Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 340
Invisible : 0
Total : 344
· Sucia Sonia · samamuse · Chevalier Liqueur · Le Poète Masqué
12998 membres inscrits

Montréal: 21 juin 02:07:03
Paris: 21 juin 08:07:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Passage... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 17 jan à 07:46
Modifié:  30 mars à 11:02 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page



"J’ai rêvé d’écrire, sur le temps
et au-delà du temps, une histoire d’éternité."**


PASSAGE...


Il est des nuits n'appartenant qu'à nous.
Elles se vivent en coulisses, loin de la scène et de la foule.
L'éclairage cru d'un midi disparaît d'un claquement de doigts.
N'en reste que des vestiges, une clé de si, la, sol saisie au vol ferme une porte et en déverrouille une autre...

Et m'y engouffrant, j'ai rattrapé une étoile avant qu'elle ne tombe.
Elle a embrassé mes paupières alors que j'étais assoupi sur le sol des premières neiges, blotti dans un berceau de bruyères, de genêts et de chèvrefeuille.
Une farandole de tournesols dansait autour d'un saule rieur...consolé.

Sur quelques notes insolites - piano, saxo ? -, des chuchotements :

"Suis-nous, nous t'emmenons sur la route, celle qui te ramène là où tu es né une seconde fois.
Sur le rebord de l'oriel, un chandelier est allumé.
Sa luminosité est celle de ces asters que tu effleures et qui irradient avant de se fondre dans l'ombre,
d'y transfuser des couleurs inconnues venues de contrées exotiques que le pied de l'homme n'a jamais foulées.
L'aventure est à ta portée, elle ne se présente qu'une fois.
Abandonne tout ce que tu as..."


Etais-je fou ou rêveur ?
Broyé par la fatigue et la torpeur,
en proie aux hallucinations, à l'illusion ?
Toujours est-il que j'ai suivi mes invisibles compagnons sur les lacets de cette route qui ressemblait à l'Infini.

Certains affirment qu'il est passé près de chez eux un être étrange qui ne marchait ni ne volait :
il flottait entre deux horizons.

Les chiens n'aboyaient pas sur son passage.
L'ensorcelé devenu ensorceleur absorbait toute chose.
La peur lui était étrangère.
Insensible à la tempête qui s'était abattue sur son chemin,
il allait vers son but comme on va vers son havre.
Sans précipitation.
Parce qu'il voulait que se prolonge son voyage.

Ce qui compte n'est pas la ligne d'arrivée mais l'aventure.

Parfois on est déçu quand on trouve un trésor.
On le voulait plus somptueux ou moins clinquant,
certaines rencontres tant espérées se révèlent fades.

Il en est des choses comme des êtres.

Notre vrai visage se révèle si on a le courage de se pencher au risque de sombrer dans le gouffre d'une nuit ardente et celle-là - que l'on croyait définitivement sans fin - s'ouvre sur le Mystérieux, le Passage immobile du point d'un nouveau jour.

Libéré du passé et du futur.
Sans attaches.
Sans souvenirs.
Sans promesses...

Minuit m'a fermé les yeux.
Mon souffle a étreint l'odeur légère du vent.
Il y a eu des cris et des larmes.
J'essayais de parler mais personne ne m'entendait.

Un livre est tombé de mes mains ; ils ne l'ont pas vu.
Dommage.
Le titre était clair comme l'aurore...


..."Et moi, je vis toujours"*...

