Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 29
Invisible : 0
Total : 30
· Jacques-Marie JAHEL
13280 membres inscrits

Montréal: 23 oct 06:53:03
Paris: 23 oct 12:53:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Etc… Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 12 sept à 15:02 Citer     Aller en bas de page



Aujourd’hui, comme parfois,
Je me sens solitaire
Abandonnée

Ce n’est pas un sentiment,
C’est une solitude
Implacable

Où que je me tourne, le vide
Comme un préambule,
Un signal

Mieux vaut être seule, dit-on,
Que mal accompagnée
Allons, ma foi

Puisque je dois m’habituer
Aux lâchetés, allons
Marchons

Qu’un sang impur abreuve etc…
Comme disait Gainsbourg,
Il me manque.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
452 poèmes Liste
14454 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 12 sept à 16:35 Citer     Aller en bas de page

Il y a des solitudes qui font du bruit et qui interpellent.
Tu es.

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12547 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 13 sept à 04:20 Citer     Aller en bas de page

L'humain étant un "animal" grégaire, peut-être que finalement la solitude n'est pas faite pour lui ?

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 13 sept à 07:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Il y a des solitudes qui font du bruit et qui interpellent.
Tu es.



Bah, un mauvais passage.
Merci

Citation de Maschoune
L'humain étant un "animal" grégaire, peut-être que finalement la solitude n'est pas faite pour lui ?



J'aurai dit "animal social". Bien sûr qu'on aime pas la solitude, mais il est bon de s'y plonger comme dans une eau froide, parfois.
Merci Maschoune

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
319 poèmes Liste
5707 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 13 sept à 10:42 Citer     Aller en bas de page

La question c'est pourquoi je suis seul ? et avec l'âge (rire) je t' assure cela ne s'arrange pas...

  YD
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
518 poèmes Liste
23606 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 13 sept à 10:58 Citer     Aller en bas de page

Moi j'écoute souvent la chanson de Dalida " Pour ne pas vivre seule" mais parfois la solitude fait du bien, fuir les inconscients, les insensibles, les personnels, et j'en passe.
Allez AUDE, tu n'es pas seule, on est là.
BIZ ODE 31 - 17
Gainsbard, je l'aimais bien

  OM
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
56 poèmes Liste
3033 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 14 sept à 03:47 Citer     Aller en bas de page

Ceux que l'on a aimé nous manquent si souvent.

 
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
740 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 15 sept à 01:17 Citer     Aller en bas de page

Un psy m'a dit un jour que l'expérience d'une perte ou d'une rupture équivaut à celle d'une castration symbolique... Et je l'ai en effet ressenti comme telle, avec la sensation d'un membre amputé, où l'être aimé absent devient le membre fantôme, cette étrange sensation d'absence-présence qu'on appelle le manque.
C'est ce que m'évoque ton poème, dans les tout derniers vers, le sang et le manque, l'amputation.
Mais je vais peut-être être un peu loin... C'est en tout cas là où j'ai été emmenée, l'image est forte.

Bibises.
MariePaule

  MariePaule
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 15 sept à 09:18 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
La question c'est pourquoi je suis seul ? et avec l'âge (rire) je t' assure cela ne s'arrange pas...



Pourquoi je suis seule ? Parce que je ne veux plus faire de concessions.
Quant à l'âge, il n'arrange rien à aucun point de vue, on le sait.
Merci YD

Citation de Ode3117
Moi j'écoute souvent la chanson de Dalida " Pour ne pas vivre seule" mais parfois la solitude fait du bien, fuir les inconscients, les insensibles, les personnels, et j'en passe.
Allez AUDE, tu n'es pas seule, on est là.
BIZ ODE 31 - 17
Gainsbard, je l'aimais bien




Tout-à-fait d'accord et merci d'être là, chère poétesse.

Citation de Cidnos
Ceux que l'on a aimé nous manquent si souvent.



C'est vrai. Merci Cidnos

Citation de Allantvers
Un psy m'a dit un jour que l'expérience d'une perte ou d'une rupture équivaut à celle d'une castration symbolique... Et je l'ai en effet ressenti comme telle, avec la sensation d'un membre amputé, où l'être aimé absent devient le membre fantôme, cette étrange sensation d'absence-présence qu'on appelle le manque.
C'est ce que m'évoque ton poème, dans les tout derniers vers, le sang et le manque, l'amputation.
Mais je vais peut-être être un peu loin... C'est en tout cas là où j'ai été emmenée, l'image est forte.

Bibises.
MariePaule



Je devrais peut-être voir un psy, mais je l'ai déjà fait et cela ne m'a pas apporté grand'chose. Merci Allantvers

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Gégé


“L’unique différence entre un psy et moi, ce que moi je ne fais pas le psy.”
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
309 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2014
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 15 sept à 12:01
Modifié:  15 sept à 12:02 par Gégé
Citer     Aller en bas de page

Dans la vie, tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc
Certains contacts se perdent, d'autres s'installent ou s'améliorent avec le temps
Ne laisse pas devenir la solitude un choix délibéré
Il y a moyen de se faire respecter sans trop jouer la femme libérée
Je suis certain que le temps passé avec toi ne puisse être une perte pour autrui
Donc un peu de patience, et tu récolteras de nouveau de délicieux fruits*

(* défendus ou pas, c'est selon )

Merci du partage
Gégé

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 16 sept à 06:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de Gégé
Dans la vie, tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc



Heureusement pour moi !

Citation de Gégé

Certains contacts se perdent, d'autres s'installent ou s'améliorent avec le temps



C'est vrai, je m'en rends compte

Citation de Gégé

Ne laisse pas devenir la solitude un choix délibéré
Il y a moyen de se faire respecter sans trop jouer la femme libérée



La solitude n'est pas un choix, elle s'impose parfois.
Je ne suis pas sûre d'être une femme libérée ni de l'être un jour.
Homme ou femme, qui peut se prétendre libre ?

Citation de Gégé

Je suis certain que le temps passé avec toi ne puisse être une perte pour autrui
Donc un peu de patience, et tu récolteras de nouveau de délicieux fruits*

(* défendus ou pas, c'est selon )

Merci du partage
Gégé



Merci infiniment de ton commentaire Gégé, il me touche.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 315
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0332] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.