Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 325
Invisible : 0
Total : 329
· Aude Doiderose · Bernard · Gigi Paix · ODIN
12994 membres inscrits

Montréal: 23 juil 11:48:02
Paris: 23 juil 17:48:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Pépé Vil Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 29 déc 2017 à 07:55
Modifié:  29 déc 2017 à 15:49 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

 
Pépé Vil
 
Il portait une croix
au revers du veston.
Ce n'était qu'un faux frère.
Ce pieux et vieux pervers
mettait toute sa foi
en de jeunes garçons.

Des enfants qui ne pouvaient dire non
il savait les replis du caleçon.
Ceux qui avaient freiné ses mains agiles
Y gagnaient le surnom de gros ballot.
Les autres faisaient le dos rond, fragiles,
Dans l'espoir de n'être du prochain lot.

Après avoir tâté les postérieurs,
Il grattait jusqu'au sang un vieux bouton
Enluminant le mitan de son front.
Alors on le moquait, les yeux rieurs.
Son ventre ressemblait à un baril.
On lui donna un surnom : "Pépé Vil".
 
 

  La vie commence à chaque instant.
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
194 poèmes Liste
4141 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 29 déc 2017 à 10:26 Citer     Aller en bas de page

C'est du vécu !

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
20585 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 29 déc 2017 à 14:55 Citer     Aller en bas de page

Pépé" vil et nie "
ODE 31 - 17
Bonne année IN - poésie
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 30 déc 2017 à 05:02
Modifié:  30 déc 2017 à 05:04 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

@ QUOIQOUIJE, ode3117 et Alice K'roll Grace, merci de vos mots.

En effet c'est du vécu. J'avais dix ans lorsque je suis entré dans cette école. La première année tout s'est très bien passé. Il n'y avait que d'anciens religieux respectueux des enfants. Puis il est arrivé. Les grands ont très vite compris. L'un d'eux m'a averti : "S'il te touche, tu hurles", ce que j'ai fait. Après il m'a fiché la paix. Je suis devenu un gros ballot et très mauvais dans la matière qu'il enseignait.

Refuser, n'est pas synonyme de ne rien voir. Je suis resté dans cette école jusqu'en 3ème. J'y ai perdu toute foi. Cet homme était à l'abri. Sans doute avait-il sévi ailleurs avant que d'arriver dans notre coin perdu de campagne.

Il fallait que je l'écrive un jour.

Je plains tous les enfants qui ont eu à subir ce vieux vicieux pédophile. Oui ode, c'était une immense vilenie.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
12022 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 30 déc 2017 à 08:08 Citer     Aller en bas de page

Un texte fort, poignant et dur. Je n'ai pas de mots pour écrire ce que je ressens
Ecrire c'est lutter contre l'oubli.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
baguette

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
235 commentaires
Membre depuis
26 août 2016
Dernière connexion
6 juillet
  Publié: 31 déc 2017 à 05:06 Citer     Aller en bas de page

In Poésie merci pour ce texte très bien écrit et qui dénonce

des pratiques inadmissibles et perverses sur des enfants

innocents qui seront blessés à vie.

Je regrette beaucoup que vous ayez eu à en souffrir, mais

l'écrire c'est chasser de vous ce mauvais passage et surmonter

le pire, pour arriver au bien.

Tous mes voeux pour la nouvelle année et l'inspiration pour

nous écrire pleins de poèmes en 2018.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
155 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 1er jan à 08:12 Citer     Aller en bas de page

@ Adamantine et baguette, merci de vos commentaires.

Je rappelle que je n'ai pas subi ce genre de violences. Les voir était déjà bien assez.
Et cela ne devrait pas être permis, en effet.

Je pense qu'aujourd'hui l'église a pris le problème à bras le corps. Enfin... je l'espère.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 221
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0423] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.