Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 327
Invisible : 0
Total : 330
· doux18 · josette · Jacques-Marie JAHEL
13041 membres inscrits

Montréal: 21 avr 05:51:03
Paris: 21 avr 11:51:03
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Une histoire vraie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
silent dog Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
4 commentaires
Membre depuis
10 avril
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 14 avr à 08:24
Modifié:  15 avr à 03:24 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

C’était un bar un peu miteux, un peu pourri. Cher quand même. Ca faisait un moment que je me saoulais avec le gars qui était assis en face de moi, accoudé sur la table poisseuse. Les lumières rouges lui donnaient un teint rouge, ce qui ne l’arrangeait pas parce que franchement il avait une sale gueule. Je ne me rappelle pas de son prénom, François, Francis, un truc comme ça.
Il était tard, et j’étais salement éméché. François, on va l’appeler comme ça, me parlait de choses intellectuelles auxquelles très honnêtement j’entravais que dalle. Faut dire que je ne faisais pas vraiment d’efforts. Il me commandait un verre de temps en temps et moi je l’écoutais parler. Je finis mon mojito d’une traite.

-Franchement François, t’es un mec super… surtout au niveau de ta générosité… mais la, j’suis bourré, je me fais un peu chier. J’vais rentrer je pense.
-Sérieux j’allais te dire un de mes poèmes !
- Un poème ? Vraiment ? T’écris des poèmes ?
- Bah de quoi on est en train de parler depuis tout à l’heure ?
- J’en sais foutre rien mec. De poésie ?
-Ouais.
-Sérieux ?
-Ouais.

Je me suis calé au fond de mon fauteuil, ai respiré un bon coup. Je repensai à la méthode de Monsieur Coué, « ne vomis ne vomis pas ne vomis pas ». j’ai regardé François, son teint rouge et sa sale gueule. Il me parlait de poésie ce con. « ne vomis pas ne vomis pas ne vomis pas ».

-François je ne suis pas sûr d’être le meilleur public pour toi ce soir mais vas-y, je veux bien l’entendre ce poème.

Il approcha sa sale gueule de moi, près de mon oreille et me susurra quelques phrases. Une salve de fusil de chasse, un ruisseau d’eau pure coulant en pleine ville. J’hésitais entre pleurer ou lui éclater de jalousie la tête sur la table. « ne vomis pas ne vomis pas ne vomis pas ». François se recula et me regarda avec appréhension.

-Alors ?
-C’est bien François… oui c’est vraiment très bien.

Il me sourit. Putain qu’il était moche, mais qu’il était beau en fait. J’avais le cœur au bord des lèvres. Je me suis levé en hâte, suis sorti du bar pour aller vomir dans la poubelle sur le trottoir d’en face. Je me suis assis sur un banc en repensant à ces quelques phrases. J’avais les yeux un peu humides. Il faisait froid. J’ai remonté le col de mon manteau et suis rentré chez moi à pied. Laissant François et le plus beau poème qu’il m’ait été donné d’entendre derrière moi. Sur le retour j’ai pleuré un peu, vomi beaucoup.

 
K.O Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
317 commentaires
Membre depuis
20 décembre 2016
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 15 avr à 18:07 Citer     Aller en bas de page

j'aime bien ces bouts de vie

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 102
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,1195] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.