[/font]


Riagal - le 17 janvier 2018 -


* Qui est aussi le titre du livre posthume de Jean d'Ormesson - Collection Blanche, Gallimard
Parution : 11- 01- 2018 -
** Citation tirée d'"Histoire du Juif errant", de J. d'O.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
2346 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 17 jan à 08:00
Modifié:  17 jan à 08:01 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riagal.
Cette question du voyage nous obsède tous.
J'ai aimé tes images pour en parler.
Je ne sais pas ce qui t'a poussé à une telle écriture.
Mais pour moi les rêves, pas tous, sont parfois un moment de détente qui me permette de sortir de cette funeste réalité.
J'ai aimé ma lecture.
Bonne journée
Christophe

 
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
2914 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 17 jan à 10:59 Citer     Aller en bas de page

Salut Riaga
La nuit se doit ou maîtresse ou divine infimière..
J'ai aimé te lire!
Bien à toi

Jiçé

 
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
426 poèmes Liste
8236 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 18 jan à 03:45
Modifié:  18 jan à 03:47 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Hello mon frère,

J'imagine que le trésor que nous cherchons par ailleurs ne peut être qu'en nous. Finalement, ce qui importe n'est pas de le trouver, plutôt le chemin, le voyage emprunté pour accéder à une acceptation des faits aussi difficile soit elle.

Hier, je suis allée voir un film '3 bilboards' qui met en scène les événements vécus par plusieurs protagonistes de l'histoire pour accepter un deuil inaccepté jusqu'alors. Et comment le deuil va être vécu, la période de colère et les obstacles traversés jusqu'à l'acceptation. Ces personnages emprunts de colère sont sur la brèche constamment, l'on craint qu'il ne bascule à tout moment car ils restent un moment au bord du précipice.
Je ne dis pas que ton texte parle de ce sujet, hein, juste, il m'y a fait penser car ce visionnage est tout frais.

Kiss
Love & kiss

 
Adamantine

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
389 poèmes Liste
11968 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 19 jan à 06:31
Modifié:  21 jan à 04:50 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Je me suis laissée emportée par ce récit. Il est comme je les aime : il m'a poussé à réfléchir et à me poser un certain nombre de questions. Il y a de la profondeur et de la poésie dans ton texte. C'est un petit bijou.

  Et si l'on me demande à quoi j'ai passé le temps Je dirai à jouer... Le reste n'importe pas.
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
4336 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 19 jan à 10:25 Citer     Aller en bas de page

[citation=RiagalenArtem

Notre vrai visage se révèle si on a le courage de se pencher au risque de sombrer dans le gouffre d'une nuit ardente et celle-là - que l'on croyait définitivement sans fin - s'ouvre sur le Mystérieux, le Passage immobile du point d'un nouveau jour.


J'ai beaucoup aimé, particulièrement ce passage qui me parle!

Amitiés

Yvon

  YD
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
3373 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 20 jan à 05:12 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,
Un texte clair et visionnaire, un voyage attirant mais risqué ou alors peut-être est-il plus prudent de rêver seulement et puis une belle illumination.
Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 20 jan à 13:50
Modifié:  21 jan à 05:14 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Cidnos
Bonjour Riagal.
Cette question du voyage nous obsède tous.
J'ai aimé tes images pour en parler.
Je ne sais pas ce qui t'a poussé à une telle écriture.
Mais pour moi les rêves, pas tous, sont parfois un moment de détente qui me permette de sortir de cette funeste réalité.

J'ai aimé ma lecture.
Bonne journée
Christophe


Ah ça....Christophe, je ne peux te l'"expliquer"...(le faut-il vraiment ?)
Mais ce n'est ni la nuit au sens littéral et pas le rêve du dormeur non plus...c'est un mélange de réel et de "réfexions".
Et si tes nuits t'offrent de beaux rêves, tu as de la chance...me concernant ce seraient plutôt des cauchemars récurrents depuis l'enfance...d'où le fait que je ne dorme pas des masses, parce que je ne peux les contrôler.
Merci à toi pour avoir fait plus que passer...sur une lecture pas évidente....je l'admets ; -)...
! : -)

Citation de Drôle d'oiseau
Salut Riaga
La nuit se doit ou maîtresse ou divine infimière..
J'ai aimé te lire!
Bien à toi

Jiçé


...Ou bien...un "révélateur"...qui ne nuit pas au jour, puisqu'elle l'est à sa façon...
Merci, Jiçé, c'est réciproque pour le "j'aime te lire"
: -)

Citation de Catwoman
Hello mon frère,

J'imagine que le trésor que nous cherchons par ailleurs ne peut être qu'en nous. Finalement, ce qui importe n'est pas de le trouver, plutôt le chemin, le voyage emprunté pour accéder à une acceptation des faits aussi difficile soit elle.

