Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 317
Invisible : 0
Total : 319
· glycine · Saint-Ange
13226 membres inscrits

Montréal: 26 nov 07:56:59
Paris: 26 nov 13:56:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: La valise Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Cecel Cet utilisateur est un membre privilège


Il n'y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n'y a que de mauvais cultivateurs. - Victor Hugo
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
45 commentaires
Membre depuis
14 janvier
Dernière connexion
6 février
  Publié: 31 jan à 18:20
Modifié:  1er févr à 03:45 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

La valise


La porte vitrée de la brasserie où nous aimions nous retrouver vers midi pour un repas léger venait de s'ouvrir sur une petite dame tirant une valise qui semblait bien trop lourde pour elle. Je me précipitai pour l'aider.

- Merci monsieur, vous êtes bien aimable ! C'est que j'y tiens à cette valise. C'est toute ma vie !

Elle prit place à côté de nous. Un sourire radieux. Son assiette était certainement un prétexte car elle ne mangea pratiquement rien mais nous dévorait des yeux. Quand son regard se baissait, un sourire de satisfaction illuminait son beau visage ridé. Quelques banalités échangées. La charmante dame probablement très âgée s'était doucement rapprochée de nous au cours du repas. Elle nous touchait presque. Un vrai moment de tendresse.
Elle se leva pour prendre congé :

- Je suis heureuse, vous êtes un couple charmant !

La réciproque était vraie car elle avait éclairé notre modeste repas. Notre pause prit fin quelques minutes après son départ mais au moment de partir le serveur nous rattrapa devant la porte :

- Excusez-moi mais vous oubliez votre valise.
- Désolé mais elle n’est pas à nous.

La discussion qui suivit s'avéra inutile. Nous partîmes donc avec ce bagage bien encombrant.

Pendant plusieurs jours, nous l'avions toujours avec nous ou à portée de main pour pouvoir le remettre à sa propriétaire. Cette rencontre merveilleuse avait marqué notre esprit et nous pensions souvent à cette gentille personne. Curieusement, son sourire et son regard pénétrant nous manquaient. Elle ne partagea plus cette pause avec nous le midi mais nous ressentions sa présence. Combien de fois, nous sommes-nous retournés, la cherchant parmi les clients, persuadés qu'elle était là.

Le serveur nous apprit qu'elle venait souvent en essayant de s'asseoir à la même place mais disparaissait juste avant notre arrivée. Elle prit pour habitude de se confier à lui en affirmant ne pas être inquiète pour la valise qui était entre de bonnes mains.

À la maison, sa place variait régulièrement. Les enfants en parlaient souvent. Agacés au début, ce bagage encombrant faisait désormais partie des meubles.

Lors d'une grande réunion de famille, l'histoire de la valise de cette gentille grand-mère anima une bonne partie du repas. Les questions fusaient, des hypothèses complètement folles étaient avancées. Que pouvait-il y avoir à l'intérieur ? Des bijoux ? De l'argent ? Des documents compromettants ? De la drogue peut-être ? Nous n'avions aucune réponse à apporter sinon que nous nous déplacions plus avec ce bagage encombrant.

- Pourquoi vous ne l'ouvrez pas ?
- Pourquoi vous ne l'apportez pas à la police ?
- Si ça se trouve, vous prenez de sacrés risques !
- Pourquoi vous ne voulez pas nous dire ce qu'il y a dedans ? Vous le savez, c'est sûr !

Ce questionnement familial dura plusieurs semaines avant de s'estomper tout naturellement.

"C'est que j'y tiens à cette valise, c'est toute ma vie !", cette confidence nous revenait souvent en tête. Cette phrase avait été prononcée avec tant de douceur, qu'on l'avait acceptée comme une marque de confiance.

Le serveur toujours sollicité et disponible nous aidait bien volontiers. Il avait remarqué qu'elle prenait le bus n°7 quand elle quittait la brasserie. Il nous faut avouer avoir pris plusieurs fois ce bus jusqu'au terminus en effectuant quelques étapes de temps à autre pour revenir bredouilles au point de départ, devant l'établissement où nous l'avions rencontrée.

Une inquiétude nous envahit quand cet employé devenu notre complice dans l’enquête remarqua que ses passages s'espaçaient de plus en plus. Fatiguée, affaiblie, anxieuse, elle le chargea alors d'une mission :

- Je pense que je ne pourrai plus revenir. Dites à ce couple charmant qu'il peut ouvrir la valise. Ils comprendront !

Le serveur de la brasserie ne la revit plus. Une douleur immense nous submergea quand nous nous rendîmes compte avec évidence qu'un événement grave s'était produit !

Rentrés chez nous, seuls, nous ouvrîmes cette valise qui ne résista pas longtemps. À l'intérieur, nous découvrîmes des articles de journaux relatant tous les événements historiques qui avaient jalonné sa vie et un album-photos. C'est ce dernier qui attira notre attention.

Les premières photos devaient être les siennes. Un sourire permanent ! Une enfance, une adolescence, son évolution dans le temps jusqu'à la photo de son mariage. Plusieurs dizaines de clichés respiraient le bonheur au bras d'un grand gaillard moustachu. Quelques souvenirs de voyage à l'étranger. Enfin des photos d'elle en deuil.

Pas de bébé dans les bras, pas d'enfants jouant à leurs côtés, pas d'adolescents frimant devant l'objectif. Aucune trace de descendance !

- Comme elle devait se sentir seule murmura ma compagne !

La seconde partie était séparée de la première par une page de garde, un intercalaire en plastique contenant une superbe pensée séchée accompagnée d'un carton qui arborait une citation de Gustave Flaubert :

"La forme est la chair même de la pensée comme la pensée est l'âme de la vie.”.


Quelques clichés de couples, la quarantaine comme nous, assis à une table de restaurant, sourire aux lèvres. La dernière photo nous fit monter les larmes aux yeux !

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
238 poèmes Liste
5832 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 31 jan à 19:50 Citer     Aller en bas de page

Magnifique histoire.
J'adore la chute.

Merci.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
139 poèmes Liste
1368 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 1er févr à 09:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Cecel. Une belle histoire, montée un peu à la manière d’un Polar. On est vite embarqué dans l’intrigue et on a hâte d’en connaitre la chute. Et dans ce cas, précisément on n’est pas déçu, mais je n’en dis pas plus… à découvrir. Amitiés, Georges.

  Il vaut mieux avoir raison seul que tort avec la foule.
Errant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
418 commentaires
Membre depuis
15 janvier
Dernière connexion
12 novembre
  Publié: 3 févr à 03:02 Citer     Aller en bas de page

Magnifique histoire ... Et quelle fin !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 568
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0208] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.