Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 321
Invisible : 0
Total : 323
· Lipstick Cindy · Poésidon
12944 membres inscrits

Montréal: 20 nov 21:41:17
Paris: 21 nov 03:41:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Homo Faber Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Catwoman

Administratrice


« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
424 poèmes Liste
8138 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
15 novembre
  Publié: 28 sept 2016 à 12:32
Modifié:  28 sept 2016 à 12:57 par Emme
Citer     Aller en bas de page


J'étais en construction
Fredonnais des refrains
Faible constitution
Qu'avais-je donc enfreint ?

Qui croit qu'il n'est pas bon
De braver l'interdit
Je sais, c'est un peu con
De chercher l'inédit

Certes trop cramponnée
Je suis égratignée
Quelle fatalité
De sembler amochée

Y'a qu'à laisser passer
Le tremblement de taire
Caractère trempé
De la Veuve Couderc

Ubi est Orbi
J'en reste tout ébahie
De l'ébauche de vie
En hutte de survie

Mais que répond l'écho ?
Des spasmes du sanglot
Au rythme d'un yoyo
L'attirail crie mélo

Outré château de cartes
Abstrait dans les nuages
Les chœurs de moi s'écartent
Sur barreaux de la cage

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
4935 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 29 sept 2016 à 04:51 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci CAT,
moi aussi j'aime bien te lire.
d'autant que ça aussi je le ressens.

Mais que répond l'écho ?
Des spasmes du sanglot
Au rythme d'un yoyo
L'attirail crie mélo


oh je n'oserais pas en dire autant
merci, serait-ce suffisant ?
SAM

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
12853 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
20 novembre
  Publié: 29 sept 2016 à 11:19 Citer     Aller en bas de page

heureux de te lire de nouveau
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Ale

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
1174 commentaires
Membre depuis
23 juillet 2015
Dernière connexion
18 novembre
  Publié: 30 sept 2016 à 01:36 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Cat,

Je trouve ton poème très élégant à l'image de ces vers : "Y'a qu'à laisser passer
Le tremblement de taire". J'aime beaucoup.



Alexandre

 
RiagalenArtem


"Vivre éternellement serait aussi difficile-me semble-t-il-que dormir toute la vie" эт&#
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
2763 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
11 novembre
  Publié: 1er oct 2016 à 12:48 Citer     Aller en bas de page

Souligner l'élégance de l'écrit sous lequel se "lisent" tant de choses, indeed..ms l'homo n'est pas vrmt sapiens et s'il possède des "outils", il n'en fait pas forcément bon usage. J'y vois une allusion à l'oeuvre d'Hannah Arendt btw... Et ces petites pointes imagées de désillusions "nonchalantes" parce que ça a plus de panache ^^, en sous-marin...ça, j'aime aussi : -).
"J'étais en construction
Fredonnais des refrains
Faible constitution
Qu'avais-je donc enfreint ?

Qui croit qu'il n'est pas bon
De braver l'interdit
Je sais, c'est un peu con
De chercher l'inédit..." Là oui, y a pas d'pardon. Jade-erre !

Kussen...
U're Joulik...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Cedoit être un four invisible." Gustave Flaubert
THOMAS Cet utilisateur est un membre privilège


Ne crains pas d'être ignoré, mais d'être ignorant.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
154 poèmes Liste
2756 commentaires
Membre depuis
1er juin 2007
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 15 juin à 03:36 Citer     Aller en bas de page

N'y aurait-il pas un peu de déformation professionnelle dans cette approche poétique ?

En tous cas, j'ai beaucoup aimé.

Mes amitiés

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 426
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0388] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.