Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 230
Invisible : 0
Total : 230
13333 membres inscrits

Montréal: 28 oct 05:31:47
Paris: 28 oct 10:31:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Nouvelles littéraires :: Adelia Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
721 poèmes Liste
15392 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 17 avr à 14:16
Modifié:  19 avr à 06:11 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Nom du site


La maison avec l'ancien mûrier et le caroubier est à un peu moins de 300 mètres de mon jardin.
Ce matin, après environ 50 ans, je suis retournée les regarder de près. Quand je jouais avec Graziella autour d'eux, ils n'étaient pas si majestueux et il y avait un ordre différent autour.
De loin, l'agitation majestueuse de leurs branches m'a toujours fait imaginer leur puissante harmonie jouée avec le vent.

Le vert tendre du mûrier, déjà chargé de fruits, ressemble à une robe somptueuse pour une danse d'autrefois. Le vert presque bleu du caroubier à feuilles persistantes est plus sobre, plus élancé même s'il est tout aussi vaste.

Habillée avec le masque, je suis allée faire mes derniers adieux à Adelia, la voisine la plus réservée et la plus timide que j'aie jamais eue. Je me souviens de sa voix, un chuchotement effrayant, dépourvu de toute forme de sourire.
Ses 82 saisons se sont écoulées avec tant d'efforts et sans moments mémorables.
Adelia n'a jamais fait partie de la scène de M*.
Elle avait trois enfants et l'aînée était ma camarade de classe à l'école primaire.

Veuve très jeune, elle a élevé ses garçons le ciel sait ô combien écœurée par la fatigue et par une solitude impossible à abandonner.
Son unique phase sociable elle l'a vécue quand, pendant quelques mois après la mort de son mari, elle a commencé à vendre le lait de ses vaches.
Le matin, nous faisions la queue devant son étable et avant d'aller à l'école, nous pouvions tous boire le lait de ses vaches, désormais aussi une modeste source de revenus.

Contrairement à d'autres paysans que je connaissais, elle n'a jamais plaisanté et n'a pas perdu de temps à demander des nouvelles ou à commenter le bon ou le mauvais temps.
Je crois que c'était pour elle, si timide, une souffrance insupportable d'avoir à entendre nos blagues en tant que personnes insouciantes.

Les quelques fois que je l'ai vue passer le long de la route du village, elle était toujours tête baissée, avec ses cheveux noirs et épais. Elle marchait juste à côté des murs des maisons mais pas parce que la circulation était intense.
Peut-être espérait-elle qu'on ne la verrait pas se mêler aux plantes qui dépassaient luxuriantes les rebords des fenêtres.

L'interdiction de célébrer tous les services religieux avec le public n'a pas été pleinement respectée cette fois. En plus de la famille, il y avait au moins sept, huit personnes qui ont voulu lui arracher un dernier adieu.

De nombreuses fleurs autour d'elle, un immense corbillard disproportionné prêt à la transporter jusqu'à son domicile permanent.

De nombreux signes de croix entrecoupés d'un peu de fumée d'encens et nous les spectateurs, nous nous sommes dispersés à quelques mètres avec nos masques sur le visage, persuadés d'avoir participé à la seule "fête" qu'Adélie ait eue dans toute sa vie.


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
monthery
Impossible d'afficher l'image
… la sottise de s’imposer d’autre gêne que celle de plaire, ou d’intéresser, en vers. (Beaumarchais)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
278 commentaires
Membre depuis
9 décembre 2019
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 18 avr à 01:31 Citer     Aller en bas de page


Quel beau poème en prose, Galatea! Combien subtil et émouvant!
Tout un monde que "les moins de 40 ans (mettons..) ne peuvent pas connaître" où chaque individu était particulier et ne suivait que son instinct. Chaque vie humble, cachée pouvait cacher de terribles secrets.
Ce mûrier m'évoque tellement de souvenirs!
Encore merci de m'avoir remué dans le confinement que vous évoquez avec tant d'humour!

m.

 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
802 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
27 octobre
  Publié: 18 avr à 02:39 Citer     Aller en bas de page

C'est un très bel hommage que vous rendez à cette femme veuve qui a su élever seule ses enfants.
J'aime votre sensibilité qui transparaît dans le récit.

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
4753 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 18 avr à 03:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lilia,

Un texte d'une intime beauté, tout en retenue et plein de célébrations.

Amitiés
jlouis

  Poésie, la vie entière
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
519 poèmes Liste
23641 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 18 avr à 03:20 Citer     Aller en bas de page

Un très bel écrit chère GALA;
Ce portrait d'Adelia correspond à celui d'une femme de Corse dont on m'a conté l'histoire.
Mais je crois que l'on peut aussi retrouver ces évènements dans chaque campagne de tous villages d'autrefois.
Tu n'as omis aucun détail, le beau comme le triste et c'est un très bel hommage que tu rends à Amelia, je suis très émue.
Bises GALA
ODE 31 - 17

  OM
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
721 poèmes Liste
15392 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 18 avr à 03:32
Modifié:  18 avr à 08:52 par Galatea belga
Citer     Aller en bas de page

Citation de monthery

Quel beau poème en prose, Galatea! Combien subtil et émouvant!
Tout un monde que "les moins de 40 ans (mettons..) ne peuvent pas connaître" où chaque individu était particulier et ne suivait que son instinct. Chaque vie humble, cachée pouvait cacher de terribles secrets.
Ce mûrier m'évoque tellement de souvenirs!
Encore merci de m'avoir remué dans le confinement que vous évoquez avec tant d'humour!

m.

