Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 333
Invisible : 0
Total : 339
· M@rselO · Myo · La Brune Colombe · Cioran · Laur'Ha · Lux
12994 membres inscrits

Montréal: 27 mai 13:44:06
Paris: 27 mai 19:44:06
::S�lection du th�me::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: La Porte des Songes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 15 mai à 13:46
Modifié:  15 mai à 15:22 par Emme
Citer     Aller en bas de page





Sur le sol carrelé, un bruit des semelles, assourdi par sa voix qui récitait un sonnet de Shakespeare, en boucle, toujours le même.
Son regard d'araignée grimpait sur les murs sans fenêtres. Son cerveau enregistrait le plus infime détail. La couleur lie-de-vin des plinthes, le beige de la porte verrouillée, les néons de la pièce, perçants, aveugles et aveuglants.

Tout était propre. Trop propre pour être honnête.
Aseptisé, désinfecté.
Odeur javellisée d'un laboratoire infecté de miasmes et de démences.
Dans un coin, un lavabo. Juste en face un chariot.
Seul meuble mouvant dans l'immobilité de ce huis clos.


Relâcher la tension, pas trop, juste le temps de reprendre son souffle. Fermer les yeux, toujours en récitant. Ne pas se taire.
Le silence était son ennemi. Les angoisses dansaient.
Les chasser était inutile.
Les apprivoiser en ouvrant une autre porte ?
La Porte des Songes.

Un Bosch venu le visiter, lui tendait ses toiles en souriant. Lui murmurant que tout n'était que fiction. Qu'il ne fallait pas prendre l'Enfer au sérieux. Dante lui-même, de passage, lui avait parlé de son nouvel ouvrage, le Paradis. Mozart ressuscité, éclatait d'un rire contagieux sur le piano- forte des imaginations.



Au troisième jour, ils avaient disparu. Poètes, peintres, romanciers, musiciens, le laissant seul, face à lui-même qui n'était pas grand-chose. La lutte s'était intensifiée. La lutte pour la survie.



Sur la muqueuse des matins, salive la dernière vague.
Corps chiffonné de pluie, il se perd au loin. Parce qu'un jour son meilleur ami lui a écrit dans sa dernière lettre : "Sache que je serai toujours là, je guette l'horizon."

Depuis, il y a un jeune homme qui passe des heures sur le chemin de ronde, totalement immobile. Un type bizarre aux orbites creuses derrière des lunettes noires, une canne blanche à ses pieds, répétant, comme en écho :
"Sache que je serai toujours là, à guetter l'horizon..."



Riagal - le 15 mai 2018 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
147 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
23 mai
  Publié: 15 mai à 13:54 Citer     Aller en bas de page

J'adore ! c'est étrange, ce qui résonne en moi comme un écho, là, maintenant, après la lecture c'est...

"La Porte des Songes... La Porte des Songes... La Porte des Songes..."

Je relirai avec plaisir...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 15 mai à 14:00 Citer     Aller en bas de page

Un "écho", oui...Je viens de l'écrire...; -), pas facile (encore ^^) à "décrypter" mais c'est une de mes plongées dans l'onirisme....Merci, mon amie...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Jaceo


Alone in the trees
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
137 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 15 mai à 16:36
Modifié:  15 mai à 16:43 par Jaceo
Citer     Aller en bas de page

J'aime cette planète des songes, où jonchent sur le sol des singes de labo en jonque. Les néons aseptisés agressent leurs pattes, mais elles se posent quand même, quelque part, par terre, en mer.

Un homme venu de l'espace, avec des gros verres ronds, scrute ce spectacle, tapi dans l'ombre, comme un tamanoir blond.

Et un meuble mouvant dans la terre, les meubles mous meublent, dans le sable de vers saillants, où des clepsydres fondent le temps. Des petits trous aux pieds des plinthes, et des plaintes sur l'échelle d'une grenouille à bocal, d'un apothicaire antiquaire, qui mange les vers saillants qu'il range dans des bocaux ronds, sur le bureau en céramique de l'horizon.


J'ai aimé la lecture,
amitiés et bonne soirée

 
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 15 mai à 17:45 Citer     Aller en bas de page

Et moi, j'aime cette réponse ; -)...

Merci Jaceo, avec mes amitiés...


Spokoïnoï notchi...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Lisa "Babe" Nouveau membre!

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
73 commentaires
Membre depuis
6 mai
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 15 mai à 19:07 Citer     Aller en bas de page

J'aime ce trip

 
Sysy


CARPE DIEM /Ton rêve est dans la réalité , Va le chercher
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
158 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2016
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 16 mai à 02:16 Citer     Aller en bas de page

Bonjour RiagarlenArtem,
Prenant...j’aime...

Agréable journée

  Sysy
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
2928 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
16 mai
  Publié: 16 mai à 11:26
Modifié:  16 mai à 11:34 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Lisa "Babe"
J'aime ce trip



Sympa,Lisa...c'est un drôle de "voyage", en effet. Merci d'avoir poussé la Porte : -)


Citation de Sysy
Bonjour RiagarlenArtem,
Prenant...j’aime...

Agréable journée


Merci Sysy...je suis (agréablement surpris) de ces passages sur mes imaginaires...à croire que chacun(e) a trouvé sa clé des Songes pour entrer dans ce texte.. ; -)...

Amicalement...
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
133 poèmes Liste
3363 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 17 mai à 04:47 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
" Un type bizarre aux orbites creuses derrière des lunettes noires" , c'est peut-être toi écrivant entre deux rêves...étrange et captivant
Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 177
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0344] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.