Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 9
Invisible : 1
Total : 10
13257 membres inscrits

Montréal: 15 oct 20:06:42
Paris: 16 oct 02:06:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le percepteur et les centenaires........ Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
TitiKJ
Impossible d'afficher l'image
Ne laissons pas pousser l'herbe sur le chemin de l'amitié.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
189 commentaires
Membre depuis
11 février 2013
Dernière connexion
4 juillet 2018
  Publié: 15 juin 2015 à 05:36
Modifié:  16 juin 2015 à 02:24 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Il quêtait sans relâche, et sans nulle indulgence,
Rançonnant les quidams, ces cochons de payeurs,
Qui tentaient, ces salauds, de duper l’encaisseur,
Qui ramasse les sous pour le bien de la France !!!

‘’Vous avez deux télés, n’en déclarait aucune,
Par ce biais, trahissez le contrat citoyen
Qui impose les règles : un pour tous, pour un,
Exceptés les nantis, que la chose importune !!’’

‘’ Vous faites des ménages, pour clore, en fin de mois,
Un budget trop restreint, dites-vous, quel culot !!
Avec huit cent euros mensuel, pas de sanglots
On vit fort aisément, à l’aise comme des rois !! ’’

Et le plus pitoyable, dans ce discours honteux,
C’était sa conviction, qu’il servait la nation,
Qu’il aurait mérité, la considération,
De ses compatriotes, qu’il traquait tels des gueux !!

Un jour son exercice l’amena en un lieu,
Ou vivaient deux vieillards, à l’aube du trépas,
Qui vivaient chichement, sans abus, sans éclat,
Avec pour seul projet, de rejoindre les cieux.

Que leur reprochait-on à ces deux centenaires ?
Qui, bien avant la guerre, usaient déjà du lieu,
D’avoir point déclaré, Dieu comme c’est affreux,
D’élever quelques poules, dans le plus grand mystère !!!!!

‘’ L’élevage est proscrit explosa l’intendant
Il vous faudra payer, et ce depuis le temps,
Ou votre poulailler clandestin est latent,
Soit 30 euros par jour et depuis 60 ans !!! "

Ils eurent beau crier, jurer leur bonne foi,
Que les œufs frais pondus, ils les offraient souvent,
Aux quidams de passage, et plus qu’eux, pauvre gens,
Sans nul bénéfice, qu’ils tiraient de cela.

A l’instant de parapher, le procès verbal,
La veille, regardant le caissier dans les yeux,
Avança doucement : ’’ Voyez c’est fort curieux,
Les choses ont bien changé, aujourd’hui illégal,

Nous fumes décorés après l’affreuse guerre,
De la médaille des justes, grâce à ce poulailler
Permettant de nourrir des enfants refugiés,
Cachés en cet endroit…, mais ça, c’était naguère….

Notre histoire d’hier à ce jour s’est enfuie,
C’est le règne du fric qui régit notre monde,
Puisse, pour nos enfants, que cette affreuse ronde
Cesse un jour de tourner, pour des matins moins gris…..’’

Morale de ce de conte !!!
Dans ce monde, il n’y a rien d’assuré, sauf la mort et les impôts……

  Le Kajoleur
Klafooty
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
498 commentaires
Membre depuis
21 avril 2014
Dernière connexion
2 octobre
  Publié: 15 juin 2015 à 07:42 Citer     Aller en bas de page

EXCELLENT !!
Mais ça sent comme un parfum de rancune envers le Trésor Public, non ?!

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15658 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 15 juin 2015 à 12:09 Citer     Aller en bas de page

une critique bien développé

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5083 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 16 juin 2015 à 13:06 Citer     Aller en bas de page


Ce qui est assuré, c'est ,certain c'est la mort, pour les impôts ont peut ne pas en payer, il faut trouver un petit coin bien désert et vivre en autarcie.
j'ai toujours payé des impôts et j'en suis fort heureux, il faut regarder la contrepartie et ne pas s'arrêter à l'écume des petits travers de toute société, de tout groupe humain. le percepteur applique des règles qui ont été votées par des élus... c'est la démocratie un des meilleurs régimes pour vivre ensemble.

Amitiés poétiques

Yvon



  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 246
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0195] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.