Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 9
Invités : 747
Invisible : 0
Total : 756
· Tychilios · PapillonMystere · FREDER · ori · Filiquier · villequiers99 · Jean-Louis · samamuse · Coeur Noir
13140 membres inscrits

Montréal: 22 févr 04:50:40
Paris: 22 févr 10:50:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Panique à minuit Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
542 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
21 février
  Publié: 20 juil 2017 à 05:57 Citer     Aller en bas de page

Il est 23 heures, je rentre me coucher après avoir passé une soirée chez un ami. Au moment où j’ouvre la porte de ma chambre d’hôtel, une bestiole volante s’introduit en même temps que moi. Rien d’étonnant, je suis en Afrique. Je commence par la salle de bain pour me rafraîchir. La bestiole volante me suit. Alors que je me brosse les dents, je l’observe voltiger. Son vol irrégulier et sa couleur noire me font évidemment penser à un papillon de nuit. Les Africains sont superstitieux. Un papillon de nuit est un bon présage. Je suis à Mbandaka, loin de tout. Je me réjouis de cette présence bienfaisante, cela me portera chance dans les affaires que je suis venu conclure, mais sa taille inhabituelle m’intrigue un peu. Il doit s’agir d’une espèce locale, plus grosse que celle de Kinshasa.

J’emprunte un petit couloir. La bestiole est toujours à mes trousses. Au moment où je franchis la porte de ma chambre, elle me frôle et je réalise avec effroi que j’ai affaire à une chauve-souris. Pas question de passer la nuit dans ces conditions.

Extinction des feux. A Mbandaka, le courant est systématiquement coupé à minuit pour faire des économies budgétaires. La ville n’est pas très riche. C’est le moment fatidique où dans les films d’horreur les scènes les plus sanglantes se produisent. Par la fenêtre, je vois la pleine-lune. Cela ne me rassure pas.

Comment se débarrasse-t-on d’une chauve-souris dans l’obscurité ? Les fenêtres sont obstruées par le grillage des moustiquaires. Je pose ma lampe de poche près de la porte pour l’attirer vers la sortie. J’attends tranquillement, allongé sur mon lit. J’observe la trajectoire de son vol. Après cinq minutes, force est de constater que la lumière ne l’attire. Ce n’est pas un insecte. Si par erreur, elle s’en approche trop, elle est comme prise de panique et s’en éloigne rapidement. La lumière l’effraie. Elle se comporte comme tous les vampires. J’aurais dû m’en douter. Dans la pénombre, je repense au film "Dracula". Mon visage se couvre de sueur. Je tiens à dormir tranquillement sans devoir me réveiller tous les quarts d’heure parce qu’une chauve-souris me suce. Animé par un instinct de survie, mu par l’énergie du désespoir, je me dirige vers la bête immonde en braquant le faisceau lumineux de ma lampe de poche dans sa direction. Elle déploie ses ailes en poussant des cris atroces. La poursuite dure un certain temps jusqu’à ce qu’elle choisisse l’obscurité du couloir pour s’enfuir. Je pique un sprint pour fermer la porte derrière elle. Je suis sauvé et nerveusement épuisé. De plus, il est tard et j’avais bu chez mon ami. J’entends un cri étrange à l’extérieur dans le jardin de l’hôtel, mais je n’ai plus la force d’avoir encore peur. Tant pis si c’est un loup-garou. Je m’écroule sur mon lit et m’endort sans mettre mon pyjama. Je garde ma lampe de poche à portée de main.

Le matin, je me réveille après une bonne nuit de sommeil. J’examine mon corps. Ouf ! Pas de traces de morsure, ni de griffes. En allant me brosser les dents, je revois la chauve-souris dans le couloir entre ma chambre et la salle de bain. Elle me fait moins peur à présent. Sous la lumière du jour, elle n’a pas fière allure. Elle voltige timidement. Je ferme toutes les portes, sauf celle de l’entrée pour lui permettre de s’en aller.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
22263 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 février
  Publié: 20 juil 2017 à 08:47 Citer     Aller en bas de page

J'ai déjà eu la visite d'une chauve souris dans ma chambre. Mais elles ne m effraient pas ( Mais les congolaises sont peut être redoutables ?).
Tu me fais rire avec ton pyjama... et toutes tes histoires.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
542 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
21 février
  Publié: 20 juil 2017 à 19:54
Modifié:  20 juil 2017 à 19:58 par Joker
Citer     Aller en bas de page

C'est une histoire vraie, mais les écrivains aiment bien exagérer. La chauve souris n'avait rien de "redoutable". J'ai fait de ma vie un roman, je peux écrire un article sur une tartine au beurre avec une légère couche de confiture et créer un suspense insoutenable à partir de cela.

J.

https://www.youtube.com/watch?v=T4KNVT2w0mU

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
542 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
21 février
  Publié: 21 juil 2017 à 13:16 Citer     Aller en bas de page

Merci Firjol pour ton commentaire. En effet passer une nuit entière avec une chauve-souris, ce n'est pas très intéressant.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 558
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.