Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 16
Invisible : 0
Total : 17
· samamuse
13017 membres inscrits

Montréal: 19 oct 03:29:19
Paris: 19 oct 09:29:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Je vis à Paris Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
2409 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 8 août à 10:05
Modifié:  27 août à 16:33 par marchepascal
Citer     Aller en bas de page


Photo personnelle
Nom du site


Je vis à Paris


Loin de ma famille, à travers mes souvenirs...
Ils paraissent tout près de moi je les entends.
Six sœurs, deux frères, me parlent, ne peux dormir.
Maman, Papa, au ciel...demeurent si vivants !
Comme je hurle, ma misère à conquérir.

Syrienne, pars à dix-huit ans, quarante-neuf
Aujourd’hui, déracinée ! Ma terre, où est-elle ?
Mon peuple me manque terriblement ! Pont-Neuf,
Petits pas, j’avance, et cherche la passerelle
Aux idées pacifistes, sans haine, sang neuf.

Mon enfance qui revient, ça rigidité !
L’éducation aux allures d’enfermement !
Le gouvernement déjà en place... Assez !!!
Encore et toujours là ! Je n’en peux plus, vraiment...
Mais dites moi où se trouve la liberté ?

Faire semblant d’oublier, d'éteindre sa flamme...
Comment est-ce possible, en restant soi-même ?
Rien ne peut me calmer aujourd’hui... Ah ! L’infâme.
Je veux être une poésie un peu lointaine,
Et sur les bords de seine, y verser quelques larmes.

















    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
672 poèmes Liste
14586 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 8 août à 10:33 Citer     Aller en bas de page


Te voilà, cher poète, dans la peu de qu in'a plus de racines ni la perspective dì'en pousser des nouvelles.
J'en connais des gens qui sont loins de leur famille de leur culture pour vivre ou survivre.
Ce n'est pas toujours le cas.
Il y a aussi les situations de formidable renaissance et de témoignage qui aident à nous ressentir tous habitant d'un seul Pays, la Terre sans indifférence et sans égoïsme.
Merci beaucoup pour ce sensible partage.


lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
2409 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 8 août à 10:56 Citer     Aller en bas de page

Oui je crois que tu connais le sujet Lilia

Il s’agit ici de l’histoire réelle d’une amie Syrienne qui m’a raconté des bribes de sa vie, son combat à distance et sa résignation toute ressente. J’ai voulu la faire parler avec mes modestes mots... Son histoire est terrible, surtout avec l’envers du décor... Mais elle est très prudente, les représailles sont toujours possibles dans son pays ! Donc, elle restera anonyme, et se reconnaîtra dans cette poésie autobiographique...


Merci pour ta lecture chère Lilia ( tu as vu, j’ai les yeux verts...)


    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
223 poèmes Liste
14287 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 8 août à 11:08 Citer     Aller en bas de page

touchante lecture
très bel ecris

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
*bulle de mer*


Un ami, c'est quelqu'un qui vous connaît bien et qui vous aime quand même
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
342 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2009
Dernière connexion
9 août
  Publié: 8 août à 14:34 Citer     Aller en bas de page

Superbe, émouvant .
Amitiés

  Bulle de mer bulle d'océan
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
2409 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 9 août à 04:01
Modifié:  9 août à 04:05 par marchepascal
Citer     Aller en bas de page

Merci Mido, bulle de mer

Quand on pense à la souffrance du peuple Syrien


Nom du site


Plus de 350.000 morts
En sept ans, le conflit syrien a fait 353.935 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), organisme, proche de l'opposition. Dans cette guerre dévastatrice, les civils ont payé un lourd tribut. L'OSDH estime que près d'un tiers des personnes tuées sont des civils (106.390). L'OSDH fait également état de plus de 111.000 morts du côté du régime de Bachar el-Assad et des membres des forces pro-régime, 63.000 chez les djihadistes et 62.000 chez les rebelles. Les conséquences sont graves. Dans un rapport publié le 12 mars, l'Unicef a affirmé que trois millions de personnes ont été blessées dans la guerre, que «plus de 1,5 million de personnes vivent aujourd'hui avec un handicap permanent lié à la guerre et 86.000 d'entre elles ont perdu un ou plusieurs membres».

Etienne Jacob

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
263 poèmes Liste
4470 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 9 août à 12:53 Citer     Aller en bas de page

Poème écrit avec beaucoup de sensibilité, la problématique de l'exil...
Pas facile à vivre, mais c'est peut-être mieux que de vivre sous les bombes ou sous le joug d'un dictateur.

Amitiés

Yvon

  YD
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
9927 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 10 août à 05:32 Citer     Aller en bas de page

Touchant ton poème, touchants tes mots...

Merci à toi

  ISABELLE
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
12828 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
1er octobre
  Publié: 10 août à 16:12 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir cher Pascal,

Très touchant cet exil loin des siens !
Une très belle poésie qui touche les coeurs !



Belle soirée !
Toutes mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
3037 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
10 septembre
  Publié: 23 août à 00:35 Citer     Aller en bas de page

Bonjour l'ami...Un énième cri dans une ville que j'aime - j'avoue que le titre a été comme un appel...Peu importe s'il s'agit d'autres chose.
Tu es "sa" voix, et à travers tes mots et leur tempo, si caratéristiques de ta passion, tu exprimes la révolte d'êtres humains, syriens ou bien tant d'autres sous d'autres cieux, à bout de terre, à bout de tout comme cette femme qui pourrait porter tous les prénoms des oppressés.
Cela valait bien de l'encre rouge...

A bientôt...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
280 poèmes Liste
2409 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 24 août à 10:00 Citer     Aller en bas de page

Oui Yvon tu as certainement raison ...
Reste la nostalgie de son pays, le déracinement, et l’incompréhension devant une longévité excessive du pouvoir en place, qui réduit son peuple à l’exil, à la séparation de ses proches, il faut supporter toutes ces frustrations. Merci pour ton passage

Merci de ta visite chère Maschoune, j’ai écouté l’histoire d’une Syrienne, et mis son coeur dans ce texte...

Merci Sybilla ta visite me touche, ne te voyant plus très souvent ici ... à très vite pour lire une de tes nouvelles créations

Riaga mon ami
Je me suis un peu aventuré sur ton terrain il te va si bien !
Tu as raison l’encre rouge est totalement de circonstance, je souhaite que cela s’arrête le plus rapidement possible ! Tellement de souffrance sur cette terre...

Voici pour vous chers poétesses et poètes la version enregistrée en Arabe par la Syrienne qui est l’inspiratrice de cette poésie en hommage au peuple Syrien...


Nom du site




À très bientôt mes amis


    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 393
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0439] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.