Hier, je suis allée voir un film '3 bilboards' qui met en scène les événements vécus par plusieurs protagonistes de l'histoire pour accepter un deuil inaccepté jusqu'alors. Et comment le deuil va être vécu, la période de colère et les obstacles traversés jusqu'à l'acceptation. Ces personnages emprunts de colère sont sur la brèche constamment, l'on craint qu'il ne bascule à tout moment car ils restent un moment au bord du précipice.
Je ne dis pas que ton texte parle de ce sujet, hein, juste, il m'y a fait penser car ce visionnage est tout frais.

Kiss
Love & kiss


Tu "imagines" bien, Sister : -)....et j'ai pas vu le film dont tu parles ms tu n'es pas "hors sujet" : "Ces personnages emprunts de colère sont sur la brèche constamment, l'on craint qu'il ne bascule à tout moment car ils restent un moment au bord du précipice"... il y a de cela dans ce voyage mais pas seulement...J'y reviendrai pour répondre à tous ceux qui ont laissé plus qu'une empreinte...



(Btw : et ton brother ne t'a pas oubliée hein, je répondrai sur nos "ailleurs" qd la "tempête" sera un peu calmée...)
Take care...
Kisses and hugs...


Citation de Barbamimi
Profond!


Ah oui ? ; -)...j'essaye toujours de creuser dans les profondeurs pour y trouver une certaine lumière...c'est tout.
Et j'ai comme une idée de qui se cache derrière ce pseudo barbapapesque...mais bon, thxs qd même..: -)


Citation de Adamantine
Je me suis laissée emportée par ce récit. Il est comme je les aime : il m'a poussé à réfléchir et à me poser un certain nombre de questions. Il y a de la profondeur et de la poésie dans ton texte. C'est un petit bijou.


Merci !



Citation de Y.D
[citation=RiagalenArtem

Notre vrai visage se révèle si on a le courage de se pencher au risque de sombrer dans le gouffre d'une nuit ardente et celle-là - que l'on croyait définitivement sans fin - s'ouvre sur le Mystérieux, le Passage immobile du point d'un nouveau jour.


J'ai beaucoup aimé, particulièrement ce passage qui me parle!

Amitiés

Yvon


Et j'en suis heureux ainsi que te ton passage sous le mien;...
Amitiés, Yvon...


  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 21 jan à 05:28
Modifié:  21 jan à 05:32 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Jean-Louis
Bonjour Riaga,
Un texte clair et visionnaire, un voyage attirant mais risqué ou alors peut-être est-il plus prudent de rêver seulement et puis une belle illumination.
Amitiés
jlouis


Salut Jean-Louis ! Visionnaire ? Oh là...j'irais pas jusque là....
Un "voyage risqué" ? oui, mais il faut bien prendre ses risques ...sinon, on ne va nul part; surtt en restant couché ; -). En parlant d'"illuminarion", t'as pas tapé très loin (cf., "Aube" sur "Illuminations" et "Bottom"...)....ms curieusement je ne m'en aperçois qu'après coup grâce à toi...( il y a de ces coïncidences)...j'ai pas dit que c'était une inspiration ou la clé de ce texte, que je ne savais pas ds quelle catégorie placer....(en fait, y'en a pas...).
C'est toujours un plaisir de lire tes coms...ils m'éclairent ...
Amtiés...et bonne journée !

