Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 497
Invisible : 0
Total : 500
· Lachésis (Moirae) · La Brune Colombe · valise
13123 membres inscrits

Montréal: 18 févr 18:29:59
Paris: 19 févr 00:29:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Je te dirai Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 31 mars 2019 à 02:04 Citer     Aller en bas de page

Comment trouverais-je les mots quand je voudrais l'oubli ? Alors pour l'indicible des mots d'emprunts, mots qui hantent mes maudits non-dits.

Sûrement pas demain
sûrement pas dès l'aube,
mais oui, un jour sur le chemin qui va par la montagne et la forêt.

Six années et je n'y suis jamais retourné, j'espère que tu reposes en paix. J'aime la terre et ses pierres brutes pleines d'aspérités, mais du marbre lisse et froid sourd la tristesse d'un monde glacé.

Là, à l'affleurement, mes sentiments sont comme une roche qui s'effrite, au coeur de la strate brille encore un peu le mica dedans.

Avant l'alluvion déposée,
avant les coups de vent,
avant le coût du temps,
on s'était murmuré des je t'aime, je te lisais mes poèmes,
tes cheveux roux sur ton corps, c'était de l'or, tu sais,
j'en étais fou.

Sûrement pas demain
sûrement pas dès l'aube,
mais oui, un jour de faiblesse sur le chemin qui va par la montagne et la forêt.

J'irai un peu à l'écart du cimetière, tomber à genoux sur la terre les mains dans l'humus qui recouvre les roches.
J'écouterai le vent se glisser dans les branches, seul dans le silence retombé et dans l'espoir du pardon, je te dirai...

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14983 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
14 février
  Publié: 31 mars 2019 à 16:55 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Fried,

Très touchant !



Douce soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 1er avr 2019 à 03:07 Citer     Aller en bas de page

Merci Sybilla :-)

 
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
68 poèmes Liste
886 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 1er avr 2019 à 09:01 Citer     Aller en bas de page

Citation de Fried
(...) j'espère que tu reposes en paix. J'aime la terre et ses pierres brutes pleines d'aspérités, mais du marbre lisse et froid sourd la tristesse d'un monde glacé.



Merci pour votre poème, et ces mots tout particulièrement. Le travail de deuil ne se termine jamais vraiment..., très bel écrit, je vous souhaite une bonne journée

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 1er avr 2019 à 11:38 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Miette pour ton commentaire qui me fait chaud au cœur.

 
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
226 poèmes Liste
4116 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
15 février
  Publié: 1er avr 2019 à 14:50 Citer     Aller en bas de page

Il faut du temps pour faire ce chemin là ... les mots sont une partie de ce chemin.
Que la force de cet amour continue à te porter

Très touchante lecture

Myo

 
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
121 poèmes Liste
1195 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
14 février
  Publié: 1er avr 2019 à 15:36 Citer     Aller en bas de page

Une écriture qui ne me laisse pas indifférente! Un tableau sur ta tristesse, palpable, comme cet humus sur tes mains. Emouvant.

  SHElene
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 3 avr 2019 à 16:56 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous Myo et Shelene.

 
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
11 juin 2019
  Publié: 6 avr 2019 à 14:44 Citer     Aller en bas de page

Tu as bien su restituer l'état de deuil et le besoin de solitude pour trouver les mots, les désirs contraires d'oubli et de retour sur les moments heureux. J'ai imaginé cette longue marche solitaire qui fait naître les mots et j'ai compris ton besoin de toucher la terre et la pierre brute. Un poème qui me touche sincèrement.

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 6 avr 2019 à 17:53 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jeanne, je te remercie pour ce retour.
Ce deuil est maintenant derrière moi mais tout de même toujours un peu présent.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
464 poèmes Liste
22249 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
18 février
  Publié: 11 avr 2019 à 10:47 Citer     Aller en bas de page

Un bel écrit très émouvant, même les chemins pierreux ne peuvent ralentir nos pas quand on veut se retrouver et se receuillir là, où des êtres chers reposent.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
3741 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
29 mai 2019
  Publié: 11 avr 2019 à 14:21
Modifié:  12 avr 2019 à 15:00 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Fried,




Sûrement pas demain
Sûrement pas dès l'aube,

Mais oui, un jour de faiblesse sur le chemin qui va par la montagne et la forêt.

J'irai un peu à l'écart du cimetière, tomber à genoux sur la terre les mains dans l'humus qui recouvre les roches.

J'écouterai le vent se glisser dans les branches, seul dans le silence retombé et dans l'espoir du pardon, je te dirai...






Faire le deuil. C’est effectivement un long et douloureux processus.

L’écrit est souvent un bon outil de catharsis qui accélère l’apaisement et l’acceptation

Oui cher Poète il y a ces maudits non-dits, souvent à tort et à travers, mais qu’il faudra malgré tout surmonter. Tous ces "j’aurai du, je n’ai pas ou pas assez dit ou fait". Tant de reproches à se faire pardonner et à surmonter.

Et alors retrouver le chemin, reprendre "contact", revenir sur les lieux du dernier Adieu. Souvent un cimetière.

J'ai mis des années avant de trouver la force (pas la faiblesse) d’y aller. Avoir la force intérieure de se laisser aller, sans convulsions, en paix avec soi et elle, simplement les laisser couler tous ces pleurs accumulés et jamais versés.

Pour finalement lui dire là devant la tombe les mots, tous ces flots de mots de bien être et d’amour. Caresser le marbre jusqu’à ce qu’il devienne chaud.

Et écouter les mots qu'elle murmurera dans les battements de ton cœur. 




J'ai aimé lire ce poignant écrit poétique.
Et ce fût un plaisir de vous commenter et vous faire part de mes ressentis.

Cher poète Fried, je crois que je viendrai plus souvent vous dire bonjour.
Amicalement,
actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 12 avr 2019 à 01:42 Citer     Aller en bas de page

Merci Ode et merci à toi Actuaire tu as raison et le temps aide à la résilience.

 
EmikoLian


Tant que l'ouir, le hanter et le voir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
24 mai 2019
Dernière connexion
8 février
  Publié: 12 juin 2019 à 21:18 Citer     Aller en bas de page



Fried,
Ce triste est beau dans la manière empreinte de "Demain dès l'aube...
La lumière d'un être cher disparu c'est à nous de savoir la garder intimement allumée...juste pour aller mieux pour ceux et celles qui restent...et pour qu'il n'existe nulle part de pénombre.
Trouver la force est une gloire même si le chemin semble au demeurant extra-long.
Tendre vers l'amour en soi nous rend libre de choisir de se souvenir d'une toute autre façon d' instants passés ouverts sur le présent...

Quelques temps plus tard...
Je ne remue rien, juste j'apprécie
Lian

  Lian, aussi vive que l'eau, née au coeur d'un lotus!
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
684 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
18 février
  Publié: 20 juin 2019 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Merci Lian, je suis heureux que tu ais apprécié ce poème qui me tient à coeur.
Amitié

Francis

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 554
Réponses: 14
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0505] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.