Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 287
Invisible : 0
Total : 289
· Saint-Ange · samamuse
13289 membres inscrits

Montréal: 21 jan 09:38:00
Paris: 21 jan 15:38:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Moi, Marianne Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 8 févr 2019 à 12:50
Modifié:  24 mars 2020 à 07:25 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Moi, Marianne, je pleure, j'ai honte et j'ai peur.
Suis-je à ce point vieille et fanée
que devant mes indignations
on puisse me mettre bâillon ?
Une vieille lune la République,
la séparation des pouvoirs
sur cela aussi il faut s’asseoir ?
Qui gère donc l'espace public ?

Moi, Marianne, je pleure, j'ai mal et je meurs.
Une nouvelle aristocratie
s'est mise en place dans le pays,
mais tout aussi héréditaire
à Marianne cela ne peut plaire
et mes enfants on veut faire taire !
Il ne fallait pas enseigner
l'histoire de France aux français,
pour privilèges accaparer
sans qu'ils pensent à s'en indigner !

Moi, Marianne, je pleure, j'ai mal et je meurs.
Quand c'est depuis des décennies
que je vois se faire détricoter
pacte social républicain
et acquis du peuple souverain,
pour favoriser quelques uns
au détriment du bien commun.
Et devant cette juste colère
des enfants de la République,
je vois dérive sécuritaire
et mes idéaux au cimetière.

Moi, Marianne, je pleure, j'ai honte et j'ai peur.
Le chefaillon en son palais
est apeuré et dépassé,
être président des sans-dents
devait faire bien sur son CV,
banquier d'affaire privilégié.
Mais il s'enferre dans sa logique
à défendre l'ordre existant,
il refuse d'entendre les gens
et c'est une bêtise tragique,
à ce point de manquer d’éthique.

Moi, Marianne, je pleure, je porte le deuil.
Le peuple commence à gronder,
ne se laisse pas intimider,
continue à manifester,
il demande à être écouté.
La tension ne va pas retomber
des choix sociaux il faut parler,
mettre les problèmes sous le tapis
et traiter tout par le déni,
est un imbécile mépris.

Moi, Marianne, je pleure, je porte le deuil.
Le peuple m'aime et on s'en sert
pour que le licol bien se serre,
botte sur la nuque des manants
les princes ne font pas semblant.
Ils possèdent pourtant les médias,
que l’État porte à bout de bras,
afin qu'ils puissent relayer
de 10 milliardaires la pensée ;
On ne cesse de répéter,
à la radio, à la télé,
que c'est l’ordre qui est menacé.

Moi, Marianne, je pleure, mes larmes je recueille.
J’observe le long dérèglement
de notre belle République,
et c'est bien triste sentiment
de voir cette farce pathétique
et cette agitation cynique,
au nom d'un ordre qui dévoie
de ma devise tous les principes.
Libéralisme ou guerre civile,
centre commercial en cathédrale,
c'est le néo-contrat social.

Moi, Marianne, je pleure, mes larmes je recueille.
Énarques et grands corps d'Etat,
dont la brillante éducation
fut payée par toute la Nation,
pour qu'ils servent le peuple français
Au lieu de cela se sont alliés
à ceux qu'ils devaient contrôler,
pour quelque miettes ramasser,
trahissent l'État pour le privé.
L'argent a corrompu, de fait,
ceux qui devaient me protéger !

Moi, Marianne, je pleure, entends mes clameurs !
Je vais bien trouver des canaux,
enfin faire résonner les mots
de mes enfants exaspérés
de leur injuste précarité
et de la violence déguisée
mépris qui n'est même plus masqué.

Moi, Marianne, je pleure, entends mes clameurs !
Oui mes enfants réveillez-vous,
bien sûr ils vous veulent à genoux !
La République est en danger
elle s'est faite kidnapper
par des voleurs organisés,
qui sont en bande pour la piller
et en morceaux la dépecer
Il faut bien les en empêcher !

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
12 décembre 2020
  Publié: 8 févr 2019 à 16:04 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Miette,

Très beau cri poétique !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 8 févr 2019 à 16:15
Modifié:  9 févr 2019 à 20:59 par Miette
Citer     Aller en bas de page

Fidèle Sybilla, merci de votre attentionné passage A bientôt

Et j'autorise expressément, ce texte, ou des bouts de ce texte, à être partagé. Je n'en attend aucune retombée commerciale ^^ donc je donne ici même l'autorisation de le diffuser par ailleurs. Vous avez ma permission écrite. J’apprécierai d’être nommée, en tant que celle qui a écrit, mais jamais je n'irai pourchasser quelqu’un qui diffuse mes écrits, à moins qu'il ne s'en dise l'auteur.. Si vous voulez partagez, mes maigres idées et pensées, jamais je ne vous inquiéterez...

