Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 425
Invisible : 0
Total : 425
13078 membres inscrits

Montréal: 25 mai 21:28:42
Paris: 26 mai 03:28:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Retrouvailles Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Gigi_A
Impossible d'afficher l'image
les émotions les plus belles sont celles que tu ne sais pas expliquer. -Charle Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
4 commentaires
Membre depuis
11 février 2018
Dernière connexion
1er avril
  Publié: 15 nov 2018 à 20:30
Modifié:  17 nov 2018 à 15:31 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Retrouvailles
Cela faisait deux ans jour pour jour qu’elle ne lui avait pas parlé. Elle avait tellement hâte de la revoir qu’elle en avait presque oublié qu’il fallait qu’elle aille à l’école d’abord et qu’elle devait attendre ce soir pour aller la rejoindre à la gare.

Les cours étaient tellement ennuyeux qu’ils ne pouvaient pas l’empêcher de penser à elle. Plus précisément à cette dernière fois où elle lui avait parlé. Son amie l’avait appelée une première fois dans la soirée, mais elle soupait alors elle n’avait pas entendu son téléphone. Voyant qu’elle avait eu un appel manqué elle décida de la rappeler. Après d’interminables secondes à écouter la sonnerie retentir elle tomba sur sa boîte vocale. Elle n’était pas capable de lui laisser un message alors elle raccrocha. Elle sentait son cœur se serrer sans trop comprendre pourquoi. Elle avait simplement cette impression qu’elle devrait rappeler. Elle s’en allait composer son numéro, mais avant qu’elle n’ait le temps de faire quoi que ce soit, son téléphone sonna. En voyant le numéro de son amie apparaître elle sentit toute la pression se relâcher.

Elle décrocha, mais sans comprendre pourquoi elle était toujours incapable de dire le moindre mot. Si elle avait su qu’elle n’aurait pas pu lui reparler pendant ces deux longues années elle aurait probablement eu des millions de choses à lui dire. Pourtant, il n’y avait rien à faire. Elle restait plantée là, debout au milieu de sa chambre, le téléphone à la main sans être capable de saluer son interlocutrice pendant ce qui lui semblait une éternité. Le son de la voix de son amie la saluant vint briser le silence pesant qui s’était installé. Elle retrouva alors la capacité de parler pour lui répondre d’une voix presque éteinte.

Elles avaient parlé pendant une dizaine de minutes, mais son amie coupa court à la conversation disant être trop fatiguée et voulant dormir. Son amie raccrocha sans qu’elle ne puisse lui répondre quoi que ce soit. Cette mauvaise impression qu’elle avait eue plus tôt dans la soirée était revenue comme si elle savait inconsciemment que c’était la dernière fois qu’elle pouvait lui parler. La cloche annonçant la fin des cours retentit dans toute l’école la ramenant brutalement à la réalité. Elle pouvait enfin aller à la gare pour la rejoindre.

Il y a deux ans jour pour jour, à la même heure, son amie se tenait là, au bord du quai. Elle l’avait appelée juste avant l’arrivée de son train. Maintenant, c’était à son tour d’attendre son train. Elle apercevait les lumières annonçant son arrivée au loin dans l’obscurité. Elle prit une grande inspiration et sauta devant lui.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 289
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0285] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.