Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 424
Invisible : 0
Total : 426
· Lapoètesse
Équipe de gestion
· Adamantine
12958 membres inscrits

Montréal: 23 jan 16:39:46
Paris: 23 jan 22:39:46
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Les baigneuses de la forêt d'abernethy Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
584 poèmes Liste
3399 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
6 décembre 2017
  Publié: 19 sept 2017 à 02:33
Modifié:  9 oct 2017 à 12:17 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Les baigneuses de la forêt d'Abernethy


Début d'un nouveau roman
Prologue



Chut, admires les baigneuses du Loch Ness!

Andrew MacCallum maintenait la tête de la petite fillette Margaret Swinton, dans la direction du Loch Lochy. Elle aussi réussissait à contempler hors des pays des rêves, les trois baigneuses nues. Pas de monstre ici. Probablement un ivrogne imprégné de vieux whisky frelatés, qu'avait promus la légende du Loch Ness. C'était la troisième fois qu'Andrew MacCallum avait dévoré des yeux, le corps de ses jeunes baigneuses nues. Mais, en compagnie cette fois de Margaret.

Dix ans, calfeutré dans les Highlands, des Northwest Highlands aux monts Grampians! Dix ans à crapahuter par tous les smog possibles, les paysages de bruyères et de fougères! Dix ans en zone Gàidhealtachod! Dix ans auprès des farfadets et des fantômes celtiques! Dix ans auparavant, Andrew MacCallum s'employait comme analyste financier, à Édimbourg. Et à présent, il était le métayer de la famille Swinton, sur les terres calédoniennes, entre les marécages et les tourbières d'Écosse.



1



Communiquer en compagnie de plus de huit cent milles habitants et dialoguer avec soi, la disparate était fulgurante. Le hameau forestier de Glenachulish domiciliait quelques maisonnettes inhabitées ici-et-là, aux alentours. Une bienheureuse était dénichée par Andrew MacCallum, à l'opposée de l'hôtel propriétaire du golf de Dragon's Tooth. Pas de réfrigérateur, de machine à café et de grille-pain. Adieu les grosses cuillères de marmelade d'oranges au whisky pur malt avec écorce fine. Adieu la télévision et la connexion wi-fi.

Abandonnée, les gros rondins de sapin séjournaient encore en bons états, sous une couette de mousse asperge odorante. Heureusement que le compte bancaire était congrûment capitonné. Des achats relatifs autoriseraient un bien-être sauvageon et calculé, ultérieurement. Allait être harmonieux dans la vallée des Réticences, élégant avec les chats sauvages et euphorique à converser avec les macareux moines. Et puis, son promontoire à empyreumes allait renâcler les jacinthes et les massifs de rhododendrons. La distillerie printanière florale spiritualiserait les parfums et la canopée des pins Sylvestre imprégnée de bourgeons, enflammerait les lécheuses enfantines, cet hiver.

Au sud, l’amphithéâtre de Beinn a 'Bheithir aux multiples itinéraires allait être lieu à de populeux combats imaginaires avec le dragon enfoui dans le grand creux. La folichonnerie des Highlands, MacCallum y était déjà enthousiaste.



3



L'âme épinglée dans l'intestine voyageuse, la Jacobite Sherwood Forester, Andrew MacCallum rebroussait chemin vers le hameau forestier de Glenachulish. L'habitacle allait être réconcilié d'un mini frigo, depuis la réhabilitation d'un Edison câblé. De l'extérieur, la possibilité d'y distinguer les passagers était monnaie courante. En effet, le passage du viaduc de Glenfinnan vous ravitaillait d'un Nirvana momentané, mais perpétuel.

Au-dessus des vingt-et-un plis circulaires, la crotte, au sommet du loch Shiel des Highlands de l'Ouest, MacCallum y examinait la gloire des paysages. La vapeur du Big Tube en fer, éparpillait les passereaux étranglés de CO² inconfortables. Chahuter trois fois les oreilles des passagers, la Jocobite Sherwood Forester en était folâtre.

Épanouie dès le printemps, la chacunière d'Andrew MacCallum serait apprêtée pour l'été, au moment où les grandes tiges de chardon aux ânes, accédaient au bonheur des abeilles. Probable qu'un régime à base d'algues d'Argyll & Bute serait mijoté avec un coq de bruyères, tiens.



4



Les braises brûlantes enclot se miroitaient sur les tuiles d'ardoises pourpres. À l'intérieur de la marmite en fonte, Andrew MacCallum avait drapé des morceaux de faisan sous une couchette de céleri, carottes, oignons, 25 cl de vin de Banyuls et une espagnolette de baies de myrtilles.

Ça mitonnait les yeux fermés et les arômes redoutables amplifiaient le souffle qui pénétrait par les interstices entre les billots de sapin. Une cocotte confisait un kilo de pommes-de-terre avec quelques plaquebières et un bouquet garni de bruyères. MacCallum était décrispé comme la faisan dans la marmitte, halluciné par l'éther de bruyères.

Une vieille planche flemmarde était paisible sur les tranches d'ardoises pourpres qui auraient mise à exécution, deux tréteaux. Bientôt, Andrew y serait attablé afin de se repaître d'une réjouissance bienfaitrice. Et puis, cette moelleuse chaleur intime dans l'hinterland boisé de la cahute, les papilleux de la langue celte de MacCallum allaient y être espiègles à cette soirée, finalement.


 
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
643 poèmes Liste
14239 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 janvier
  Publié: 1er oct 2017 à 10:47 Citer     Aller en bas de page


Raconteur Odin...je suis venue me depaiser agreablement ici dans tes fantaisies ecossaises.

Ton monde habituel semble loin ou Hepare' 😊 par des images trompe l' oeil 😀




  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
ODIN
Impossible d'afficher l'image
J'ai une langue, qu'elle soit utile et subtile!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
584 poèmes Liste
3399 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2012
Dernière connexion
6 décembre 2017
  Publié: 1er oct 2017 à 11:42 Citer     Aller en bas de page

@Galatea Belga Toujours au poste de lecture, mais peut-être ai-je des mondes différents? Merci, merci

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 168
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.