Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 137
Invisible : 0
Total : 137
13279 membres inscrits

Montréal: 21 oct 21:19:45
Paris: 22 oct 03:19:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Le mariage d'outre-tombe Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
799 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 31 mars à 06:31
Modifié:  31 mars à 09:25 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Depuis son enfance, les lectures d’Alexandre confortaient ses rêves, c’était entre autres : Les cigares du pharaon, le temple du soleil et encore Champollion l’Égyptien. Ses livres d'aventuriers, ses films, se conjuguaient au passé. Sa fascination pour l'histoire de l'homme et des civilisations ne l'avait jamais quitté.

A l'adolescence, il fit la connaissance d'une association, un club de fouilles archéologiques encadré par le professeur Dieudonné et sa compagne. Alors, il commença à creuser, fouiller la terre et en passa des mètres cube au tamis. Il parcourut les souterrains de la ville de Reims, entre la place Museux et la basilique Saint-Rémi. Il avait toujours aimé l'odeur de roche et d'humus. Avec des outils ou à mains nues, les ongles en deuil, il grattait la tourbe, le calcaire, humait les senteurs du passé. À lui le plaisir de découvrir les tessons, débris d'os ou fragments de poteries émaillées. À lui le rêve de trésors enfouis.
Le professeur Dieudonné aux airs de doux rêveur passionné, avait passé la cinquantaine. A chaque rencontre il proposait une nouvelle quête, d'autres travaux. Barbu, les cheveux en bataille, c'était un grand distrait. Son bureau installé à l'étage de l'ancien collège des Jésuites était un capharnaüm. Il fallait faire attention où l'on mettait les pieds, enjamber une collection de didgeridoo, être habile et éviter des piles de documents et masques africains. Sa bibliothèque recelait des trésors de livres anciens aux épaisses couvertures de cuir.

Une fin d'après-midi Alexandre fut fier d'avoir réussi à reconstituer une poterie. Il vint frapper à la porte du bureau de Dieudonné. Sans attendre il entra, il n'y avait personne dans la pièce encombrée. Alexandre patientait quand il vit sur une étagère un parchemin sur lequel reposait une vieille clef. Il s'approcha et commença à le lire. Il y était indiqué en vieux français, que le caveau derrière le presbytère, abritait la tombe d'une grande famille Rémoise. En post-scriptum il était précisé : Pour passer de vie à trépas sous dernière demeure ne meure pas. Descente et passage au sanctuaire.

Quelques jours plus tard, Alexandre s’aventura dans le verger, accompagné de Thimothée son ami de toujours. Au fond de sa poche, il tenait la vieille clef qui ouvrait le caveau le plus proche du presbytère.
Le grincement des gonds rouillés, leur ouvrit la porte d’entrée d’un boyau de la terre. Ils entrèrent dans ce qui ressemblait à une petite chapelle. Ils balayèrent au faisceau de la torche électrique, deux cercueils poussiéreux.
– Brrr c’est vraiment lugubre, je n’aime pas trop ça, murmura Timothée.
– T’inquiète pas, on a rien à craindre de ceux-là. Je sais qu’ici il y a un accès aux galeries, il faut juste trouver le passage. Oh ! Regarde celui-ci ! il est sur une trappe en bois, viens m’aider à le déplacer, c'est peut-être par ici.
– Tu ne crois pas qu’on devrait les laisser en paix ?
– Aide-moi ! On remettra tout en place.
Ils firent glisser le cercueil vermoulu et soulevèrent la trappe. Une odeur aigre d’outre-tombe s’échappa des profondeurs. Après un premier mouvement de recul, leurs lampes éclairèrent un escalier de pierre qui descendait en spirale.
Alexandre était curieux et avide de frissons. Thimothée, qui était plus raisonnable, le suivait en retrait. Quelles découvertes allaient-ils faire ? Après quelques frayeurs dues aux toiles d’araignées, ils arrivèrent dans une galerie horizontale.
– Fais attention où tu mets les pieds, parfois il y a des puits, avertit Alexandre en connaisseur de ce monde souterrain.
Durant dix minutes ils avancèrent dans ce sombre dédale voûté, ils croisèrent quelques passages perpendiculaires. Souvent, ceux-ci étaient murés ou obstrués d’éboulis infranchissables. Alexandre, aventurier prévoyant, déposait à chaque carrefour une bougie qu’il avait allumée. Cet éclairage répandait une lumière solennelle sur leur exploration.
Ils arrivèrent dans une petite salle en pente douce. Son sol s’enfonçait dans une nappe d’eau. Les parois brillaient d’un blanc scintillant, elles étaient en fait recouvertes d’une fine couche de calcite. Ils la nommèrent la salle blanche. A cet endroit, une brique du mur placée en hauteur, formait comme une niche. Il y était gravé en latin cette phrase mystérieuse : EX.AMICITIA NASCUNTUR DELICIAE .
– Tu comprends ce que cela veut dire ? demanda Timothée.
– Je crois que c’est quelque chose comme « Une amitié naissante est délicieuse »

