Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 84
Invisible : 0
Total : 86
· Tychilios · AllantVers
13342 membres inscrits

Montréal: 30 oct 04:18:40
Paris: 30 oct 09:18:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Trithérapie masquée...hallucinée Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Gigi Paix
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
79 commentaires
Membre depuis
13 mai 2018
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 19 sept à 10:17 Citer     Aller en bas de page

TRITHÉRAPIE MASQUÉE… HALLUCINÉE
Cette petite nouvelle est une échappée fantasmagorique et toute ressemblance …

C’est aux premiers frimas de janvier 2021 que l’on vit apparaître, en France, une nouvelle maladie présentant des symptômes voisins de ceux de la COVID-19 : fièvre, céphalée, toux, gêne respiratoire conduisant dans les cas les plus graves à une détresse nécessitant un placement en réanimation. Le diagnostic semblait évident puisque tous les esprits étaient obnubilés par l’épidémie en cours ; mais le scepticisme succéda à l’évidence lorsque les analyses tombèrent : de nombreux cas donnaient des analyses où le virus SARS-COV 2 était absent de même que le SARS-COV 1 responsable du SRAS. Le mystère s’épaissit encore lorsque l’on vit ces cas se multiplier rapidement laissant présager une contagiosité importante sans que l’on ne puisse apprécier, à ce stade, la létalité de ce qui ressemblait à une nouvelle pathologie.
Il fallut toute la sagacité et l’esprit décalé d’un épidémiologiste-Tournesol pour se convaincre du surgissement d’une nouvelle affection. André FIESTA -que tout le monde appelait Dédé tant sa bonhomie et sa simplicité mettaient à l’aise, même s’il goûtait peu le jeu de mot sur son nom remplaçant fiesta par raout- et son équipe (considérés par nombre de mandarins comme des bras-cassés), partis tôt comme la tortue de la fable, furent les premiers à isoler ce nouveau virus tout en mettant au jour une transmission surprenante : il s’agissait d’un virus animal mutant ayant franchi, on ne savait pas encore comment, la barrière des espèces. Il venait d’une espèce d’escargot de niche, le PETIT GRIS NUANCES, qui hébergeait ce virus dans son pied sans qu’il n’y produise d’effet délétère. La transmission se faisait par échange pédestre : entre les escargots et les humains d’abord puis entre les humains avec, semble-t-il, un support aérosol ; cela relevait du constat sans que l’on ne connaisse l’alchimie mystérieuse de ces échanges pédieux. Aussitôt les cancans puritains se mirent à circuler – plus rapidement que le virus - faisant allusion à des pratiques hédonistes de fétichisme des pieds …
La découverte étant réalisée il fallut trouver un nom à ce nouveau virus et à la suite d’âpres discussions où les egos s’affrontèrent - allait-on lui donner le nom du découvreur ? – on s’arrêta sur des appellations originales (pas de SARS-COV 3 !) : PANAR pour le virus et PÉDIBUS 20 pour la maladie car en ces premiers jours de 2021 on supposait que le virus était apparu en 2020. Quelques esprits pointilleux firent remarquer qu’il était étonnant de choisir une appellation en disharmonie avec vox-populi : être infecté revenait à prendre son PANAR mais ils furent inaudibles auprès de la communauté médicale habitée par l’esprit carabin …
La même impression d’impuissance que celle éprouvée pour la COVID-19 s’installa : pas de traitement, pas de vaccin. Il fallait se rabattre sur la prévention des « mesures barrière » adaptées : il fut immédiatement interdit de sortir pieds nus, notamment à la campagne où ces escargots vivaient. Le « masque des pieds » - dédaigneusement appelé chaussette par les récalcitrants – devint obligatoire en toutes circonstances ; son cahier des charges précis indiquait le calibrage des mailles et la présence de doigts obligatoire pour enserrer au plus près la totalité des pieds. Des entreprises se mirent immédiatement au travail par un sens de l’intérêt collectif affiché et sans doute aussi de l’intérêt tout court ; la demande allait être forte, poussée par une communication officielle prégnante induisant un stress de la population élevé, gage de marges confortables. Les fabricants de cosmétiques flairèrent (sic) la bonne affaire : la transpiration induite et les effluves associés ne pouvaient que booster les ventes. L’adage disant « dans la ruée vers l’or les fabricants d’outils se sont plus certainement enrichis que les mineurs » pouvait s’avérer pertinent ; tous ces acteurs collatéraux se frottaient les mains certains allant jusqu’à prendre leur pied ce qui était de circonstance et témoignait d’une souplesse gymnique certaine.
