Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 163
Invisible : 0
Total : 165
· Avraham · Lucie Granville
13279 membres inscrits

Montréal: 22 oct 02:54:36
Paris: 22 oct 08:54:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Cv de château If sans applaudir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Dimitryet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
27 mars 2019
Dernière connexion
13 octobre
  Publié: 8 avr à 18:21
Modifié:  9 avr à 06:49 par Dimitryet
Citer     Aller en bas de page

Autobiographie en Bastille If Goulag hexagonaux

Moi, j'étais boursier du gouvernement français,
Un jeune homme comme Edmond Dantes,
Dans ce pays plein de pdgs avec les deux "e" entre p et d et des collaborateurs volontiers,
Par amertume j'ai "marié" la précarité (presque même avec une certaine amitié),
Pire est la misère de l'amitié à la française "raffinée",
Malheureusement la tuberculose finalement m'a touché,
Je me retrouve alors à l'Hôpital du Parc de Taverny en Val-d'Oise, mais...
Qu'est-ce qu'ils m'ont fait !,
D'abord la médisance mélangée avec envie des infirmières vieillissantes et obsédées,
Je ne fais pas partie de votre harem, Madame, vous savez,
Même que je n'étais qu'un pauvre étranger,
Je ne vous paie pas par ma dignité en Christ Rachetée,
Le personnel Lepenisé, lumpenisé eux-mêmes, sans la paix,
La pneumologie, pourtant sur leur cœur le "Mein Kampf" est imprimé, cela se sait,
Après les trois mois de convalescence passés c'était encore pas assez,
Sur mon chemin est un jeune prêtre polonais,
Qui en parlant en contraste avec bienveillance, finalement essaie de m'attoucher,
Lui qui travaillait tout le temps avec des petits enfants à la crèche juste à côté,
Le caractère de ses mouvements même envers moi le trahissait:
Un intérêt, l'approche particulier vers des enfants malcomprenants,
Cela se sent, vous comprenez,
Je l'ai soupçonné et j'essayais d'en parler aux gens,
La paroisse de Taverny, encore Sodome réincarné,
Une vieille nonne s'est rapidement activée,
On dirait c'est une mère des aliens,
Celle qui visite des malades sans sincérité,
Et vote toujours pour maréchal Pétain,
Elle court se plaindre aux médecins à l'Hôpital du Parc, toute acharnée,
Disant comme quoi c'est moi, et pas lui évidemment, qui l'a scandalisé, choqué
Par mon comportement indigné,
Néanmoins comme le comportement de Suzanne biblique de ma part, je dirais,
Mais les méchants au Parc par là ont réalisé
Que je ne suis qu'une brebis sans troupeau aucun à côté en mes journées françaises,
Mon médecin traitant, une certaine Anny, me dit alors avec un grand dedans, en recevant le droit de me juger,
Que je dois partir tout de suite en hiver sans abri, même ne me sentant encore pas bien, toute ma souffrance méprisée,
Une grande bouche ouverte béante pour avaler,
Et quand j'ai dit que c'est méchant (avant on s'est bien accordé ensemble différemment) elle s'est sournoisement emportée,
Elle part précipitée pour me prescrire un neuroleptique et une consultation d'un psy, sans cause enragée,
En m'attrapant sur la parole en détresse éprouvée,
Actrice s'est armée des mécanismes administratifs comme d'un scalpel de guillotine en main de sa mauvaise volonté,
Probablement la récidive de collaborationnisme dans l'air s'est propagée,
L'épidémie à la française, pire que la phtisie, dont on crève pour l'éternité,
La psy arrive après et se présente comme une infirmière de cardiologie et une pratiquante catholique, c'est pas vrai,
Et comme je ne me laisse pas faire par ses duperies - elle est complètement fâchée sans se cacher,
Elle dit finalement exactement cela: "mais vous savez: mon chef Satan chez vous m'a envoyé !" -
C'est pour à tout prix me déstabiliser -
Et elle clignote à l'infirmière surveillante de pneumologie qui se retrouve en ce moment à son côté,
