Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 30
Invisible : 0
Total : 32
· aigredoux
Équipe de gestion
· Adamantine
13171 membres inscrits

Montréal: 8 août 08:56:24
Paris: 8 août 14:56:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: La Chute Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 25 mars à 19:50
Modifié:  26 mars à 08:54 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page


La Chute


J’aimais trop les éclats des amours éperdues
Les coupes de vins fins, les fleurs défendues
La couleur d’un rire ou le goût d’une soie
Le parfum d’un soupir, le trouble d’un émoi

Un instant d’abandon m’était une conquête
Plus précieuse que l’or d’une mine secrète
Tous les infinis lents des valses alanguies
M’enivraient d’un bonheur capricieux et maudit

Un plaisir vagabond qui ne cessait jamais
J’étais un dieu mondain et séducteur, mais
J’étais vide de cœur au creux de ma statue
J’étais faux de serments lorsque je disais « tu »

La futile ambition d’une éternelle ferveur
Trahissait mes trompeuses promesses dans l’heure
Les vaines élégances des adieux impatients
Voilaient des yeux déçus d’un mensonge insouciant

La vérité fuyait ma compagnie factice
Et enfin les victimes de mes vains artifices
Échappaient au serpent qui ne fascinait plus
Qui faillit les corrompre et perdre leur salut

L’errance dans la nuit m’était un long manteau
Qui traînait jusqu’à terre pour couvrir un fardeau
De grandes illusions et petites aubaines
Qui ne trompant qu’un jour n’en valaient pas la peine

Alors je suis tombé, comme on chute d’un trône
De degré en degré, jusqu’à mendier l’aumône
D’une piètre débauche, d’une orgie dérisoire
Et mon bel esprit d’or devint une âme noire

Blafard froid et cruel vint le soleil d’hiver
Tomber sur les haillons de ma folie d’hier
Ma splendeur enfouie sous un tas d’immondices
Et mon nom oublié des belles de jadis


Gao T. Kanth

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
478 poèmes Liste
9580 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
8 août
  Publié: 26 mars à 02:28 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Bienvenue sur le site. En espérant lire d'aussi belles poésies.

Catherine

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
162 poèmes Liste
4700 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
7 août
  Publié: 26 mars à 05:36 Citer     Aller en bas de page


Bonjour,

Bienvenue chez les tailleurs de vers et de rêves.
Cet apologue, plein du lyrisme de la plainte amènera sûrement le récitant à errer, dorénavant, mélancolique, abandonné et assombri.
Du souffle et de la densité.

Cordialement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12407 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
7 août
  Publié: 26 mars à 08:55 Citer     Aller en bas de page

Bienvenue sur le site

Bien belle entrée, un plaisir de lecture pour moi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
232 poèmes Liste
16481 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
7 août
  Publié: 26 mars à 12:18 Citer     Aller en bas de page

Bienvenue sur le site

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 27 mars à 00:18 Citer     Aller en bas de page

Merci pour votre accueil et vos appréciations.

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
143 poèmes Liste
6785 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
8 août
  Publié: 3 avr à 10:24 Citer     Aller en bas de page

C'est tout de même terrible de commencer par une chute...!

Ceci-dit, elle est plutôt rudement bien tombée, sans faire de mal aux yeux...

Bon, j'imagine que ce poème est le fruit de ton imagination, bien fertile, au demeurant...

De se rendre compte de ses erreurs, de ses mensonges, de ses faussetés, je trouve cela plutôt courageux, ça montre un esprit qui se remet en question, même si, il y met du temps...

Après, arrivé à terre, on peut toujours se relever...

Amicale bienvenue...

Hubix.

 
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
213 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 3 avr à 12:44 Citer     Aller en bas de page

J'aime...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 5 avr à 02:40 Citer     Aller en bas de page

Merci Hubix-Jee pour le souhait de bienvenue, et pour le commentaire... " tomber onze fois, se relever douze fois...".

Merci pour l'appréciation, Saphariel.

 
Crikee
Impossible d'afficher l'image
Maint amoureux d'un grain de beauté commet l'erreur d'épouser la fille entière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
292 commentaires
Membre depuis
6 mai 2006
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 11 avr à 13:32 Citer     Aller en bas de page

Ton poème m'a fait pensé à La Peau de chagrin de notre cher Honoré de Balzac.

Merci pour la lecture,
Crikee

  A la fin de l'envoi, je touche !
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 15 avr à 10:23 Citer     Aller en bas de page

Merci Crikee pour le message et l'évocation de la Peau de chagrin, le dandy ici aussi est rattrapé par le destin.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 306
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0293] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.