Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 18
13110 membres inscrits

Montréal: 14 nov 22:37:00
Paris: 15 nov 04:37:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: J'ai fait un rêve (1) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
614 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 20 juil à 02:24
Modifié:  20 juil à 07:32 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

1- Anahita
Fille de Hediyeh, la sage-femme du village, Anahita a grandi près de ses oncles et tantes. Elle a 12 ans, de longs cheveux bruns, des yeux noirs de Jais. Dans ses jeux avec les enfants de son âge, elle s’impose comme un chef, elle a un fort caractère comme sa mère, mais tous adorent les aventures qu’elle leur fait vivre. En effet, les enfants livrés à eux-mêmes dans le village et ses proches environs, étendent leur zone d’exploration.

Ils sont nombreux les volontaires pour aller garder les chèvres, il faut les protéger des lynx ou hyènes encore présents dans la région. Quand le troupeau ne grignote pas les Tamaris, il est souvent sur la colline rassemblé au pied du grand Sycomore. Ce lieu est un point de vue sur la vallée de l’Euphrate. Elle mène d'un côté aux anciennes ruines d’Uruk. De l’autre, vers le nord on devine la ville de Samawa.
Tout près, en contrebas, le village d'Anahita est indemne des guerres qui ruinent le pays. Les enfants témoins du survol d’avions, qui parfois déchirent le calme des cieux, ont été préservés des horreurs du conflit.

Anahita aime être auprès de sa mère quand celle-ci est au foyer. Hedhiyeh est toujours active, ces jours-ci, elle a ramené des sacs de laine, elle a ressorti son rouet. Depuis toute petite Anahita a appris à filer. C'est Hedhieh qui tisse, ce tissu aux mystérieux motifs qu'elle vend au marché. On y devine la trame d'une histoire et les symboles d'une déesse des temps passés. L'étoile la plus brillante du ciel, les taureaux et le dragon au corps de serpent. Anahita est très fière d'en porter une étole, elle joue à la déesse et commande même les garçons.

Bien sûr, c’est Anahita qui a découvert l’accès au temple souterrain et mystérieux. L’entrée grosse comme un terrier, était cachée derrière un buisson. Après une descente abrupte dans des éboulis, un escalier est apparu. Pour une grande exploration Anahita a demandé à son groupe de se munir discrètement de bougies et allumettes. Ce faible éclairage leur a permis d’apercevoir la beauté de ces ruines. Les enfants en file indienne ont parcouru un long couloir. Il les a menés à une porte énorme, de grandes statues d’hommes barbus gardaient les lieux. Devant la Porte de pierre, une femme à la poitrine imposante taillée dans la roche semblait leur sourire. Autour des fresques de briques émaillées de bleu laissaient apparaître d'étranges animaux. C'était incroyable, les motifs étaient identiques à ceux qui étaient représentés sur les tissus de Hediyeh. Cet espace souterrain avait quelque chose de magique, il y régnait une fraîcheur bienfaisante. Une source y coulait et baignait les pieds de la statue féminine puis disparaissait dans la rocaille.

Anahita toute pensive a semblé se recueillir. Les plus téméraires du groupe se sont approchés de la porte et ont regardé si elle pouvait s’ouvrir, rien à faire, même en poussant à plusieurs rien ne bougeait. Le reste du groupe s'est inquiété Anahita semblait en transe, son corps se balançait lentement d’avant en arrière et elle fredonnait quelque chose d’incompréhensible. Puis comme si de rien n’était Anahita s'est ressaisie, elle a réuni le groupe et leur fait promettre de garder ce lieu secret. Ils ne devraient jamais en parler devant les adultes, ni à leurs parents, ni à l’imam qui venait les voir de temps à autre au village. La nuit suivante Anahita a fait un rêve étrange, à son réveil au petit jour, elle a su que plus rien ne serait pareil pour elle et les femmes de son pays. Elle s'est sentie transformée, investie d’une force inouïe, une volonté qu’aucun moudjahid coupeur de tête ne pourrait arrêter.

 
EmikoLian


Tant que l'ouir, le hanter et le voir...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
176 commentaires
Membre depuis
24 mai
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 27 juil à 02:52
Modifié:  28 juil à 14:40 par EmikoLian
Citer     Aller en bas de page


Bonjour Fried

Pour avoir lu certaines de tes nouvelles, je trouve celle-ci très bien narrée... cette petite Anahita attire ma curiosité à lire et connaître la suite...alors bonne continuation Fried.
Merci, car c'est un grand moment de plaisir encore.
À bientôt d'ici, au plein milieu d'océan.
Lian

  Lian, aussi vive que l'eau, née au coeur d'un lotus!
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
614 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
13 novembre
  Publié: 1er août à 06:57 Citer     Aller en bas de page

Merci Lian ton commentaire me fait plaisir, amitié Francis

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 420
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0262] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.