Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 16
· KiMiNiE · joycebardawil
13045 membres inscrits

Montréal: 25 sept 23:35:45
Paris: 26 sept 05:35:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: À celle-ci, à celle-là et à toutes les autres Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Horace

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
15 commentaires
Membre depuis
25 janvier 2016
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 9 mars à 07:54 Citer     Aller en bas de page

À celle dont les qualités ne sont pas reconnues
À celle qui est affichée à moitié nue
À celle dont le salaire n'est pas équitable
À celle qu'un mari cogne contre une table
À celle dont l'agresseur est le patron
À celle qui dans une cellule tourne en rond
À celle qu'un ravissant sourire illumine
À celle qui toujours fait grise mine
À celle qui maintes fois fut violée
À celle qui de force fut enrôlée
À celle dont le corps est source de complexe
À celle dont les parents maudissent le sexe
À celle dont les enfants furent retirés
À celle qui n'est pas autorisée à transpirer
À celle qui fut considérée comme folle
À celle qui ne peut accéder à l'école
À celle dont le mariage fut arrangé
À celle qu'on ne se gêne de déranger
À celle que le poète inspiré nomme muse
À celle que les procédures de divorce usent
À celle qui élève ses enfants dans la misère
À celle qui a fui une contrée en guerre
À celle dont les écrits demeurent inconnus
À celle dont les projets ne sont pas retenus

À celle-ci, à celle-là, et à toutes les autres
On a fait d'une journée la vôtre
En guise d'excuse, comme pour reconnaître
Les injustices que nous avons fait naître.

Mais dès le demain, dès votre jour achevé
L'hypocrisie s'en ira, il faudra se lever
Et constater une fois de plus avec effroi
La longueur du chemin menant à vos droits...

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
9804 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 9 mars à 12:50 Citer     Aller en bas de page

Merci pour elles ...

  ISABELLE
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
401 poèmes Liste
20883 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 10 mars à 07:28 Citer     Aller en bas de page

Merci de tout coeur HORACE...La route est souvent pleine d'embûches...
A celles disparues et qui avaient essayé de survivre.
Une pensée profonde pour toutes.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
6844 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 12 mars à 05:17 Citer     Aller en bas de page

Mais dès le demain, dès votre jour achevé
L'hypocrisie s'en ira, il faudra se lever
Et constater une fois de plus avec effroi
La longueur du chemin menant à vos droits...

je n'avais pas remarqué...
c'est probablement parce que je suis un homme.

364 jours... ne pourrait-on pas un jour par mois, ça en ferait 12.
oh pardon... 13 avec l'avantage acquit.
mais ces jours, d'observatrices, de servies, nous obligeraient à réclamer le jour de l'homme, si, si, un particulier.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 216
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0248] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.