Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 38
Invisible : 0
Total : 40
· trapanel
Équipe de gestion
· Bestiole
13167 membres inscrits

Montréal: 13 déc 09:51:24
Paris: 13 déc 15:51:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2019 (semaine 9) : "chut" :: Toi, sur ma bouche... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 30 août à 08:50
Modifié:  31 août à 05:05 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

TOI, SUR MA BOUCHE...



Parole proche de moi
Que chercher sinon ton silence,
Quelle lueur sinon profonde,
Ta conscience ensevelie"
Yves Bonnnefoy




A deux doigts de le dire
à la moue de tes lèvres
s'articulent tes doutes

D'un haussement d'épaule
tu les chasses, tu les nies
parler n'est pas d'usage
quand on se sent transi
sous les coups des soleils
que l'on voudrait vermeils

Tu ne dis mot mais moi
j'entends le timbre froid
et les intonations
dans un tressaillement
un mouvement de tête
une faille, une brèche
dans tes yeux qui se taisent
quand d'autres font la fête

Ce repli dans ce Toi
qui n'est pas vraiment là
et hurle ses béances
dans tes guerres perdues
- ou du moins, le crois-tu -
tes mutismes, tes refus
sont les conversations
étiolées des absences
dont tu es la présence
et surtout l'Inconnue...









Riagal - le 30 août 2019 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
163 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 30 août à 11:21 Citer     Aller en bas de page

Ohhh j'aime beaucoup cet écrit. Il donne envie que votre main se pose sur son cœur et que cela libère sa parole muselée par ces démons.
Une belle lecture

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
1015 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 30 août à 12:09 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Riaga,
Superbe façon d'explorer le langage du corps I
Il en dit tellement sur nos silences!

  SHElene
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
209 poèmes Liste
11582 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 30 août à 16:29 Citer     Aller en bas de page

Tu as choisi d'aborder ce thème d'une très jolie façon Riaga

Ton poème est bien tourné et il est touchant !

Merci à toi !

  ISABELLE
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
5069 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
4 novembre
  Publié: 30 août à 16:45 Citer     Aller en bas de page

Joli coup de plume
En même temps, puisque tout n'est que du côté de celui qui interprète... Après lectures et relectures , je ne sais rien de ce qu'elle pense vraiment.
Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
642 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 31 août à 02:08 Citer     Aller en bas de page

Ce poème est une belle preuve d'empathie, avec une petite part laissée au mystère, jolie poésie.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 31 août à 04:12
Modifié:  31 août à 04:56 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Argynne Aphrodite
Ohhh j'aime beaucoup cet écrit. Il donne envie que votre main se pose sur son cœur et que cela libère sa parole muselée par ces démons.
Une belle lecture


Ma main n'a pas ce pouvoir...il est déjà trop tard. Les démons peuvent être conjurés, ceux de contes et de la réalité ms celui-ci passe inaperçu au début. Il réduit la conscience en charpie...jusqu'à l'effacer totalement. On se sent impuissant et surtout coupable...



Citation de SHElene
Bonsoir Riaga,
Superbe façon d'explorer le langage du corps I
Il en dit tellement sur nos silences!


Oui, il en dit plus que des phrases creuses et déjà mortes. C'est un des angles de cet écrit...(comme un défi non prémédité)


Citation de Maschoune
Tu as choisi d'aborder ce thème d'une très jolie façon Riaga

Ton poème est bien tourné et il est touchant !

Merci à toi !


C'est un peu par jeu que je m'y suis prêté. Un pari sur un temps imparti (donc très court). J'ai viré quelques "ratures" et essayé d'élaguer l'"arbre". Mais je doute que ma façon soit "jolie". La nécrose de tout un être ne l'est pas à mon sens. Le sujet étant violent (euphémisme), je voulais que ce soit un "moi" détaché qui l'évoque. (Cela pouvait prêter à confusion, je le sais mais on ne me changera pas ; -)).


Citation de Lacase
Joli coup de plume
En même temps, puisque tout n'est que du côté de celui qui interprète... Après lectures et relectures , je ne sais rien de ce qu'elle pense vraiment.
Merci pour le partage


Ce n'est pas important...c'est honnête de le dire. Dans mes réponses du dessus, j'ai tenté d'écarter le voile...j'aime ta prudence ^^, ça prouve que tu me connais..."un peu" ; -).


Citation de Fried
Ce poème est une belle preuve d'empathie, avec une petite part laissée au mystère, jolie poésie.


L'empathie, j'aimerais bien mais je considère que je n'en ai pas assez. Je n'ai pas la foi d'un Christian Bobin, mais découvrir après coup que ses mots sur "Présence pure" évoquaient un sujet semblable, sa lumineuse confiance, sa foi, sa lucidité triste qui échappe à la morosité, son état de grâce...cela m'a assez chamboulé pour que je le cite.

