Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 36
Invisible : 0
Total : 37
· glycine
13019 membres inscrits

Montréal: 21 nov 03:39:42
Paris: 21 nov 09:39:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Imbroglio Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
1406 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 11 mai à 04:20
Modifié:  14 mai à 16:41 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Au travers des différentes senteurs, prémices d’un succulent repas, son adorable grand-mère s’active dans la cuisine tandis que l’odeur d’une volaille cuite lentement devant un immense âtre se répand dans la pièce… Mmmmm ; juste un appel à s’asseoir autour de la table monastère. Pour l’instant, assise sur le banc en pierre accolé à la cheminée, je me lève régulièrement pour arroser le poulet et remonter la clef du système de l’ancestral tournebroche. Le temps semble s’arrêter dans cette maison d’un autre siècle où les bougies sont plus nombreuses que les interrupteurs et où le garde-manger, une pièce plus fraîche que les autres remplace le réfrigérateur.

Le ventre bien tendu, je remercie encore une fois cette dame aux cheveux blancs, ridée comme une pomme d’Api et aux yeux bleus pétillants…
- Je ne me souviens pas d’avoir dégusté si bonne viande depuis des lustres ; elle était excellente…
- Vaï, petiote, les volailles ici picorent toute la journée dans les prés… Elles sont saines et bien portantes… Tu l’as aimée alors j’en suis contente… Prends ces œufs ; tu ne trouveras pas les mêmes dans ta grande ville…

Le goût est encore dans ma mémoire une semaine plus tard en retournant l’omelette que je m’apprête à déguster….. DRING DRING !!! Qui peut venir me déranger en ce moment précis ?

- Oh !!! C’est toi ? Bonjour Fabien… Quelle agréable surprise, je pensais justement à ta grand-mère à son délicieux poulet.
- Bonjour Vava, je ne m’attarde pas tu sais qu’elle n’aime pas attendre pour le repas. Elle te prie d’accepter ce cadeau… je repars tout de suite… Je te verrai à la fête de la Saint-Jean… Bises

Du très rapide et me voilà devant le portail ouvert, dans les mains un carton encombrant que mon chien essaie désespérément d’attraper… Ah le carton tressaute… De saisissement, je le lâche ; Urson en profite pour y sauter dessus… et un poulet apeuré en sort en agitant ses pauvres ailes. Pas le réflexe de fermer le portail et voilà le volatile dans la rue… Alors que mes yeux suivent la bestiole pourchassée par mon chien, j’enregistre la présence sur le trottoir d’en face, de ma vieille voisine qui balade son affreux petit caniche… AÏE !!!!! Il a repéré lui aussi le poulet, il tire sur la laisse pour courir derrière… et… pas le temps de m’avancer que sa maîtresse la lâche en tombant tête la première dans le caniveau… Je me précipite ohhhhhhhh ! Un cycliste qui pour l’éviter se déporte sur la voie de gauche et NON !!! Une voiture en face… Le vélo est sur la calandre de la voiture tandis que le jeune homme est étalé de tout son long… OMD !!! Vers qui dois-je me précipiter : la vieille qui hurle, le cycliste ? J’allais me diriger vers ma voisine lorsque le conducteur ouvre la porte de son véhicule et… un camion de gendarme se pointe… Il roule vers nous et... Le poulet et les deux chiens traversent juste devant eux… Le camion freine et donne un coup de volant à droite pour éviter les animaux et la voiture arrêtée au milieu de la route… OUCH !!! La camionnette bleu marine s’est encastrée dans un lampadaire… Je ferme les yeux et les réouvre… Non, je ne cauchemarde pas, cette scène irréelle appartient bien à cet instant… Un gendarme semble un peu perdu, il essaie de comprendre… Il tourne la tête vers moi, le regard interrogateur… Ok, maintenant, je sens que je vais devoir expliquer…

Ma voisine est encore choquée mais elle ne semble pas blessée ; le cycliste se relève les genoux et les bras ensanglantés mais lui non plus n’est pas sérieusement touché… Oufff ! Le conducteur sépare le vélo un tantinet déformé de sa voiture. Un autre gendarme regarde avec dégoût l’avant de son camion défoncé par un lampadaire à la forme étrange…

- J’habite ici… Voulez-vous vous tous entrer ? Je prépare du café, nous risquons d’en avoir besoin.

Ohhhhh ! De la fenêtre de la cuisine, s’échappe une épaisse fumée… L’omelette !!! Feu omelette !!!

