
Je guette comme on guette un train l'envie
De faire ce que je veux de ma vie.
La volonté ne sied pas à mon cadre.
Comme un champ de ruine, elle se délabre.
Qu'ai-je donc à faire de la paresse,
De ce jour affadi, de la mollesse,
De la graisse qui entoure le coeur,
Qui accompagnent mes pas de lenteur?
Le jour pousse la nuit et la nuit sombre
Pousse le jour, plonge mes pas dans l'ombre.
Je feins d'être ce que je ne suis pas
Et réponds à qui s’inquiète : "ça va".
De ma fenêtre, j'observe les gens
Qui s'ébrouent, se débattent bruyamment
Comme une vigie tournée vers le large
Scrute l'océan agité, en marge.
Je m'évertue à différer de vivre
En m'inspirant de poèmes et de livres.
L'onirisme naissant de la paresse
Conduit vers de vains espoirs. La promesse
Remplit de quiétude l'éveil des sens
Et se dissout dans un bain d'innocence.
Il détourne de la réalité,
De chaque renonciation redoutée.
Je me repends de tant de vague à l'âme.
Ma vie se résume à un hologramme,
A une photographie erronée
Qui m'éloigne d'une vie assumée.
La langueur de mon esprit monotone
Cherche le remède à un monde atone.
Ainsi, rempli d'illusions éperdues,
Je tue le temps avant qu'il ne me tue.




 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15464 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 8 déc 2017 à 10:10 Citer     Aller en bas de page

c'est le cas de beaucoup
dans notre societe actuel
très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
4890 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 9 déc 2017 à 00:39 Citer     Aller en bas de page

Touché par ce cri que peu ou prou nombreux poussent et pousseront comme hier nous le poussâmes. Et puis j'ai aimé la typo choisie : ces gros caractères qui font que le cadre autour de tes mots me paraissait si petit qu'il amplifiait encore ton cri. Bref, j'ai adoré

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 597
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.