Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 25
13265 membres inscrits

Montréal: 19 oct 01:02:14
Paris: 19 oct 07:02:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le Chant du Cygne (I) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 3 juil 2002 à 19:57 Citer     Aller en bas de page

«... À Victor Hugo
Un cygne qui s'était évadé de sa cage,
Et, de ses pieds palmés frottant le pavé sec,
Sur le sol raboteur traînait son blanc plumage.
Près d'un ruisseau sans eau la bête ouvrant le bec [...]»
(Ch. Baudelaire, «Le Cygne» dans «Les Fleurs du Mal» -extrait-)

***************

C'était un cygne fort majestueux, au doux et blanc plumage
Et de la rive, sur le lac, son mince et long cou portait ombrage.

Sur la mare où sommeille l'eau enchanteresse
Parmi les joncs et les roseaux qu'entrelacent
Les nénuphars et les grenouilles qui croassent
Le cygne vogue au loin, avec grâce et allégresse.

Maître des lieux, à la recherche de quelque maigre subsistance,
Il plonge sous l'onde limpide sans apercevoir la moindre pitance.
Et, repartant à la dérive le long du placide étang, se mouvant,
Digne et fier comme un roi, il se laisse emporter par le souffle du vent.

Le magnifique palmipède sèche longuement son laiteux panache
Et dans le ciel, le soleil lui prodigue ses caresses...
Mais on entend entre le bruissements des verts feuillages,
L'avance des chasseurs que la mort enivre et entache;
Car en présence du danger qui approche et oppresse
La vie de l'oiseau se terminera en ignoble carnage.

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Bo Cet utilisateur est un membre privilège



'Cause nothing is forever, 'cause my life is not enough...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
205 poèmes Liste
2099 commentaires
Membre depuis
5 mai 2002
Dernière connexion
12 février
  Publié: 6 oct 2002 à 07:24 Citer     Aller en bas de page

superbe Log!!! je l'avais pa lus celui la....Je suis étonner qu'il y ai si peu de commentaire!!

Tres apaisant a lire, il m'a apporter l'espace d'un instant une paix intérieure....j'usqu'a la fin!!!
Un revirement auquel je ne m'attendais pas du tout!!!

Un chef d'oeuvre!!!

Bo.

  «...Ancients Souls, From Ancients Times, Runs Deepers...»
Linda_nuit_blanche


Et pour que notre histoire ne sois jamais finie J'épouserai ton âme au seuil du paradis..Y.D.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
2083 commentaires
Membre depuis
14 août 2002
Dernière connexion
8 septembre 2017
  Publié: 6 oct 2002 à 13:43 Citer     Aller en bas de page

Je suis resté sur ma faim.Que se passât-il ,qu'arrivât-il au cygne ...??? On dirais le dèbut d'un conte...
Vivement la suite...

  Faites moi du bien , pour me consoler que vous me faites mal....
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 8 oct 2002 à 14:35 Citer     Aller en bas de page

Merci, Bo et linda_nuit_blanche pour vos gentils commentaires...

Toujours aussi aimable sur mes écrits, Bo!
En effet, tout un "revirement" à la fin...

Merci également linda, pour ton commentaire...
Désolé de ne pas pas avori répondu avant à vos commentaires...

linda_nuit_blanche, ce poème qui parle d'un cygne est un peu plus qu'un poème sur cet oiseau... En fait, il sert
de "symbole" plutôt, dans le sens, que d'après-moi, il reflète l'innoncence perdue ou trahie...
(Un peu comme Jonathan Livingston incarnait le symbole de la "liberté" et du "dépassement de soi".)
C'est peut-être un peu "ésothérique", mon affaire, mais j'ai continué cette idée dans le "Chant du Cygne II" (dans la section "nouvelles littéraires", cependant -car ce n'est plus un poème, mais une petite nouvelle de quelques lignes seulement), mais qui explique également bien le titre.)
Donc, s'il y a une suite, ce serait là, mais je t'avertie, ce n'est pas un "beau conte", au contraire... Triste reflet de la réalité, hélas!

En tout cas, merci à toi, Bo, pour avoir été repêché ce poème "oublié" et l'avoir fait partagé à nouveau à ceux que ça pourait intéresser.

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
17762 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 26 févr 2008 à 15:17 Citer     Aller en bas de page

Très beau oui

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1591
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0913] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.