Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 250
Invisible : 0
Total : 253
· Allantvers · Ancre d'écho · Youssouf Le Leader
13171 membres inscrits

Montréal: 15 déc 17:21:49
Paris: 15 déc 23:21:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le temps imaginaire Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cioran


Sa beauté m'est latine, et son verbe latin - sous sa jupe en satin désireuse - lancine ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
188 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2016
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 18 mai à 12:28
Modifié:  23 mai à 07:43 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Les yeux d’Ayden vont progressivement d’un bleu nuit à l’intérieur de l’iris, vers un gris clair en son extérieur. Ils sont en forme d’amande, et écartés l’un de l’autre de soixante-deux millimètres. Ils pèsent sept grammes et huit décigrammes. Ils éclaircissent peu, et libèrent une larme au soleil. Quand son regard s’abaisse, Ayden louche légèrement sans s’en apercevoir. A l’âge adulte, ses cils supérieurs mesurent dix millimètres, et ses cils inférieurs sept millimètres. Ses pupilles se dilatent à mesure que sa fatigue accroit. Son globe oculaire droit mesure un millimètre de plus que le gauche de deux centimètres et trois millimètres. Les cheveux d’Ayden sont d’une teinte située entre le marron et le blond, plus proche toutefois du second que du premier. Ils poussent d’un centimètre et deux millimètres par mois. Ils sont d’une épaisseur de quatre-vingt-neuf micromètres, ce qui leur donne un aspect épais, et sont de texture grasse. Ils sont sensibles à l’humidité, mais peu sensibles au toucher. Quand ils atteignent une longueur supérieure à sept centimètres, ils penchent vers l’avant, et au-delà de douze centimètres et demi, ils tombent sur ses tempes. A cette longueur, sa chevelure entière pèse cent quatre grammes. Son cuir chevelu s’exfolie régulièrement sans desquamations grossières. La peau d’Ayden est sèche. Elle est particulièrement sujette à l’apparition de taches d’hyperpigmentation au-delà de sa quarante neuvième année. Elle est claire, en concordance avec sa couleur de cheveux, conformément à son phototype deux. Elle est sensiblement destinée à produire de l’acné à seize ans, trente pourcents de moins à dix-sept ans, quinze pourcents de plus que l’année précédente à dix-huit ans. A dix-neuf ans le taux de risque est proche de zéro. Elle brûle sous le soleil, et ne bronze que très lentement, et en de rares occasions, à la seule condition que les rayons ultra-violets ne la frappent pas plus d’une heure sur une période de sept à dix jours. Ayden, à deux ans, mesure quatre-vingt-un centimètres. A douze ans, un mètre et soixante-quatre centimètres. A seize ans, un mètre et quatre-vingt-deux centimètres. A dix-neuf ans, un mètre et quatre-vingt-dix centimètres. Sa croissance atteint son pic à cet âge. Dès cinquante ans, sa taille réduit de quelques millimètres par année jusqu’à chuter à un mètre et quatre-vingt centimètres, en comptant l’affaissement du dos dû à la vieillesse. Le bas de son corps représente soixante-cinq pourcent de sa taille à vingt ans, il fait jeu égal avec le haut du corps, à quatre-vingt ans. Ayden, à sa naissance, pèse deux mille six cent cinquante grammes, soit cent cinquante grammes de plus que le seuil natal normalisé. Son morphotype est endomorphique. Son organisme stocke davantage de graisse qu’il n’en élimine. Sa musculature n’est pas particulièrement développée, mais est en capacité de l’être assez rapidement s’il entretient son corps sur une période de deux mois minimums. A dix-neuf ans, il pèse quatre-vingt-douze kilogrammes. Au même âge, son poids est réparti comme suit : ses bras pèsent six kilogrammes et cinq-cents grammes ; ses jambes trente kilogrammes ; ses pieds deux kilogrammes et quatre cents grammes ; ses mains un kilogramme et cent cinquante grammes ; sa tête cinq kilogrammes ; son torse trente-quatre kilogrammes ; son bassin douze kilogrammes ; son cou un kilogramme. La taille et le poids demeurent sous influence empirique.

Ayden est un embryon. Il quitte à présent le temps imaginaire, monde d’information et socle de ce qu’il est, pour dérouler son existence dans le temps réel de la durée. Sa liberté s’arrête aux limites des lois fondamentales de l’univers.

 
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 18 mai à 15:11 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Cioran,

Très belle histoire que j'ai aimé lire !



Bonne soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Le fantôme
Impossible d'afficher l'image
'' Quand la marée monte le bateau s'élève'' phrase du Hagakure/samouraï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
26 mai
Dernière connexion
29 août
  Publié: 26 mai à 21:37
Modifié:  26 mai à 21:38 par Le fantôme
Citer     Aller en bas de page

J'ai aimé la précision dans chacune de tes phrases

Ça m'a fais pensé au film benjamin button.

  Jonathan Brunelle
Le fantôme
Impossible d'afficher l'image
'' Quand la marée monte le bateau s'élève'' phrase du Hagakure/samouraï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
25 commentaires
Membre depuis
26 mai
Dernière connexion
29 août
  Publié: 26 mai à 21:42 Citer     Aller en bas de page

Je suis nouveau et je ne sais pourquoi mais je ne peux rien publier sur le journal pour me présenter? Comment on fait?

Merci de répondre

  Jonathan Brunelle
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 358
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0404] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.