Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 27
· samamuse · Avraham
Équipe de gestion
· FeudB
13203 membres inscrits

Montréal: 28 jan 04:21:14
Paris: 28 jan 10:21:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le portrait-robot de Jean Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
141 poèmes Liste
698 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 9 juil 2017 à 07:36
Modifié:  9 juil 2017 à 07:43 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Aujourd’hui, Jean n’est pas venu travailler. Et comme par hasard, un CD manque dans mon coffret de Vivaldi. Il s’agit bien sûr du vingt-deuxième CD. Une simple coïncidence ? Sans doute. Je ne porterai pas plainte, bien que je tienne beaucoup à ce CD en particulier. Personne à la police ne pourrait croire que Jean ait pu le voler pour ensuite s’enfuir en brousse loin de la capitale. Un suspect doit correspondre à un certain profil. Je n’ai pas de photo de Jean. De toute façon, aucune enquête ne sera ouverte, aucun portrait-robot ne sera dessiné pour un vol si dérisoire.

Je ne suis pas au bout de mes malheurs. Mon livre de géométrie a également disparu. Je n’oserais pas demander à Jean - quand il sera de retour - s’il a vu ce livre. Qu’est-ce qu’il s’en fiche des espaces vectoriels et des produits scalaires ! Calculer la distance entre un point et une droite, c’est le cadet de ses soucis. Moi, ça me distrait.

Comme tous les mardis, mon coiffeur a réussi son travail hebdomadaire, bien que je n’aime pas trop la forme hyperbolique de ma coupe actuelle. Il n’a aucun mérite à me coiffer car ma tête est ronde. Une tête conique d’extraterrestre aurait été plus difficile à raser avec une tondeuse.

J’ai une parabole à vous raconter. Nous étions assis côte à côte, elle et moi. Nous regardions dans la même direction, admiratifs d’un ciel azuré. Nos regards étaient parallèles comme deux droites qui se touchent à l’infini. Au moment de nous quitter, j’espérais une marque d’affection, en géométrie on appellerait cela « un baiser asymptotique». A la place, elle me tendit la main. J’ai pris la tangente et suis rentré tranquillement chez moi. J’ai dormi avec un terriblement mal de tête. J’avais mal au sinus.

Les échecs c’est de la trigonométrie. La musique, c’est de l’harmonie pythagoricienne. Tout ce qui nous entoure et tout ce qui nous gouverne sont régis par les mathématiques, sauf l’amour. Qui connaît l’équation cartésienne de l’amour ? Pourquoi les personnes qui s’aiment sont-elles éloignées et celles qui n’ont rien à voir entre elles se marient-elles ? La réponse se devine aisément, une inconnue s’est introduite dans l’équation de nos vies, tel un grain de poussière d’étoile qui viendrait modifier la trajectoire de l’univers.

Je finirai par retrouver mon CD de Vivaldi quelque part dans ma chambre à côté d’un vieux livre ouvert. Jean n’est pas responsable, mais par sécurité il serait prudent de disposer de son portrait-robot. En attendant, j’écoute les « quatre saisons » dans un pays où il n’y en a que deux : la saison sèche et la saison des pluies. Justement, ce matin il pleut sur la ville comme il pleut dans mon cœur.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
La Brune Colombe Cet utilisateur est un membre privilège


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
4 janvier
  Publié: 9 juil 2017 à 10:05 Citer     Aller en bas de page

Le parallèle y est agréable. Si tout ce segmente tout par d'un point qui a pour objectif d'aller se lier à autre point.
L'amour a tant de forme. De la droite fusionnelle au triangle amoureux et Jean passe. Jean vole pour s'évader.
Chaque moment est un vecteur de rencontre puis de séparation.
Il faudra cependant abolir la coupe au bol de vos cheveux. Changez donc de coiffeur, mettez le au poteau. Il abime vos racines à force de bâcler son travail sous tout les angles. Sa fonction trop linéaire n'est plus au goût du jour. Et la fonction de vos cheveux s'affine, mettez vous donc au carré

Un conseil, changez de disque. Le beau Danube Bleu est en vogue et forme à lui tout seul une rivière d'émotion. Bonne écoute, à bon entendeur.

La Brune Colombe

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
141 poèmes Liste
698 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 9 juil 2017 à 10:27
Modifié:  9 juil 2017 à 18:41 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Merci La Brune Colombe, ton commentaire est carrément gentil.

A.B.

Ps. Merci pour ce conseil musical.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
1415 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
23 décembre 2019
  Publié: 11 juil 2017 à 03:38 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Joker A

ohhhh tes jeux de mots sont en nombre... parfois complexes mais toujours imaginaires... et leur somme tend vers un infini plaisir...

Avec mon amitié
Varh.T

 
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
1130 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 11 juil 2017 à 11:33 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Joker,

Je n'avais encore rien lu de vos écrits. C'est maintenant chose faite et j'ai trouvé en vous les qualités d'un écrivain au style rodé apportant émotions, interrogations, humour à des degrés divers et une facilité de description des lieux et des sentiments franchement exposés ou laissés sous-jacents. Le tout, dernièrement, porté par la musique de Vivaldi.

Je vous remercie pour ces moments de lecture agréable, fluide et légère nous entraînant de la Belgique aux quatre saisons vers une Afrique aux deux saisons. Merci pour votre humour (Je songe à votre coiffeur.)
J'aurai grand plaisir à vous lire dorénavant.

Amicalement.
JMJ

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
141 poèmes Liste
698 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 11 juil 2017 à 12:24 Citer     Aller en bas de page

Citation de Varh
Bonjour Joker A

ohhhh tes jeux de mots sont en nombre... parfois complexes mais toujours imaginaires... et leur somme tend vers un infini plaisir...

Avec mon amitié
Varh.T



Je te remercie infiniment..

J.A?

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
141 poèmes Liste
698 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 11 juil 2017 à 12:26 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup Jacques-Marie JAHEL, votre commentaire me touche.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 861
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0239] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.