Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 29
· ode3117 · Obsidiane · andre · Lapoètesse
13053 membres inscrits

Montréal: 11 déc 08:54:03
Paris: 11 déc 14:54:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Fille de l'air Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marquise des Ombres


C'est en rêvant de paradis perdus que le réel devient tragique
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
23 février 2009
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 4 déc à 16:02 Citer     Aller en bas de page

Fille de l'air


Je voulais lui appartenir car c'était ainsi, seulement ainsi, que j'existais. J'étais devenue l'une de ces figures romanesques qui suscitent l'amour et le désir. Je ne voulais pas d'un sentiment facile, je voulais sa complexité, ses non-dits et ses doutes... J'étais fière de lui inspirer cette passion qui le déstabilisait. Cela me rendait puissante. J'étais cette Lolita de Nabokov, un peu plus âgée, proche d'une femme sans l'être véritablement. J'étais comme «l'enfant» de Marguerite Duras dans son récit sensoriel du bout du monde.
Si je voulais sa complexité, lui cherchait ma facilité. Aucune promesse. Et pourtant je buvais ses paroles, aussi digestes qu'un nectar coupé au vitriol. Elles me confondaient dans un trouble agréable puis me rendaient fébrile et nauséeuse. Il m'abreuvait de tous ces mots dont j'avais besoin, devenant ce dieu et ce diable qui désertaient mon ciel et mes abîmes. Je lui ai offert tout ce que je possédais : mon temps, mes pensées, mon souffle, mon cœur et mon âme... Je l'ai adoré comme personne n'a droit de l'être, aux prémices de la folie, aux confins de la souffrance.
Et enfin j'ai lâché prise. J'ai quitté cette chambre d’hôtel, différente et si semblable aux précédentes. J'ai fermé la porte comme si j'abandonnais mon foyer et non ma prison. J'abandonnais ici mes illusions et les corps pourrissants de mes rêves avortés.
J'ai titubé dans les couloirs mal aérés, cherchant la sortie en suffoquant. Puis ce fut la délivrance sous le soleil violent d'un après-midi d'été.
Je venais de défaire mes liens, de retirer ces chaînes que je croyais incrustées dans ma chair. Mes plaies étaient à vif mais cette douleur était préférable à celle que j'endurais jusqu'alors. J'ai libéré un sanglot, d'abord craintif puis franc et terrible. Avec l'eau de mes larmes, je lavais mon erreur, dissolvais ma chimère ! Je me réappropriais ma jeunesse, cette adolescence que j'avais si souvent maudite.
Je venais d'ôter le voile de mon déni et enfin... je respirais.


A.

 
Myster


Le ciel m'est tombé sur la tête, j'ai des étoiles pleins les yeux
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
44 commentaires
Membre depuis
4 avril 2015
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 4 déc à 16:40 Citer     Aller en bas de page

Je me devais de commenter ce merveilleux texte.
Je ne sais même pas quoi dire, je suis simplement entrain de me remettre de mes émotions.
Pureté, beauté, émotions à profusion, c'est tout simplement magnifique.
Une situation parfaitement décrite, poétique et touchante
Merci d'avoir partagé cette nouvelle qui ne me laisse pas indifférent. Quelle belle découverte.

Au risque de me répéter, je te remercie pour ce partage.

Mes amitiés 

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
12937 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 4 déc à 16:54 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Marquise des ombres,

Bravo et merci pour ce magnifique texte !



Belle nuit !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Marquise des Ombres


C'est en rêvant de paradis perdus que le réel devient tragique
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
156 commentaires
Membre depuis
23 février 2009
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 5 déc à 09:24 Citer     Aller en bas de page

Myster : merci pour ce commentaire qui me va droit au cœur. Je suis heureuse d'avoir suscité ces quelques émotions. Au plaisir...

Sybilla : merci tout simplement. Une belle journée également...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 79
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0424] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.