Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 132
Invisible : 0
Total : 133
Équipe de gestion
· Ashimati
13279 membres inscrits

Montréal: 21 oct 20:34:54
Paris: 22 oct 02:34:54
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Renoncer à la Bourse Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
668 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 15 mars à 03:41
Modifié:  16 mars à 01:27 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Le président m’apportait la stabilité affective qui me manquait. « Il moi refugio ». La différence d’âge forçait le respect. J’avais un côté femme-enfant malgré les apparences. Son autorité d’homme d’Etat apaisait mon bouillonnement intérieur. Sa bienveillance paternelle m’a libérée de ma hantise de ne pas me trouver assez mince. Il était le seul capable de m’imposer une trêve dans ma lutte permanente contre mes vergetures. Ses mises en garde m’ont permis de m’éloigner d’un ami mafieux cocaïnomane. Je regrette de l’avoir trahi en répétant aux traders les résolutions secrètes du G7, la levée prochaine des sanctions contre la Russie, l’embargo programmé sur le pétrole iranien.

J’étais une Mata Hari des temps modernes. Une espionne à la solde de mon mari et d’une puissance étrangère. Je tenais le président par les sentiments. L’agent BZ160 aurait pu m’éliminer. J’ai pris des risques pour gagner beaucoup d’argent. Ma fortune étant faite, j’ai tourné la page.

J’ai renoncé à la Bourse avant qu’elle ne me ruine ou qu’elle ne m’envoie en prison. Là où je suis à présent, les puissances de l’argent occulte ne peuvent plus m’atteindre. J’ai pris mes distances pour réapprendre à voler avec les aigles. Les spéculateurs sont lourds comme des vautours. Ils sont plus proches des charognards que des prédateurs. Ce sont des opportunistes. Adieu le libéralisme sauvage ! Finie la fuite en avant ! Au diable les surprofits sans rien produire ! Mes parts dans mon fonds de placements ont été vendues. Au nez de mon mari, j’ai claqué la porte. J’ai mis en location mon appartement de Bruxelles. A Anvers, j’ai bradé mes bijoux. Mes paires de chaussures sont entassées dans un conteneur en partance pour l’Afrique. J’ai seulement gardé mes parfums.

Est-ce que mes amis de la banlieue-est m’accepteront avec mon odeur de soufre ? C’est la question que je me posais au moment de quitter le navire capitaliste. Je cherchais par quelle porte fuir Paris intra-muros. Comment faire pour franchir le périphérique dans l’autre sens ? Le chemin du retour vers mon moi profond n’était pas un RER.



Il moi refugio : mon refuge.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
9746 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
14 octobre
  Publié: 23 mars à 03:35 Citer     Aller en bas de page

merci JOKER, les inconforts actuels n'ont pas encore fait remonter à la surface des humanités, ce qui après les sacrifices de la dernière guerre, a fait naitre en France, la sécurité sociale, la laïcité, les CNV, et certains vivres ensembles qui ont presque disparus, ce que les gilets jaunes n'ont pas su faire comprendre, avec les occupations de ronds points.

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
668 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 23 mars à 13:59 Citer     Aller en bas de page

Merci SAM.

Tu comprends toujours très bien mes messages.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 523
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0235] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.