Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 313
Invisible : 0
Total : 316
· jean yves · DeviousF
Équipe de gestion
· Bestiole
12991 membres inscrits

Montréal: 20 juil 06:44:06
Paris: 20 juil 12:44:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: La craie Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LRT

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
13 commentaires
Membre depuis
1er juin 2016
Dernière connexion
8 mai
  Publié: 8 mai à 12:15
Modifié:  8 mai à 16:44 par Emme
Citer     Aller en bas de page

La craie.

Je ne sais par quel mystérieux cauchemar d’un soir,
je me suis trouvé téléporté, là, dans ce long couloir du premier étage de l’établissement scolaire primaire, où je fus, un temps, jadis, poursuivi par mes études.

Sur le sol, une fine couche de neige recouvre le carrelage.
Le toit présente de grandes ouvertures, en cicatrices, par lesquelles on peut voir galoper dans le ciel des nuages gris et noirs.
De la dalle ressortent des tiges d’acier tordues, vers l’intérieur, de douleurs.

Les patères, alignées en soldats rouillés sont à leur place.

J’avance et machinalement, pousse la porte d’entrée de mon ancienne classe.
Elle résiste un peu, grince sur ses gonds.
J’entre dans la pièce.

Là, je suis saisi par un vent glacial qui s’engouffre par les baies aux vitrages éclatés.
Surpris de ma visite, un corbeau aux yeux rouges, s'enfuit par une fenêtre.
Un rideau, en lambeaux, fait d’un lourd tissu, danse, poussé par les bourrasques.
Sur le mur lézardé du fond, une grande carte géographique se balance sur un clou tel un métronome bien huilé.
Furtivement, un frais et fin rayon de soleil éclaire des dessins d’enfants jaunis par l’oubli.

Les tables et les chaises sont en pagaille, sens dessus dessous. Un véritable capharnaüm.
La neige en congère s’est déposée sur les premiers rangs.

Le sol est totalement jonché de gravois de béton, d’éclats de bois, de verre.
Une équerre et un rapporteur jaunes agonisent dans une mare d’encre bleu pétrole.
À leurs côtés, gît un encrier de porcelaine brisé.

Sur l’estrade, le bureau de la maîtresse a conservé sa dignité sur son magistral piédestal.
Derrière, la chaise est renversée.
Je monte sur l’estrade, replace la chaise.

Au centre du bureau est posé un petit bout de craie.
Je le saisis, le fais rouler entre mes doigts.
J’étends mon bras pour mieux le considérer.
Doucement, il me chauffe la main en petite flamme de liberté.
C’est magique, ce petit rien de calcaire.
Grâce à lui, on écrit l’éphémère.

Alors, je me retourne face au tableau noir, disons plutôt vert foncé.
D’un revers de manche, j’enlève le givre qui s’y était déposé.
Je me mets à écrire la date du jour que je n’oublie pas de souligner.
Puis, je dessine le « P » en majuscule de Poésie, avec délicatesse.

Dessous, j’y pose quelques vers.
Je prends soin d’appliquer, là, une belle virgule.
Plus loin, c’est un accent qui s’envole vers le ciel, puis chute, léger comme une plume, en circonflexe.
Une respiration s’impose en note blanche sur la partition du musicien qui compose.

Derrière moi, il me semble alors entendre, des voix, des rires et des railleries.
Je me retourne, et je les vois.
Ils sont tous là, figés en statues pétrifiées sur ce papier glacé d’une photographie de classe, délavée par les années.
Pourtant elle était bien protégée, au fin fond d’une armoire, dans sa chemise de papier crêpé.
J’arrive toutefois à reconnaître quelques visages que ma mémoire, en feuille de soie, n’a pas floutés.

C’est alors, sur la pointe des pieds, que je décide de m’effacer, laissant, ainsi, derrière moi, les fantômes s’amuser.
Le couloir est envahi par l’obscurité.
Au loin, au fond des cercueils, les bougies s’éteignent l’une après l’autre.
Je vais pouvoir, enfin, m’endormir.

LRT

 
Danalore

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
571 commentaires
Membre depuis
15 mai 2016
Dernière connexion
14 juillet
  Publié: 9 mai à 04:13 Citer     Aller en bas de page


La craie, un souvenir strident. Sur le tableau noir les vers glissent chassant le cauchemar ...
Très bel écrit. Merci du partage

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
393 poèmes Liste
20579 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 2 juin à 10:39 Citer     Aller en bas de page

Je ne suis pas déçue de découvrir ce superbe écrit.
J'ai rêvé de nombreuses fois à mon école et je revois même éveillée, les visages de mes camarades, et je me souviens des jeux que l'on faisait dans la cour de récréation.
Ce sont des images qui ne peuvent s'oublier et se ternir.
Un grand merci pour ce récit passionnant
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 161
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0306] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.