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
4883 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: 8 févr 2019 à 17:28 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Miette,
Je sens bien votre désespoir et votre amertume à la lecture de ce brûlot poétique. Nous vivons en république monarchique sous l'oeil des marchés, de la haute finance et les politiques, des professionnels, se font les alliés des forces économiques où les experts, les spécialistes hantent les cabinets ministériels...abus, privilèges fleurissent. là ou l'affaiblissement du législatif laisse la porte ouverte à toutes les dérives. Amen.

Bien reconnaissant pour ce tiste constat.
Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 8 févr 2019 à 17:47
Modifié:  9 févr 2019 à 20:58 par Miette
Citer     Aller en bas de page

Amertume oui, désespoir c'est beaucoup dire, J-Louis, je vis personnellement dans un milieu très privilégié, ce qui ne m’empêche pas de penser.. Mais je partage tous le reste, Amen ^^
A bientôt, merci
P.S en vrai la démocratie déraisonne...

 
VikThor

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
62 commentaires
Membre depuis
23 mai 2012
Dernière connexion
9 janvier
  Publié: 9 févr 2019 à 01:28 Citer     Aller en bas de page

J'adhère entièrement à tout ce bel écrit. Je m'y retrouve. C'est du Zola! Bravo

  L'amour est cette merveilleuse chance qu'un(e) autre vous aime encore quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 9 févr 2019 à 06:38
Modifié:  9 févr 2019 à 20:59 par Miette
Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup de votre passage et de votre trop élogieux commentaire. Je suis bien contente que ce texte fasse écho en vous, car il y a de quoi s'indigner en effet ! à bientôt

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
3016 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 12 févr 2019 à 07:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Miette,
Oh, comme tu as à cent pour cent raison !!! Je me range totalement de ton côté. Je pense que "le feu qui couve"n'attend qu'un vent de printemps un peu plus fort et Mai 68 ne sera, pardonne moi l'expression, que du "pipi de chat" !!!
J'ai moi aussi fait un écrit, au mois de novembre dernier, suite à la première allocution de nôtre petit roi, je pense le mettre en ligne... même à retardement !
Courage Miette, comme à tous les français qui ne reconnaissent plus rien et surtout ne se reconnaissent plus dans ces soit-disant valeurs actuelles.

Mawr.

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 novembre 2020
  Publié: 12 févr 2019 à 17:29 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Miette,

J'ai mis votre poème dans une liste à part ... je ne peux plus le mettre en favoris (manque de place)

Comme je suis étranger je préfère ne pas vous soumettre un commentaire.

Bravo et Respect !

Mes amitiés vous accompagnent.
Etienne

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 13 févr 2019 à 04:52 Citer     Aller en bas de page

Ha ben la vie de la cité inspire les poètes, c'est bien ) Et sur le fond oui, c'est vraiment n'importe quoi, bien triste situation... Mawr, merci de votre passage sous mes mots A bientôt

Actuaire je suis flattée d’être dans votre liste de lecture, merci Et merci d'avoir laissé un mot, au plaisir

 
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
972 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 15 mars 2019 à 19:01 Citer     Aller en bas de page

"chapeau bas et poing haut" c'est ainsi que je vais aller râler, en bonne gauloise réfractaire, même bourgeoise... et même pas peur, ( quoique ?) de perdre un œil ^^, toussa... demain sur Paris. Vraiment là, je ne puis plus cautionner ces dérives démocratiques. Merci de votre passage, très apprécié Shovnigorath

 
ATLAS
Impossible d'afficher l'image
L'amour est ma lumière...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
29 septembre 2019
Dernière connexion
10 novembre 2020
  Publié: 15 oct 2019 à 06:52 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Miette,

C'est un superbe poème que je viens de lire. un mot : Bravo !
Et merci pour ce sublime partage.

ATLAS

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 992
Réponses: 11
Réponses uniques: 7
Listes: 1 - Voir

Page : [1]
Poèmes de l'année 2019
Décerné le 21 juin 2020
44e position dans le choix des membres.

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0299] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.