Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 33
Invisible : 1
Total : 39
· Hubix-Jeee · alban1974 · Cerdick · samamuse · ori
13071 membres inscrits

Montréal: 23 mai 03:30:26
Paris: 23 mai 09:30:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Les Jujus (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
273 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
22 mai
  Publié: 15 mai à 07:04
Modifié:  15 mai à 12:14 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

Souvenirs

Là-bas dans la vallée... Oui on peut le dire et cela chante bien, il y a près d’ici une vallée de la marne, alors va pour une vallée de la Vesle.
Un petit village, avec sa route nationale, et celle qui descend vers la vieille église.
Sa mairie et son garde champêtre. La route du bas, quelques fermes maraîchères, qui bordent les marécages et les méandres de la Vesle.
La rue, notre rue des anémones a poussé comme un champignon, côté pile, les "Duquenois", côté face, les "Groseilles».
Nous on était du côté " Tucquenois " mais très lié avec de nombreux "Groseilles" .
Il n’y a pas de hlm ici, mais d´un côté de la rue, des propriétaires, maisons et jardins bien arrangés de l'autre des locataires, petites maisons, petits jardins. Vers le haut de la rue un terrain vague où l'on joue au foot. Il y a Toutoune passionné de foot, cancre et bon dessinateur à l’école, je le sais c’est mon voisin au fond de la classe.

Il y a Hamed, Rachid les petits derniers de la famille Tamzi, ils jouent les durs mais Lalou qui connaît les grands frères, nous l’a dit, ils ne sont pas méchants.

De notre côté, le bas de la rue, résident plusieurs autres familles nombreuses et nos voisins, des retraités, monsieur et madame Lefranc.


Benj et moi sommes les petits derniers, arrivés ex aequo dans une famille où il y avait déjà: Fred, Marie-Anne, Lalou et Vivie.

Cela avait commencé par une bonne blague.

Á la clinique où maman était venue accoucher, le gynéco avait dit, au moment de la naissance de Benjamin mon jumeau.

— Continuez, poussez ! Il y en a encore au moins un !

Papa qui était venu assister à l’arrivée d’un seul enfant, est sorti respirer bien fort dehors, un peu comme maman à l’accouchement.


Nos premières sorties en dehors de l’école qui est près de la vieille église, c’est vers la route du bas.

Il faut dire qu’elle passe devant un grand terrain en friche, tas de gravats, briques, arbustes. C’est notre premier terrain de jeux en dehors du jardin.

Les grands y ont fait de superbes cabanes, où l'on y joue quand ils ne sont pas là. Dans les cabanes on se fait des goûters, on raconte des histoires.

Un peu plus loin il y a l’impasse du « Val d’or », elle porte bien son nom et nous donne accès à un monde magique et sauvage, les marécages.


Des premiers souvenirs d’école, Benjamin et moi on se sent débarqués dans un monde de fous, à la récré ça court partout, se bouscule, on n’aime pas cet endroit fermé encore moins les maîtresses et tout cela ne nous intéresse pas.

Au cours préparatoire, l’institutrice a de bonnes vieilles méthodes pour ses trente-cinq gamins, si on fait des bêtises elle a un drôle de jeu, nous les Jujus on y aura vite droit. Il faut tendre les mains et elle doit essayer de nous donner un bon coup de règle dessus, on ne comprend pas pourquoi les copains ne sont pas assez rapides pour les retirer à temps !?

Avec nous après de terribles colères, elle finira par abandonner on joue trop bien, il paraît qu’on n’est pas de bons exemples et que ce n’est pas du jeu. Elle finit par tellement nous foutre la paix, que je me souviens d’une partie de billes avec Benj sur le sol de la classe, où l’on avait terminé, je ne sais comment sous son bureau, c’est elle qui s’en était aperçu, nous on était trop dans notre partie.


On écrivait comme des cochons et lentement comme ce n’est pas permis, on l'a su quelques années plus tard, elle aurait dû nous laisser écrire comme des gauchers qu’on était.

Alors finalement, on a eu le droit de rejouer, de redoubler notre CP.


Ce dimanche matin, après un super petit déjeuner, chocolat chaud, tartines beurre miel et confiture, passage sous la douche pour être beau comme des sous neufs. Maman nous a sorti les vêtements du dimanche, même pantalon, chemise et petit pull, elle adore nous voir habillés à l'identique. (On est trop mignons) Benj a horreur de ça, et moi ça me passe à des années lumières, ce n’est pas une préoccupation. Il faut que l'on soit tout beau pour aller au temple à Reims. On a aussi de belles chaussures noires, bien cirées.


