Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 26
· ori · Cioran · ODIN
13044 membres inscrits

Montréal: 24 sept 17:39:26
Paris: 24 sept 23:39:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: L'hôte Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
3 juin
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 6 juil à 07:25 Citer     Aller en bas de page


Souvent, j'ai accueilli l'amour à ma porte
Mais qu'ai-je vu, si ce n'est que des feuilles mortes ?
Le vent m'a-t-il permis une plainte cruelle,
Comme je comprenais son triste rituel !
L'orageux chagrin me poursuit de son escorte

Comme je comprenais son triste rituel,
Je fermais, malgré moi, le gîte aux hirondelles
Et je regrettais la promesse qu'elles portent
Déjà, et elles frappaient si tôt à la porte
L'orageux chagrin est hélas toujours mon hôte

Déjà, et elles frappaient si tôt à la porte
Leurs doux élans élégants manquaient à l'appel,
Je regardais les cerisiers fleurir sans zèle
Je regardais mes familiers, là, sans concorde
Et, faut-il que mon cœur joue à l'éternel orgue ?

Je regardais mes familiers, là, sans concorde
J'aimais ces vallons verdis et ces douces ailes
que le ciel laisse à celui qui lui est fidèle
J'aimais ces horizons rougis, ces antipodes
que la nuit laisse à celui qui, transporté, veille

J'aimais ces horizons rougis, ces antipodes,
Mon cœur musicien composait quelques odes,
L'hôte fuyait vite, tel est son naturel,
Puisse lui rappeler revenue, l'hirondelle
Faut-il semer des pousses sous l'aube éternelle ?

Puisse lui rappeler, revenue, l'hirondelle,
Avec espoir, avec élan, j'ouvrais la porte
Mais qu'ai-je vu, si ce n'est que des feuilles mortes !
Comme je comprenais son triste rituel,
Guère, il ne veut partir, ni s'évader, mon hôte !

  La joie est la contine de nos heures
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
14207 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 6 juil à 09:15 Citer     Aller en bas de page

très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
186 poèmes Liste
9800 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 6 juil à 10:28 Citer     Aller en bas de page

Bel exerice

Merci à toi

  ISABELLE
Cléo
Impossible d'afficher l'image
J'ai mis les pieds sur le paillasson du chagrin/ Et je l'ai repoussé bien loin
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
3 juin
Dernière connexion
9 septembre
  Publié: 8 juil à 02:58 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires mido ben et Maschoune !

  La joie est la contine de nos heures
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 183
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0361] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.