Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 64
Invisible : 1
Total : 65
13211 membres inscrits

Montréal: 18 mars 20:18:58
Paris: 19 mars 01:18:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Ankou Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LRT

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
1er juin 2016
Dernière connexion
18 mars
  Publié: 25 oct 2018 à 08:15
Modifié:  26 oct 2018 à 05:46 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Ankoù.

Des nuages parcourent le ciel au galop.
Une pleine lune rousse peine à éclairer le manoir.
Dans le parc, le grand chêne décharné semble plus sombre qu’à son habitude.
Plusieurs corbeaux aux yeux blancs se posent sur une de ses branches.

Le vieux comte fume sa pipe blanche, se tient assis dans un fauteuil rapiécé, face à la cheminée dans laquelle une bûche de bois humide crépite.

À la droite, trône un grand lit dans lequel agonise sa femme.
La pièce est faiblement éclairée par le foyer et plusieurs bougies disposées sur une table et des bahuts.
Le recteur se trouve auprès d’elle, lui administrant l’extrême-onction.

Appelé par les bonnes, il s’est précipité dans la nuit en char à bancs, au chevet de la moribonde accompagné d’un paysan.
Il faut dire qu’en ces temps, les chemins sont peu sûrs.

Le corps de la comtesse est parsemé de plaies purulentes dont l’odeur nauséabonde envahit le lieu.
La pauvre femme est secouée par de violents spasmes.
Ses mains squelettiques s’accrochent fortement aux draps souillés.

Face à elle, assises sur un lourd banc de bois fatigués, trois bonnes, silencieuses, parcourent rapidement de leurs mains des chapelets, se signant furtivement de temps en temps.

Le paysan qui accompagne le recteur, un gaillard bien charpenté aux cheveux longs, est lui, debout, immobile, tenant son chapeau à la main.

La comtesse se meurt !
Peu avant minuit, en ce 31 décembre, la comtesse, emportée par la peste, en un puissant vomi sanglant, a rendu son dernier souffle.
Soudain, comme saisies dans un vent glacial toutes les bougies s’éteignent simultanément.

Madame se meurt ! Madame est morte !
Dernière morte, Ankoù pour l’année, telle sera sa destinée ! Et les corbeaux s’envolent !
Au loin, Dans le bois du Toull-bleiz, on entend un loup hurler.

Au petit matin, ce jour de nouvel an a du mal à s’arracher à la nuit.

De fins lambeaux de brouillard parcourent l’enclos de granite usé par le lichen vert et gris.
En ce sinistre lieu qui tient, ce matin, de marché, la nouvelle a vite fait le tour des étals.

Près du grand porche et près de l’ossuaire, des groupes de femmes et d’hommes, les sabots plantés dans la boue froide, tiennent conciliabules.
Sous les lourds chapeaux et les coiffes blanches, les visages sont crispés.

Un bedeau famélique et bossu sonne le glas.

«Ma Doué ! Paouvres nous! Paouvres pécheurs »
Se disent les manants inquiets.

«Ce fut une bien mauvaise femme, la comtesse, de son vivant ! »
« Pour sûr ! C’est le malin qui aura emporté la maudite ! »
« Diable ! C’est une pestiférée qui montera la "Karrigell an Ankoù" !»
« Le village est maudit ! »

Il faudra brûler le corps de la sorcière, car en ce début d’année 1639 la peste frappe le Finistère.


Loïc ROUSSELOT

 
Samira DE Cet utilisateur est un membre privilège
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
157 commentaires
Membre depuis
8 mai 2013
Dernière connexion
17 novembre 2018
  Publié: 27 oct 2018 à 11:41 Citer     Aller en bas de page

Pourquoi ai-je l'impression de voir Baudelaire et sa charogne rôder près de ce texte magnifique !?

C'est excellent !

Dans mes lectures à relire assurément...



Poétiquement,

Le Sanctuaire.

  ]La Sanctuaire[
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 253
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0267] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.