Posté : 2020-04-18 03:20:38
Un très bel écrit chère GALA;
Ce portrait d'Adelia correspond à celui d'une femme de Corse dont on m'a conté l'histoire.
Mais je crois que l'on peut aussi retrouver ces évènements dans chaque campagne de tous villages d'autrefois.
Tu n'as omis aucun détail, le beau comme le triste et c'est un très bel hommage que tu rends à Amelia, je suis très émue.
Bises GALA
ODE 31 - 17

Jean-Louis :: Posté : 2020-04-18 03:15:47
Bonjour Lilia,

Un texte d'une intime beauté, tout en retenue et plein de célébrations.

Amitiés
jlouis

Fried :: Posté : 2020-04-18 02:39:00
C'est un très bel hommage que vous rendez à cette femme veuve qui a su élever seule ses enfants.
J'aime votre sensibilité qui transparaît dans le récit.



Chers Monthery, Ode, J.Louis et Fred merci de tout mon coeur pour vos comments qui sont un magnifique hommage à Adelia.
Ces "jours du Virus" nous rappellent la solitude de beaucoup de monde . Elle est dramatique maintenant à cause du danger mais madame Solitude circule trop souvent entre les humains et ça c'est vraiment dommage, trop triste.
Belle journée à vous tous , malgré le confinement.




lilia


  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
37 poèmes Liste
379 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 18 avr à 09:29 Citer     Aller en bas de page

Un texte pénétrant et sensible, touchant. Amicalement

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
721 poèmes Liste
15392 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 20 avr à 05:38 Citer     Aller en bas de page



Citation de Dominique Bouy
Un texte pénétrant et sensible, touchant. Amicalement


Merci, cher Dominique, vraiment ravie de ton passage.
Amitié
lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sol_M

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
123 commentaires
Membre depuis
29 août 2019
Dernière connexion
4 septembre
  Publié: 20 avr à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Lilia, je viens à la suite rendre un hommage à cette Femme, dont la solitude et la discrétion emplissent un sac de souffrances presque insupportables, eu égard à ce qu'elles évoquent vis à vis des personnes âgées actuellement confinées...
J'ai la chance de pouvoir rendre visite et accompagner ma Mère, demeurée chez Elle !
Hommage aussi à ton talent d'évocation, tout en pudeur, et pourtant si réaliste...



Léo

  Rien n'est définitif, sauf la Mort !
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
3586 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 21 avr à 09:46 Citer     Aller en bas de page

Portrait sans fards, like you, Cara...je suis séduit par l'authenticité et la maîtrise de mots pour nous faire apprécier cette Adélia que l'on aimerait connaître…et je n'ai pas tout souligné…(c'est la course…)
Baci…

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
alweg


Courage enfant déchu d'une race divine, tu portes sur ton front ta superbe origine.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
104 poèmes Liste
1398 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2008
Dernière connexion
9 octobre
  Publié: 25 mai à 02:42 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Lila,

Un texte magnifique, sensible, pudique, émotif. Il me replonge dans les souvenirs de mon enfance, un vieux village, des vieilles femmes seules, marquées par leur immense solitude et pliées sous le poids d'une souffrance sous silence.
Merci Lila, ta profonde sensibilité me touche.

Amitiés

Robert

  alweg
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
3935 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
27 août
  Publié: 25 mai à 04:01 Citer     Aller en bas de page

Un très beau texte qui me touche...
En hommage à toutes les "Adélia" ..
Un vrai coup de coeur, merci Lilia

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
721 poèmes Liste
15392 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 octobre
  Publié: 5 juin à 04:14 Citer     Aller en bas de page

Auteur : Sol_M: Bonsoir Lilia, je viens à la suite rendre un hommage à cette Femme, dont la solitude et la discrétion emplissent un sac de souffrances presque insupportables, eu égard à ce qu'elles évoquent vis à vis des personnes âgées actuellement confinées...
J'ai la chance de pouvoir rendre visite et accompagner ma Mère, demeurée chez Elle !
Hommage aussi à ton talent d'évocation, tout en pudeur, et pourtant si réaliste...



Léo
Auteur : alweg :: Posté : 2020-05-25 02:42:08
Bonjour Lila,

Un texte magnifique, sensible, pudique, émotif. Il me replonge dans les souvenirs de mon enfance, un vieux village, des vieilles femmes seules, marquées par leur immense solitude et pliées sous le poids d'une souffrance sous silence.
Merci Lila, ta profonde sensibilité me touche.

Amitiés
Robert

Auteur : RiagalenArtem :: Posté : 2020-04-21 09:46:10
Portrait sans fards, like you, Cara...je suis séduit par l'authenticité et la maîtrise de mots pour nous faire apprécier cette Adélia que l'on aimerait connaître…et je n'ai pas tout souligné…(c'est la course…)
Baci…

Auteur : alweg :: Posté : 2020-05-25 02:42:08
Bonjour Lila,

Un texte magnifique, sensible, pudique, émotif. Il me replonge dans les souvenirs de mon enfance, un vieux village, des vieilles femmes seules, marquées par leur immense solitude et pliées sous le poids d'une souffrance sous silence.
Merci Lila, ta profonde sensibilité me touche.

Amitiés

Robert

Auteur : Sidonie :: Posté : 2020-05-25 04:01:46
Un très beau texte qui me touche...
En hommage à toutes les "Adélia" ..
Un vrai coup de coeur, merci Lilia


Mes chers amis Sidonie, Regal, Robert, Léo...mon merci plus sincère pour votre hommage à Adelia et à bien de monde qui passe sur cette Terre presque sans être aperçu.


Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 723
Réponses: 12
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0401] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.