Les conséquences de cette approche préventive furent parfois étonnantes induisant des changements de repères jusque-là inimaginables. Dans les clubs de danse on vit apparaître une nouvelle mode créative pour les danseuses : soit des chaussettes-doigts qui avec des talons hauts renvoyaient joliment à la mode des années 30, soit des collants-doigts que l’on repérait grâce à leur texture spécifique ou à leurs doigts s’ils étaient apparents (ce qui était d’un bel effet par rapport aux collants classiques). Dans les clubs libertins on vit apparaître le « tri masquage » lié aux trois virus sans vaccins VIH-SARS COV 2-PANAR donnant la « tri couverture » préservatif-masque Covid 19-masque pédestre, auxquels s’ajoutaient parfois un loup pour ceux qui choisissaient le piment du mystère : les libertins (dont le nombre faiblissait) discrets jouant le jeu de la prévention sortaient vraiment couverts en s’éloignant significativement du costume d’Adam et Ève !
L’inquiétude monta encore d’un cran lorsque l’on se mit à évoquer un virus se transmettant par les yeux et presque aussitôt un virus se transmettant par les oreilles : il n’y eut plus qu’une solution – préventive évidemment – consistant en une combinaison intégrale couvrant la totalité du corps possédant uniquement une grille fine pour la vision et deux grilles fines sur le côté de la tête pour le son. Cela donna dans les villes une ambiance de science-fiction ou chacun ressemblait à un extra-terrestre, notamment ceux qui avaient opté pour un casque intégral transparent avec filtre (cette possibilité ayant été arrachée après de laborieuses négociations).
Monsieur Albert D’Untel, après de longues journées confinées, s’était décidé à aller faire quelques courses en ville - son ravitaillement s’amenuisant - et mal lui en pris : sur la place centrale il fut abordé par deux personnes (de sexe non identifiable sous leur combinaison), l’une l’attrapa par derrière et par les épaules en le secouant vigoureusement tandis que l’autre lui mettait son pied nu près du visage ; voyant arriver cette tentative d’attentat pédestre il saisit vigoureusement le pied pour le repousser avec frénésie…
Haletant, en sueur, il entendit la fin de la phrase de sa compagne qui le secouait vaillamment en le tirant de son sommeil
- … arrête de t’agiter, de chouiner et surtout lâche moi le pied, si tu as des envies particulières je ne suis pas contre un démarrage par le bas mais avec plus de douceur…
L’esprit cotonneux et un peu contrit de ce réveil malmené, il se fit la réflexion suivante :
- cette Covid-19 nous a volé le temps du confinement, nous a isolé socialement, nous a amputé affectivement, nous plonge dans des difficultés économiques menaçantes et voilà qu’elle vient envahir notre subconscient en phagocytant nos rêves ; le temps des envahisseurs se profile, celui de la résistance va suivre…



Bonne lecture

Gigi Paix

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
3002 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
29 octobre
  Publié: 19 sept à 14:48 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Gigi,

A ce "rythme trithérapique", enrubannés de la tête aux pieds, nous n'aurons plus rien à envier au "bonhomme Michelin" ! La génération des "Bibendum" est prête à se lever et partir sur les routes...ou pas !

Merci pour cette lecture qui je l'espère s'arrêtera à la fiction...



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Gigi Paix
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
79 commentaires
Membre depuis
13 mai 2018
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 20 sept à 05:55 Citer     Aller en bas de page

Merci Mawringhe pour ce commentaire ainsi qu'aux lecteurs qui se sont arrêtés sur la nouvelle.
L'allusion à bibendum est esthétiquement amusante
Gageons que tout ceci restera du domaine de la fiction: élucubrer pour chasser les menaces...
Poétiquement

Gigi

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 135
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0262] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.