Comme on est prêt à l’avance, bien avant les grands qui commencent tout juste à émerger, on sort voir notre copain François, on a 2 heures devant nous.

En passant par la Lorraine (rue) avec nos souliers, un petit arrêt à l’angle d’une maison, j’ai aperçu une dame, au loin dans ses habits du dimanche elle aussi, elle se dirige vers nous. Ayant les goûts les plus fins pour les bonnes blagues, je sors un pétard de ma poche et l´ enfonce dans une belle grosse merde de chien…

Avec Benj on estime vite fait le temps nécessaire d’allumage, la longueur de la mèche, Benj me donne le top et au bon moment j’allume le pétard, on s’éloigne, la dame approche…

Elle a de la chance l’explosion ne survient qu’une fois qu’elle est passée. A notre grande joie on entend les exclamations outragées de la dame.

Je me souviens encore de ses "bonté divine !", "les voyous !" on était hilare.


On retrouve François devant chez lui, bien habillé aussi, lui ce sera pour l´église.

En attendant on part faire une petite balade le long de la route du bas, direction la sortie du village vers le mont St Pierre. On fait un arrêt près de la vieille écluse sur la Vesle, il y flotte une odeur de vase, François nous montre comment attraper les sangsues et comment elles font ventouses. Elles sont grosses et noires, c’est amusant, on essaye tout de même de ne pas trop se salir.

On repart un peu plus loin, il y a un autre accès vers la Vesle, tout du moins des mares, les alentours sont un peu boueux, tant pis on passera un coup de chiffon.

Près de la plus grande mare où l’on s’embourbe un peu, il y a au bord de belles et grandes planches de bois. Elles sont épaisses et flottent sur l’eau alors on invente un super jeu, le "radeaudo". C’est à celui qui osera s’éloigner le plus de la rive et revenir. Une fois grimpé dessus, l’eau affleure la planche, on a l´impression de marcher sur l’eau, on s´amuse bien. François est très fort à ce jeu-là, mais voilà qu’il n’arrive pas à revenir, il saute donc vers la rive et s’enfonce jusqu’au mollet, waouh !

Il a du mal à s’en sortir, je m’approche pour l’aider et m’enfonce juste un peu à mon tour.

François s’extrait dans un grand sur ! gourmand et boueux qui lui a avalé sa chaussure.

Après quelques recherches dans la gadoue sa chaussure a disparu et on est tous les trois couverts de boue.

On revient, il faut maintenant se dépêcher François s’appuie d’un coté sur Benj et de l´autre sur moi, on le laisse tout près de chez lui, on n’ose pas approcher plus, redoutant les foudres de sa mère. Il aura droit à une sacrée messe.


De retour à la maison, la famille est en retard comme d´habitude, on file quelques minutes au sous-sol pour essayer de réparer le plus gros des dégâts, plus on en retire de la boue, plus il y en a. On se glisse dans la voiture avant que papa ne la sorte du sous-sol, c’est la ruée sous les cris de maman et tout le monde embarque en vitesse.

Une fois garés près du temple, les parents ne remarquent heureusement rien et le culte est commencé.

Le pasteur tout de noir vêtu a la fâcheuse habitude de s’arrêter de parler quand arrivent des retardataires.

Un peu comme à l’école on a nos places habituelles, il nous faut alors remonter la grande travée du milieu dans un silence terrible où l'on n'entend que le flop flop de Benj et moi tout tachés qui laissons, devant les paroissiens, des plaques de boue sur le beau carrelage tout propre du Temple.

Sous le regard courroucé du pasteur, des parents, on va s’asseoir. Je m’évade tout de même un instant en imaginant Jésus à la place du pasteur, nous faisant un clin d´œil complice, oui nous aussi on a marché sur l’eau.

 
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
199 poèmes Liste
10989 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
23 mai
  Publié: 15 mai à 12:15 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ces souvenirs racontés au présent : on a l'impression d'y être !

Merci à toi Fried, joli moment de lecture pour moi !

  ISABELLE
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14746 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
22 mai
  Publié: 15 mai à 15:53 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Fried,

Merci de partager avec nous tous ces souvenirs !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
273 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
22 mai
  Publié: 16 mai à 06:30 Citer     Aller en bas de page

Merci Machoune et Sybilla pour vos appréciations :-)

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 75
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0274] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.