Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 27
Invisible : 0
Total : 28
· Jean-Louis
13123 membres inscrits

Montréal: 17 juin 05:10:04
Paris: 17 juin 11:10:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Sainte Andouille. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
LRT
Impossible d'afficher l'image
L'homme de génie n'a pas cette gravité sèche des hommes du commun que dépasse seul le sérieux des an
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
43 commentaires
Membre depuis
1er juin 2016
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 12 jan à 05:57
Modifié:  13 jan à 03:32 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

La Sainte Andouille !

Si vous voulez vous faire aimer de notre personne,
et nous n'osons imaginer qu'il vous vienne à l'esprit, ne serait-ce qu'une once
d'idée contraire.
Franchement, cela semblerait tellement grotesque, hors de propos et ridicule,
n'est-ce pas ?
Outre, la perte de temps à supputer n'importe quoi d'aussi ubuesque, vous courez inutilement le risque de vous exposer, ultérieurement, à de fâcheuses représailles.

Donc, si vous voulez vous faire aimer de notre personne, il vous suffit simplement
de présenter, face à nous, une table.
Et là, il vous faut imaginer que nous sommes assis sur une chaise face à ce mobilier.
Essayez de choisir, si possible, une table assez sympa.
Pas ce genre de meuble fabriqué par des Suédois asiatiques, dont le simple montage vous a suffisamment énervé, en raison d'une notice traduite du Mandarin par un Coréen du sud habitant dans le 9.3.
Croyez-moi, vous finirez par avoir une sculpture Pop Art au beau milieu de votre salon en lieu d'un plateau à quatre pieds.

Bref, posez-y, dans un premier temps, un petit ballon d'un vin correct.
Nous ne sommes pas trop exigeant sur ce point, car les Français savent très bien en faire.
C'est d'ailleurs une des rares choses qu'ils font bien. Nul n'est parfait.
Vous avez donc l'embarras du choix.

Puis placez une assiette, blanche et carrée de préférence.
(Là c'est juste notre petit caprice personnel.)

À côté, n'oubliez surtout pas, et c'est fondamental, d'y mettre quelques tranches d'un pain du matin.
Les dites tranches devront être délicatement disposées sous du beurre demi-sel.
Il vous faut savoir, ici, que le pain n’est pas le plus important.
En effet, sachez, qu'une Armoricaine, ou qu'un Armoricain qui ne reçoit pas sa dose quotidienne de beurre demi-sel est femme ou homme mort.
Sur ce point, nous plaignons beaucoup nos voisins Français, (appelés aussi "ceux de l'intérieur" par nos amis Alsaciens) qui badigeonnent leurs tartines avec une sorte de graisse sans sel, sans goût, enfin, une véritable margarine immangeable et à peine bonne à lubrifier le moteur de notre tondeuse.

Tout en y pensant, il nous semble, finalement, que nous ayons une tondeuse électrique.
Oui, oui, c'est cela, puisque nous n’allons jamais dans une station-service pour y chercher de l'essence destinée à notre tondeuse électrique.

De manière générale, nous nous y rendons, parfois, pour faire tout bêtement, comme beaucoup, le plein d'essence de notre automobile.
Petite anecdote, les Bretons ne vont jamais dans une station-service pour prendre quelques litres d'essence. Non ! Non ! Ils disent "qu'ils font de l'essence".
Ils sont forts tout de même ces gaillards ! Dès qu'ils ont une pompe en main, v'la t'y pas qu'ils se mettent à te fabriquer du pétrole ! Nous resterons toujours fortement impressionnés.

Nous causons, nous causons... Mais, où en étions-nous ?

Ah oui, vous vouliez vous faire aimer de notre personne.
Entre nous, nous pensons que c'est une bien riche idée.

Placez, maintenant, dans l'assiette une andouille de Guémené.
Nous avons bien dit une andouille de Guémené, pas une autre !
Croyez bien, que l'expert que nous sommes, fera tout de suite la différence et s'apercevra de l'infâme supercherie.
Vous pouvez tenter de vous amuser à vous entêter dans votre crime de lèse-majesté.
Soyez toutefois garantis, que même si votre vulgaire copie d'andouille est bien imitée, la variation de la taille d'un boson de Higgs sera immédiatement détectée par notre fin palais.