Amusant, personne ne se préoccupe de ma cuisine totalement enfumée mais tous me précèdent dans ma maison et s’assoient dans les canapés… J’entends un gendarme appelé un collègue pour qu’il vienne avec un appareil photo et du papier… mais aussi des jappements de chien… Je les avais totalement oubliés. Urson rentre au bercail accompagné du frisé… Tous les deux se couchent gentiment sous la table de la cuisine… Le repos après une course folle… Tandis que j’ouvre la fenêtre et que je mets en route la hotte en constatant que juste la poêle est à jeter, j’allume la cafetière puis pose les tasses remplies dans un plateau… DRING ! DRING !… Par la fenêtre, je fais signe à un nouveau gendarme d’entrer…

- Bonjour Madame, j’ai trouvé…

Pas le temps de développer davantage, voilà que les deux chiens sautent sur le nouvel arrivant qui tient le poulet dans ses mains… Mon plateau posé à cheval sur la table s’envole et les tasses à café se retrouvent sur le bel uniforme avant de se casser… Avec le bruit, les aboiements, un des premiers gendarmes déboule et glisse sur le sol mouillé de café… AÏE !!! Son bras n’a pas plus tout à fait la forme réglementaire et il hurle d’appeler les pompiers…

Il est encore à l’hôpital lorsque je termine le récit de cette rocambolesque succession d’événements… La question qui laisse tout le monde perplexe tombe alors :
- Vous êtes assurée ?
- Qui ? Moi ?

De nouvelles tasses à café plus loin et nous voilà tous en train de joindre nos assureurs respectifs… Incroyable, il semble que mon salon est devenu une plateforme téléphonique… Et leurs assureurs comme le mien sont dubitatifs… C’est alors que je suis prise d’un fou rire inextinguible et communicatif… Ahahahahahahahahahahah… Il augmente d’un niveau lorsqu’un gendarme les yeux remplis de larmes dit : « et le poulet était toujours vivant !!! »

Nous nous croisons parfois dans mon village et le premier sourire que nous nous adressons est toujours associé à ce jour-là 15 ans plus tôt. Personne n’a jamais su quel ou quels assureurs avaient payé les dégâts… et finalement ce détail n’a aucune importance…

Si je me souviens de cette histoire maintenant c’est en raison du repas au restaurant hier soir… Ils étaient peut-être une trentaine assis à la même table : un dîner de différents assureurs de la région. Ils lisaient les différentes réponses à un test commun qu’ils soumettaient aux nouveaux embauchés de leurs agences respectives… Ils riaient autant que nous avons ri dans mon salon… Notre histoire est peut-être aussi devenue légende aux pays des gendarmes ?



Cette courte nouvelle est dédiée en particulier à ceux qui ont ri à Limoges le week-end dernier... Merci pour ces deux jours de convivialité... ahahahha ... je ne dirai rien de nos conversations... Ce qui s'est raconté à Limoges reste à Limoges...

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10153 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 11 mai à 05:18 Citer     Aller en bas de page

"Cette courte nouvelle est dédiée en particulier à ceux qui ont ri à Limoges le week-end dernier... Merci pour ces deux jours de convivialité... ahahahha ... je ne dirais rien de nos conversations... Ce qui s'est raconté à Limoges reste à Limoges..."

Une espèce de monde parallèle en quelque sorte ...

Merci Valérie de nous avoir offert cet imbroglio digne d'un film des années 70 avec un certain Pierre Richard ...

Amitiés vers toi

  ISABELLE
Drôle d'oiseau


La poésie est une source et nous irons tous y boire....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
3058 commentaires
Membre depuis
23 avril 2016
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 11 mai à 05:39
Modifié:  11 mai à 05:40 par Drôle d'oiseau
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Valy,
Cette nouvelle est truculente, elle dégage chez toi le pouvoir du savoir écrire en plusieurs domaines!
C'est heureux !! Quoique que je me pose la question de savoir si l'air du Limousin n'est pas un peu propice à l'imagination d'un panel d'écritures diverses et variées..
Merci pour ces bons mots offerts!
Je t'embrasse...

Jiçé

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
672 poèmes Liste
14609 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 11 mai à 19:00 Citer     Aller en bas de page



Vraiment " divertente" . 😂😁

La prochaine j' espere vous joindre.


Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
2536 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 12 mai à 10:02 Citer     Aller en bas de page

Ah quelle histoire ... marrante et fort bien racontée ... les deux font la paire.
Bonne journée
Chrstophe

 
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
3074 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 16 mai à 06:14 Citer     Aller en bas de page

Hello, mon EF,
Une rencontre entre poulets, non ? ; -)
Et pour l'autre rendez-vous, sorry de n'avoir pas été là pour te l'entendre raconter de vive-voix : un plus comme une cerise bleue sur un gâteau cramoisi - une vraie cuisine sanglante ta nouvelle ^^

Bisouxxx d'humour en sauve qui peut...
AR

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
114 poèmes Liste
848 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 16 mai à 13:58 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Valérie,

Quel saut ! Tu passes du thriller au burlesque comme quoi, on se le disait en pays limougeaud, il suffit d'ouvrir les portes de nos armoires et de fouiller dans nos tiroirs.
Merci pour cet écrit loufoque dépeint tout en abyme. C'est aussi cela l'effet domino. Et ton histoire m'en rappelle une autre quand un poète de nous connu
se prenait une rincée de kir royal sur la chemise et le pantalon et, reculant sa chaise sous la surprise, basculait cul par-dessus tête au milieu des thuyas.

Bisous.
JMJ

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 392
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0343] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.