Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 256
Invisible : 0
Total : 256
13202 membres inscrits

Montréal: 15 sept 12:43:18
Paris: 15 sept 18:43:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: L'arbre. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
380 poèmes Liste
1265 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
25 août
  Publié: 4 jan à 09:09
Modifié:  8 jan à 06:27 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Les mères portent de l'aube jusqu'au soleil couchant,
Dans leur ventre en offrande un arbre s'épanouit,
Parfois il est à vendre dans de lointains pays,
Souvent on l'abandonne, ô bruit assourdissant...

Le mien fut en partage frêle conquistador,
Mais quand sur ses feuilles douces la lumière vint frapper,
On préféra pourtant le voir déraciné.
Et pendant de longs mois ils vinrent heurter mon corps,

Ces appels frissonnants, ces injonctions funestes.
Les bleus à la surface n'étaient rien à côté
De ceux qui parsemaient mon âme accidentée.
L'absinthe était un baume qui dépose sur l'artiste,

Ses fleurs immaculées et sa tige reverdie.

Un jour bien par hasard, le front et les mains grises,
Il surgit du brouillard. À mes yeux une issue,
Un père, juste une main et dans ceux de mon fils,
Le monde dans son ensemble. Une confiance absolue,

En des jours scintillants qui gommeraient les ratures,
Toutes les fêlures d'avant. À nouveau dans ma tête
Des projets jouaient bien nets leur partition obscure,
D'autres enfants peut-être, une âpre reconquête.

Mais les années passaient et ma vie peu à peu
Comme un vase ébréché se vidait de son eau.
Il n'était pas pressé, n'avait pas sur le dos,
La fièvre qui me saisit à l'idée d'un voyage,

L'envie de découvrir des milliers de visages,
Le dépassement de soi même au bord d'une page.
Je porte souvent les cris de ce petit garçon,
Sans le moindre répit à la lueur des néons...

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
11 septembre
  Publié: 5 jan à 16:52 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir ***Cocci***,

Très touchante et belle poésie !
Douce Année !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
737 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
12 septembre
  Publié: 6 jan à 00:25 Citer     Aller en bas de page

Merci de votre émouvant partage, ces deux strophes en particulier sont bien belles à mon goût

Citation de ***Cocci***
En des jours scintillants qui gommeraient les ratures,
Toutes les fêlures d'avant. A nouveau dans ma tête
Des projets jouaient bien nets leur partition obscure,
D'autres enfants peut-être, une âpre reconquête.

Mais les années passaient et ma vie peu à peu
Comme un vase ébréché se vidait de son eau.
Il n'était pas pressé,n'avait pas sur le dos,
La fièvre qui me saisit à l'idée d'un voyage


Au plaisir de vous lire, je vous souhaite une bonne année 2019, pleine de joie et de poésie !

 
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
380 poèmes Liste
1265 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
25 août
  Publié: 6 jan à 04:14 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci à vous deux...
Je vous souhaite également le meilleur.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3329 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
31 août
  Publié: 8 jan à 01:48
Modifié:  8 jan à 04:28 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Un impact fort, très fort...un texte qui ne peut que me toucher. Merci, Zoé ....

Bien à toi....et tous mes voeux...
Riaga....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
4510 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 8 jan à 11:42 Citer     Aller en bas de page

Beau, sensible et très touchant. Merci.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
380 poèmes Liste
1265 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
25 août
  Publié: 12 jan à 02:15 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous.

Meilleurs voeux.

Béné

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 445
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0260] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.