Remercions au passage Peter Higgs, saluons-le dignement, prosternons-nous devant son infinie et immense sagesse, magnifions ses travaux etc., etc.
Bon, bon c'est bien, vous pouvez maintenant vous relever, nous n'allons pas passer notre journée à lui cirer les pompes. Tout de même !
Surtout quand on voit les moyens développés pour détecter ce foutu boson.
Incroyable, il y a des types complètement dingues qui ont dépensé des fortunes pour construire un grand anneau souterrain de plusieurs kilomètres de diamètre pour rechercher un truc que personne ne verra.

Revenons donc à nos andouilles !
Vous nous avez, in fine, servi une véritable Sainte andouille de Guémené.
Soyez loués !
Assurément vous êtes en train de vous faire aimer !
Et nous ne pouvons que vous faire grâce.
Toutefois, il est sage de vous éloigner de notre personne d'une bonne dizaine de mètres.
Pourquoi vous éloignez ? Vous dites-vous ?
Car, à ce moment s'opère la transformation, que disons-nous, la mutation.
Un interrupteur, localisé quelque part dans le fin fond de notre cerveau, permute et fait "TILT".
Les poils de notre dos se dressent, nos mains se tétanisent sur les couverts.
Notre regard scrute les alentours, surveille la moindre présence d'un éventuel vautour.
Il est alors, fort déconseillé à tout animal de tout poil une présence dans un périmètre d'au moins dix mètres.
De plus, la présence d'un autre Breton dans les cinq cents mètres est évidemment à proscrire.
Enfin nous sommes prêts à la bataille et, l'andouille ne survivra pas au quart d'heure.

Fort amusant, non ?
Et vous vous êtes fait aimer.

Pour terminer, nous avons observé une chose rassurante.
Face à certains plats nous ne sommes pas les seuls à avoir de bizarres comportements.
Si nous prenons le cas, par exemple, d'une amie proche.
Il vous suffit de placer au milieu d'une pièce un pot de cancoillotte.
Même équipé d'un collier étrangleur, l'animal vous cassera la laisse.
Incroyable ! Non !

LRT

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
13102 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 13 jan à 03:35 Citer     Aller en bas de page

Que dire... C'est fin, c'est drôle et terriblement bien écrit. Quel style ! J'ai souri du début à la fin avec de temps en temps, un petit rire Ce texte est pour moi le coup de cœur de ce début d'année, l'éclaircie qui manque au ciel depuis des semaines. Je suis mariée à un breton et je dis : ok pour le beurre salé (je ne prends que ça depuis que je suis enfant) mais pour l'andouille, même de Guémené, y a vraiment pas moyen !
Je vais garder ce texte pour pouvoir le lire et le relire.

 
Elodie Daraut

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
615 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 10 mars à 05:38
Modifié:  10 mars à 06:16 par Elodie Daraut
Citer     Aller en bas de page

Vraiment sympa. Pourquoi pas venir la manger au pied du Mont St Michel en Normandie avec un cidre du Cotentin brut et boucher (dans un verre hein ! Pas un bol, c'est pour le lait et les céréales) Ce cidre unique qui s'accorde parfaitement à toutes les andouilles (mais surtout les notres ?).

Discuter du nombre d'écrivains et de peintres qui ont choisi notre terre natale plutôt que la vôtre tout en se demandant pourquoi une hermine court sous la table à la recherche de neige ou de souris. Qui sais ? Cependant que nos léopards dorment dans le salon.

On pourra finir par un Calvados en calomniant le choux-chêne qui porte assez bien son nom en se demandant pourquoi les vaches normandes produisent du lait pour vos crèmes et votre beurre (et pas seulement pour les notres). Surtout pour le martyriser avec votre sel. Vous seriez aussi bien capable d'étaler du sable et de le mélanger à de la compote ou à vos biscuits.

Petite note (attention spoiler) : le beurre n'a pas besoin sel pour se conserver. On vous a menti il y a 900 ans. Vous pouvez arrêter maintenant.

Pour finir on ira du côté ou la mer ne retient pas tout le varech et on visitera les falaises d'Etertat en se promettant d'aller un jour visiter l'armorique et son habitat typique en pierre, ardoises ou paille en regrettant lorsque nous le ferons, (petit pincement nostalgique) le bocage son habitat typique en pierre ardoise ou paille forcement plus beau.


Au plaisir de te relire.

  ⠨⠺⠓⠕ ⠙⠑⠑⠍
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 258
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0577] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.