(ça "bug" grave, anyway, j'y go....)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
388 poèmes Liste
20464 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
20 juin
  Publié: 21 jan à 07:29 Citer     Aller en bas de page

Quel dommage pour moi, de ne pas aller plus souvent sur ce site.
Emerveillée par cet écrit , je le suis.
Qu'une étoile tombe sur tes paupières, je veux bien l'imaginer, si seulement elle pouvait prolonger ton rêve, chasser les cauchemars et t'apporter le sommeil dont tu as besoin, toutes et tous ici t'apprécient et t'aiment, de cette étoile, me ralliant aux autres, je veux bien être une de ces branches.
De la poésie, de la mélodie, des couleurs et des sentiments profonds, des nuits que beaucoup d'entre nous rêvent d'avoir, nous ne les décrivons pas aussi bien que toi.
Je vais relire plusieurs fois ces moments mystérieux et délicats que je vais profondément ressentir dans ces faits et sentiments qui te sont propres et qui se glissent en moi sans que je ne puisse vraiment me les approprier.
Bises RIAGA
CIGOGNE
Un coup de coeur

  OM
Galatea belga
Impossible d'afficher l'image
Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
659 poèmes Liste
14447 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
18 juin
  Publié: 23 jan à 07:57 Citer     Aller en bas de page



Un saule rieur, lumieres et surtout ombres qui ne cachent pas le desir de connaitre mieux l' autre, des autres, soi- meme. La vie malgre ses pieges, nous charme toujours.





Les accents sont ailleurs

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Xenia

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
1572 commentaires
Membre depuis
13 mai 2013
Dernière connexion
19 juin
  Publié: 24 jan à 03:04 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
"Et moi je vis toujours", l'ultime message de Jean d'Ormesson,

j'ai apprécié naviguer le long de tes rivages et partager tes visions très personnelles, la poésie permet les voyages dans notre sphère intérieure

" Certains affirment qu'il est passé près de chez eux un être étrange qui ne marchait ni ne volait :
il flottait entre deux horizons."


  Critiques acceptées
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2376 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
9 juin
  Publié: 12 févr à 07:10 Citer     Aller en bas de page

"Ce qui compte n'est pas la ligne d'arrivée mais l'aventure. " On pourra considéré que ce vers est une redite. On s'en fout. C'est toujours bien de le répéter.

Tout ce qu'il y a dans le malheur de croire qu'on est au bout de la route est dit là. On s'empêche de vivre.
Le cheminement c'est l'aventure, c'est ce qui palpitera toujours et qui nous dresse sur nos deux pieds. Vivants ! Ça oui ! Vibrants, souffrants, mais bon dieu... là.

C'est résumer là le sens ressenti de ton texte. Qui tu me diras, est certainement autre chose. LOL

J'ai aimé ce camaïeux de tes textes avec ceux d'Ormesson.

Salut frère de plume !

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 30 mars à 11:15
Modifié:  1er avr à 10:47 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Ma Cigogne (plus que touché...), Lilia Cara, Xenia, JB....je vous remercie tt en étant désolé de ne pas pouvoir mettre un mot à chacun, ou une explication (là c'est pour toi, JB...)...
C'est compliqué...comme toujours, oui.. ; _).
Mais ça n'a pas de rapport direct avec le livre posthume de Jean d'O ( une petite merveille d'érudition sans prétention, d'intelligence sans emphase ; je le lis par "tranches" et même s'il est fini, j'aime bien l'ouvir au hasard d'une page...).

"Le titre est tiré pourtant d'une chanson populaire, Le Juif errant.Un vieux complice de l'écrivain  que l'on retrouve dans pluseurs de ses livres notamment Histoire du Juif errant publié en 1991. En faisant référence à cette chanson, l'auteur se place en figure légendaire de l'éternel damné, et surtout du condamné à l'errance à perpétuité. Cette malédiction a cependant une vertu: elle fait de lui un visiteur et un commentateur de l'histoire.
L'Histoire. Tel devait être le titre de ce roman.  "
(le Figaro)

L'important c'est ce "credo", cette lumière que l'on doit étreindre et entretenir, pour que le Vivant demeure en nous, par nous....(et gosh, comme il prend tout son sens en ce moment...pas slt pour moi, même si ce n'est pas évident).


Amitiés et bises...
Je vous dis à bientôt...




  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 875
Réponses: 13
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0965] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.