L’eau leur bloquant le passage, ils décidèrent de revenir sur leurs pas. Ils eurent le plaisir de redécouvrir les petites flammes, vacillantes mais rassurantes, des bougies qu’ils avaient déposées. Arrivés au dernier carrefour avant l’escalier, ils sentirent une odeur écœurante de corne brûlée. Le feu de la bougie s’était propagé à quelques débris au sol. A la lueur de la flamme, ils réalisèrent que c’étaient des bouts d’os qui s'étaient enflammés car la bougie avait fondu et coulé dessus. Un reflet luisait dans la nuit, Alexandre fut alors stupéfait de découvrir au sol, près des flammes, deux bagues en argent. Sur l’une il était gravé « AMICITIA », sur l’autre « DELICIAE ».
Qu'est-ce que cela voulait dire ? Mais surtout, quelle étrange coïncidence ! Ils étaient sous un ancien cimetière, alors étaient-ce les bagues d'un couple uni dans la mort ?
Timothée comme Alexandre n’étaient pas superstitieux, mais après s’être concertés, ils décidèrent de retourner à la salle blanche y déposer ces reliques.
De retour au pied de la niche, ils étaient résolus à y déposer les alliances. Thimothée fit la courte échelle à Alexandre. Une fois à bonne hauteur et il tendit la main dans cette petite cavité, il déposa les bagues puis en ressortit une petit poterie.
– Regarde un peu ce que j'ai trouvé ! dit Alexandre.
– On dirait un petit pot en terre cuite.
– Oui, ça paraît ancien. Il est en terre sigillée, tu vois c'est reconnaissable au vernis rouge. C'est la première fois que j'en vois un intact.
Le pot était fermé à la cire. Alexandre sentit en le remuant qu'il contenait quelque chose. Avec son Opinel, il retira la cire et sortit délicatement du pot, un objet.
– Qu'est-ce que c'est ?
– On dirait un petit rouleau de parchemin. Il parait complètement rigide, il doit être déshydraté. Je le remets dans le pot, on regardera ça à la maison.
Alexandre et Timothée se félicitèrent d'être revenus sur leurs pas. C'était comme si le sort les récompensait de cette bonne action.
Sur leur chemin de retour, ils étaient plein d'enthousiasme. Une nouvelle aventure se profilait avec l'espoir de déchiffrer ce parchemin.

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
5800 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 31 mars à 09:26 Citer     Aller en bas de page

Et bien voilà, c’est réussi, tu as éveillé ma curiosité.

À quand la suite !

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
799 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 31 mars à 10:16
Modifié:  31 mars à 10:16 par Fried
Citer     Aller en bas de page

Merci JB la suite il faut que je me mette à l'écrire je pense y associer d'autres endroits de Reims.

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12546 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 1er avr à 01:57 Citer     Aller en bas de page

Pareil pour moi... la suite siouplait

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
318 poèmes Liste
5705 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 1er avr à 10:52 Citer     Aller en bas de page

Moi aussi je veux la suite?

Yvon

  YD
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
4740 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 1er avr à 13:20 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir,

Nous sommes maintenant quatre... au travail le novelliste !...et que Pierre Véry vous inspire.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
720 poèmes Liste
15373 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 18 avr à 12:40 Citer     Aller en bas de page

...e cinque !

Mais j'ai dejà aimé cet Indiana jones du nord de la France

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
799 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 19 avr à 02:03 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous, Maschoune, Yvon, JLouis et Galatea d'être venus me lire.
Je n'ai pas encore attaqué l'écriture de la suite, j'y réfléchis.
Galatea tu veux dire que tu m'avais déjà lu avant que je poste ce texte ici ?

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
61 poèmes Liste
5956 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 2 mai à 02:48 Citer     Aller en bas de page

Bon je me mets dans la queue pour attendre la suite
Même pas eu peur🤪
Amicalement
JC

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 503
Réponses: 8
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0267] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.