Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 24
13055 membres inscrits

Montréal: 11 déc 22:20:42
Paris: 12 déc 04:20:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Un vieux décolleté Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
473 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 10 juin à 04:28
Modifié:  11 juin à 05:47 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Le temps est assassin. Je risque une hernie discale à vouloir encore faire des galipettes. Mon corps a perdu sa souplesse, mais j’ai toute ma tête. Quelques fantasmes y traînent. Une ex-enragée du cul, c’est comme un vieux volcan éteint qui ne peut s’empêcher de dégager des fumerolles de soufre.

Je m’interroge sur ma nature. Suis-je pire que je l’imagine ? Ai-je à ce point manqué de moralité ? Une chose est sûre, les sources de mon développement personnel sont inexistantes. Je ne vis que par le regard des autres. Condamner à séduire jusqu'au dernier jour de ma vie. C’est sans doute le sort réservé aux manipulatrices. J’aimerais avoir votre avis.

Vous auriez pu faire partie du cercle de mes amants habituels, si je vous avais connu à l’époque de mes frasques. Ne faites pas cette tête. Réjouissez-vous, jusqu’à présent le destin vous avait épargné la rencontre de femmes comme moi, une Mata Hari des temps modernes. Tout est encore possible : le meilleur comme le pire. Qu’espérez-vous obtenir ? Pour avoir un peu vécu, je sais reconnaître le désir dans les yeux d’un homme. Ce soir, je suis d’humeur folichonne, mais je n’ai plus l’énergie de ma jeunesse pour vous retenir. J’étais sincère en vous racontant ma vie. J’ai fait la démonstration que je suis l’incarnation du vide. Le vide nécessaire pour que l'ambition s'installe. Cela ne semble pas vous avoir découragé.

Partez, je vais me coucher. Je ne veux voir personne quand je me démaquille. Ma loge est interdite au public, l’auriez-vous oublié ? Revenez me voir demain, un peu plus tôt. Je vous ferai une lasagne. J’ai encore une bonne bouteille de Pomerol qu’on pourra partager. Juste pour vous, je remettrai un de mes vieux décolletés plongeants.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Adria d'Orances


Je la joue en Ut
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
464 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 10 juin à 05:08 Citer     Aller en bas de page


J'ai toujours pensé que le Pomerol vieillissait mieux que nous. Cette femme a du goût. Rien que pour cela elle pourrait être une amie. Un millésime 1986 m'irait parfaitement .... En tous domaines, ma reconnaissance est toujours à la hauteur de ce que l'on me sert.

Bon texte (extrait)

Adria

  Mes textes peuvent être commentés par message privé
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
84 poèmes Liste
473 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 10 juin à 05:43 Citer     Aller en bas de page

Dans ce cas, vous pouvez me compter parmi vos amis, car le Pomerol et moi, c'est une grande histoire d'amour.
Je n'étais pas sensible au goût du vin, ni au tralala qui l'entoure. Le vin me donnait mal à la tête. J'en buvais par politesse. Et un soir, lors d'un dîner chez un ami, j'ai goûté au Pomerol, un coup de foudre œnologique !!! Et depuis, je ne jure que par ça.
Voilà, par cette réponse je viens de dévoiler à la ville et au monde un de mes rares points faibles. Ce vin vous fera savoir qui se cache derrière mon masque de Joker.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 297
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0255] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.