Comme quoi c'est marrant pour les deux bonnes femmes la comédie pour sbires crachant, complètement affolées,
Après elle est partie toute mécontente,
Elle dit que je dois être "dangereusement intelligent" si je ne me suis pas fait,
Et moi je vais chez le pneumologue de service en cette journée, un certain Vincent,
Pour dire que le neuroleptique m'humiliant je dois cesser (presque sans commencer),
Lui, bien malveillant même à mon arrivée avant, me répond que dans ce cas il part téléphoner
Pour m'envoyer en psychiatrie (est-ce que je devais céder au prix de ma santé?!),
Alors je m'évade sans attendre qu'on m'y jette en état terrorisé,
Je reste en rupture de traitement nécessaire un certain temps, le vital danger,
Même sans abri encore malade, j'ai la pleurésie avec épanchement, un prisonnier d'après la guerre froide cruellement torturé,
En France sans famille comme un orphelin sur le glacial plancher, une personne injustement accusée,
La peur de me réadresser dans le système médical français de plus sans argent comme une chaîne me cernait,
Fascistes en droit de me corriger pour mon orthodoxie chrétienne mentalité en pleine sincérité,
Sodome, les 120 journées,
Le film où ils sont handicapé
Ceux des orphelins qui ne se sont pas soumis à leur perversité,
À vie, vous vous félicitez, le peuple français, de bizutage mortel d'un boursier, la francophonie et hospitalière hospitalité,
La rupture de traitement a fait la tuberculose de non-résistante la résistante, la résistance trafiquée
Par collaborateurs malignisés, fâchés,
La maladie comme bête sur l'arène ancienne du Colisée
Qu'ils ont artificiellement dopée,
Le cirque des galants français,
Et quand en retrouvant le reste de mes forces je retourne en Russie mortellement blessé
Probablement par ma tuberculose mon père s'est contaminé,
Après il est mort par ce fait,
Et les méchants maniaques même maintenant essayeraient de me malinterpréter,
Ce qu'ils ont fait déjà quand de Moscou je les ai appelés,
Même on dirait qu'ils se glorifient comme des "dog's hunters" volontiers et des super-policiers,
Des chasseurs aux têtes des indiens, les skinheads officialisés et sur-civilisés
Par son passeport français,
Qui dans ce cas même sans visa ouvre les frontières de l'enfer pour cette mafia en mal consolidée,
Et maintenant vous les aussi applaudissez ?,
Les médecins SS étaient gentils avec les siens, mais cela n'a pas pu marcher!
Ou privilégier des islamistes malades comme des chiens de garde obsédés à bagarer,
Il y en a Un qui sais néanmoins récompenser.

Par Dimitri Khokhlov

Dédicace à Anny DARDOUR qui travaille maintenant comme pneumologue à l'Hôpital d'Aincourt (groupe hospitalière du Vexin) avec les meilleurs recommandations de l'Hôpital du Parc de Taverny je suppose, POUJOL Vincent qui était avant un simple pneumologue et maintenant est même devenu le chef de service de pneumologie en Hôpital du Parc de Taverny en Val-d'Oise et encore directeur adjoint (il travaille aussi dans l'Hôpital privé de PARLY II Chesnay, Yvelines), et aussi le silencieux ancien chef de service pneumologie VETTERL François qui est devenu après même le directeur adjoint de l'Hôpital du Parc de Taverny en Val-d'Oise.

Une autre histoire meurtrière là-bas une année plus tard en 2001

http://www.leparisien.fr/val-d-oise/l-hopital-du-parc-de-taverny-change-de-direction-22-05-2001-2002183364.php

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
720 poèmes Liste
15373 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 28 mai à 00:14 Citer     Aller en bas de page

Je lis, je compatis.

Galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 236
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0252] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.