Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 308
Invisible : 0
Total : 308
12981 membres inscrits

Montréal: 24 juin 20:11:34
Paris: 25 juin 02:11:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Nul ne sait Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
389 poèmes Liste
11971 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 9 juin à 14:24
Modifié:  10 juin à 04:27 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page



Nul ne sait que le « nous »
Souvent n’est qu’éphémère,
L’amour est un mystère
Dont nous voyons le bout...


Nul ne sait tout ce qui se passe quand la porte
Loin de toute cohorte se ferme sans un bruit
Les non-dits se déchaînent et les dents se resserrent
Un peu plus — belle affaire ! Ce sont nos cris qu’on saigne.

Nul ne sait le mesquin qui sourd lors des querelles
Et nos amours si belles se meurent dans nos mains...
Que faire ? Se détruire ou bien faire semblant
Toujours, pour les enfants en feignant de sourire ?

Tu te tais, je t’ignore, chacun cherche son lit
Pour trouver le répit en changeant de décor,
Mais reviennent, indécents, nos matins incolores
Sur nos douleurs encore plus avivées qu’avant.


  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
3187 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 9 juin à 15:45
Modifié:  9 juin à 15:46 par Lilania
Citer     Aller en bas de page

Un repost ?
J'adore.
Le choix des mots, la force et
l'émotion, la musicalité aussi

Merci Magali

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
220 poèmes Liste
13876 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 9 juin à 15:47 Citer     Aller en bas de page

dure situation
un poème superbe

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
389 poèmes Liste
11971 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 9 juin à 16:28 Citer     Aller en bas de page

Citation de Lilania
Un repost ?
J'adore.
Le choix des mots, la force et
l'émotion, la musicalité aussi

Merci Magali



Même pas un poème du jour...
Merci Lil.

Citation de mido ben
dure situation
un poème superbe



Merci Mido.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
112 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
24 juin
  Publié: 11 juin à 04:28 Citer     Aller en bas de page

En effet, quand la porte se ferme, il en va parfois tout autrement entre les êtres.

On peut se déchirer, se disputer ou simplement s'ignorer...

Une triste relation… Mais que faire quand il y a des enfants ?

Pas facile, on le comprend.

  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 184
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0279] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.