"Il est impossible de protéger du malheur ceux qu'on aime: j'aurai mis longtemps pour apprendre une chose aussi simple. Apprendre est toujours amer, toujours à nos dépens. Je ne regrette pas cette amertume. "
et aussi :
"Soigner c'est aussi dévisager, parler reconnaître par le regard et la parole la souveraineté intacte de ceux qui ont tout perdu."

et surtout
"J'aime appuyer ma main sur le tronc d'un arbre devant lequel je passe, non pour m'assurer de l'existence de l'arbre - dont je ne doute pas - mais de la mienne. " Elle rassure ma "folie"..., -)

Merci à vous tous...
et amitiés...



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Quand cesse t'on de naître ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
163 commentaires
Membre depuis
7 août
Dernière connexion
25 novembre
  Publié: 31 août à 06:50 Citer     Aller en bas de page

Alors il y a les mots, pour dire comme cet amour porte la volonté d'aider.... et cela exprime beaucoup plus derrière le mot Amour, que la peine de l'impossibilité et l'empathie. Seulement, ne pas se perdre pour ce sur quoi l'on ne peut pas agir.... au moins pour pouvoir continuer d'aimer....

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13609 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 31 août à 09:35 Citer     Aller en bas de page

C'est très agréable de te relire Riaga et puis ce texte, il touche au cœur dans ce qu'il a de plus profond.
Merci d'être revenu et merci pour ce poème.

 
Miette Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
855 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 1er sept à 10:19
Modifié:  1er sept à 12:51 par Miette
Citer     Aller en bas de page

Riagalen, quel texte vibrant d'émotion ! Et quelle tristesse ciselée, presque froide... Merci de votre partage. Je suis comme souvent impressionnée par la fluidité très agréable de vos vers, dont la musicalité et les tournures ont un discret parfum qui célèbre les ors de Versailles et les pépites de Brel ^^
Tout cela m'inspire, je me permets :

Domino
in cogito
sous ses masques
emplumés
se pose
des questions
et aimerai
que vous répondiez
dans votre très grande
amabilité :
_ Qui êtes vous, Madame ?
Que se passe t'il ici ?

_ Il se passe, Monsieur, qu'ici nous parlons Art
Toutes les équations ne sont pas à résoudre.
Ne perdez pas de vue que nous sommes au théâtre
où on arrive tous avec nos masques et fards

si certains viennent nus, d'autres revêtent costumes
et se font Colombine, Arlequin en ramage
ou sont fruits défendus de multiples mémoires
qu'ils unissent et retissent pour broder leurs histoires

Célébrons donc ensemble la beauté des mots,
l'oeuvre n'est pas l'auteur, les vers ne sont pas loups
Délivrons nos messages, jouissons _ d'amour surtout !
Caressons les nuages, nos rêves les plus fous

Décillons les ténèbres qui cimentent nos yeux
Que les justes colères se révèlent prospères
Écrivons nos poèmes, feu follets d’atmosphère
espéreront qu'ils aideront à rendre la terre plus belle

Au plaisir de vous lire Riagal

 
Lilania Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice


Osez Etre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
86 poèmes Liste
3409 commentaires
Membre depuis
14 juin 2011
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 2 sept à 03:15 Citer     Aller en bas de page



Beau et touchant oui, merci Riaga pour ce plaisir..

Lil"

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 27 nov à 07:38
Modifié:  27 nov à 08:42 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Argynne Aphrodite, Magali, Miette, Lil"
Merci à vous...la réponse est rapide mais je n'ai malheureusement pas le temps de remercier chacune...cependant je suis touché par vos com' et aussi par ce que vous avez apporté à ce texte (comme Miette et ses inspirations -: )...

Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1022 poèmes Liste
16502 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 28 nov à 05:04 Citer     Aller en bas de page

Que de soin, de subtilité, tout simplement de talent dans ces vers...Je suis sincèrement admiratif, tu nous élèves en nous permettant de telles lectures. Merci à toi !
amitiés chaleureuses.
pyc.

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
8765 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
13 décembre
  Publié: 7 déc à 11:58 Citer     Aller en bas de page

Hello you,

Parfois, je garde le silence, ne sachant pas trop comment m'exprimer. Je coupe les émotions, je les aies trop vécues. Elles sont là, tangibles, comme un fait qui perdure, qui ne veut pas franchir mes lèvres, les mots sont gelés.
Je comprends donc la place de celui/celle dont il est question.
A moins qu'il soit question d'une autre situation.

Your sister,
Cath de sait_vigné

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
147 poèmes Liste
3361 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: Hier à 15:54 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux pour avoir laissé ces com's en vos passages...Pyc (c'est toi qui m'élèves ; -)), Cat...juste un mot....Oui. Me too pour les émotions coupées. Je n'aime pas le mot "prémonitions" mais là, il faut avouer que c'est troublant...et terrifiant aussi. Surtout quand on ne réalise pas encore...

Amitiés et
Riaga....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
2778 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: Hier à 16:42
Modifié:  Hier à 16:43 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Joli ... franchement tes mots décrivent très bien cet indicible fond de nos caractères ... Chapeau bas

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 382
Réponses: 15
Réponses uniques: 12
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0708] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.