Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 123
Invisible : 0
Total : 125
· La Brune Colombe · Lapoètesse
13003 membres inscrits

Montréal: 19 août 19:37:06
Paris: 20 août 01:37:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Un quartier bizarre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
441 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 25 jan à 08:06
Modifié:  25 jan à 11:34 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Hier, j’avais rendez-vous dans un quartier bizarre. Devant l’immeuble, la concierge vêtue de noir m’a souri en ouvrant sa superbe bouche où il ne subsistait qu’une seule dent cariée. Je savais qu’elle n’était pas Aude qui un jour s’est décrite avec cette particularité buccale. Les portes de l’ascenseur se sont refermées derrière moi comme un piège. Par un trou dans le plafond, j’ai pu voir une chauve-souris aux ailes déployées. Le papier-peint défraîchi a été griffé à plusieurs endroits. Une affiche aux allures de publicité avait un contenu nécrologique. Un chat miaulait au sixième étage, justement au terminus où je devais obligatoirement descendre car l’ascenseur n’avait plus qu’un seul bouton en état de fonctionner : le sixième. Une femme très sexy m’attendait. Elle portait un peignoir bleu capuchonné surmonté par deux longues oreilles de lapin. Elle s’est présentée sous le doux nom de « Jacula ». J’ai attendu devant sa porte. Elle m’a remis mon chat Oscar qui s’était égaré. J’ai pu rentrer chez moi avec la ferme intention de ne plus jamais remettre mes pieds dans cet immeuble à l’adresse ô combien évocatrice : 13, rue du Massacre à la tronçonneuse.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
181 poèmes Liste
9600 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
19 août
  Publié: 25 jan à 11:35 Citer     Aller en bas de page

Glauque ... mais tu l'as fait ... parce qu'Oscar le vaut bien !

Contente de te retrouver ici

  ISABELLE
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
441 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 25 jan à 12:37
Modifié:  25 jan à 23:21 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Merci Maschoune. LPDP m'a beaucoup manqué.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
706 poèmes Liste
21187 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
19 août
  Publié: 27 jan à 12:32 Citer     Aller en bas de page

Et pourtant c'était moi !
Que ne fait on pour les chats tout de même...

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
441 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 28 jan à 13:58 Citer     Aller en bas de page

[center[/center]

Citation de Aude Doiderose
Et pourtant c'était moi !
Que ne fait on pour les chats tout de même...



Je suis comme DSK, je ferais n'importe quoi pour un chat.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 296
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0626] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.