Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 25
· marchepascal
Équipe de gestion
· Adamantine
13171 membres inscrits

Montréal: 3 juin 04:59:16
Paris: 3 juin 10:59:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Il y a dans la maison... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 11 oct 2016 à 16:40
Modifié:  15 oct 2016 à 15:51 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Il y a dans la maison...

Il y a dans la maison
Un endroit où le silence
Régnerait à jamais
Sauf à s'y rendre
En clandestin
Hors de l'atteinte des autres
Pour retrouver le parfum suranné
Des souvenirs d'antan,
Rêves multipliés
Enfermés depuis longtemps
N'attendant
Qu'à vous assaillir
De leurs présences.

J'ai rouvert ce passage
Et sur une rive familière
Je suis resté là aux marches
De ce qui fut pour moi
Un royaume que je croyais mort,
Car il y a dans mon cœur
Un chemin sans impasse
Mais d'accès moins facile
Où s'y cachent également,
Défiant le temps
Les aires de douceur
D'un passé ombrageux.

Peut-être ont-elles
Perdues de leurs éclats
Trop exposées
À nos regards incrédules.
Mais qui viendra y faire
L'inventaire si ce n'est toi,
Sinon à être tenté
De rester ou de disparaître
Dans ce grenier.





















  Poésie, la vie entière
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12255 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 oct 2016 à 01:59 Citer     Aller en bas de page

Je devine un grenier lourd de souvenirs et de non-dits JEAN-LOUIS, le genre de grenier qu'on trimballe tte sa vie

Encore une belle plume que tu nous offres-là, merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 12 oct 2016 à 02:40 Citer     Aller en bas de page


Une écriture simple, belle... J'aime

Je crois qu'il faut sauvegarder le meilleur de notre enfance ...

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 12 oct 2016 à 04:50 Citer     Aller en bas de page

Bonjour JL

Parait que ds les greniers on y trouve parfois des trésors d'un passé ...et tant de souvenirs enfouis !
Ne reste pas au seuil même si tu dois en ressortir avec un peu de poussière !
Belle façon de nous l'ouvrir ....j'aime

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 12 oct 2016 à 11:40 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Je devine un grenier lourd de souvenirs et de non-dits JEAN-LOUIS, le genre de grenier qu'on trimballe tte sa vie

Encore une belle plume que tu nous offres-là, merci à toi



Bonjour,
Tu as raison Isabelle et je te remercie pour tes mots doux.
Amitiés

Citation de Sidonie
Une écriture simple, belle... J'aime

Je crois qu'il faut sauvegarder le meilleur de notre enfance ...



Bonjour,
Merci pour votre impression à la lecture de ce poème. Le grenier est le lieu de tous nos souvenirs et le refuge ulltime de nos sentiments
Amicalement

Citation de Pieds-enVERS
Parait que ds les greniers on y trouve parfois des trésors d'un passé ...et tant de souvenirs enfouis !
Ne reste pas au seuil même si tu dois en ressortir avec un peu de poussière !
Belle façon de nous l'ouvrir ....j'aime



Bonjour,
On resterait tenté souvent de ne pas l'ouvrir. Que nous réserve-t-il ? Merci beaucoup pour ces mots d'encouragement.
Amicalement













  Poésie, la vie entière
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
22885 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 12 oct 2016 à 14:37 Citer     Aller en bas de page

Belle émotion, que ce soit dans nos greniers ou dans nos caves, surtout ceux et celles de nos ancêtres, il y a des richesses, des valeurs sentimentales. Des panières d'osier ou de vieux bois, des chiffons des lettres de nos aïeux, des outils, des poupées, de vieux ours etc...Et tout ceci nous laissent songeurs.
Bises amicales ODE 31 - 17
J'en ai souvent de la nostalgie

  OM
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14074 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
3 juin
  Publié: 12 oct 2016 à 16:40 Citer     Aller en bas de page

J'aime

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 13 oct 2016 à 07:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Belle émotion, que ce soit dans nos greniers ou dans nos caves, surtout ceux et celles de nos ancêtres, il y a des richesses, des valeurs sentimentales. Des panières d'osier ou de vieux bois, des chiffons des lettres de nos aïeux, des outils, des poupées, de vieux ours etc...Et tout ceci nous laissent songeurs.
Bises amicales ODE 31 - 17
J'en ai souvent de la nostalgie



Bonjour,
Dans ce grenier on y trouvera de tout même de vieux sentiments que l'on croyait oublié;
Merci pour ton commentaire
Amicalement

Citation de Adamentine
Auteur : Adamantine :: Posté : 2016-10-12 16:40:14
J'aime


Merci Adamentine

Citation de Lilania
Je vous ai suivi et j'ai aimé,
plus particulièrement la seconde strophe
Merci pour ce joli moment de lecture Ulm
A bientôt..
Bonne soirée

Lil"



Bonjour,
Lilania je vous remercie de m'avoir laissé votre sentiment
Amitiés

Citation de Tristanic
Bonjour Jean-Louis,

Les souvenirs au grenier.... et les illusions... à la cave !

Certaines portes grincent comme de l'arthrose, mais les tiennes sont humainement huilées....

Amitiés



Bonjour Léo,
Ces portes que l'on a du mal à ouvrir, il faudrait les laisser toujours entrebaîllées.
Amitiés





  Poésie, la vie entière
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
5477 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 13 oct 2016 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

Tes mots me touchent, les vides grenier sont à la monde, et quand je m'y balade, jet ne peux m'empêcher de me faire un petit film en regardant certains objets, la nostalgie me guette souvent.

Amitiés poétiques

Yvon

  YD
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 14 oct 2016 à 03:25 Citer     Aller en bas de page

Citation de Y.D
Tes mots me touchent, les vides grenier sont à la mode, et quand je m'y balade, je ne peux m'empêcher de me faire un petit film en regardant certains objets, la nostalgie me guette souvent.

Amitiés poétiques

Yvon



Bonjour Yvon

Je ne sais pas s'il faut vider son grenier mais c'est sûr qu'il est bon d'y faire parfois le tri......
Amitiés

  Poésie, la vie entière
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 14 oct 2016 à 13:25 Citer     Aller en bas de page

Un beau poème tout en discrétion où j'entends les voix de Jacottet et Tardieu ces poètes de l'intimisme

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 15 oct 2016 à 02:33 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Merci pour avoir aimé cet écrit métaphorique. C'est bien trop que de vous faire penser à ces poètes. Je ne connais pas Jean Tardieu (je veux dire que je n'ai jamais rien lu de lui...)
Amicalement

  Poésie, la vie entière
banniange

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
410 commentaires
Membre depuis
6 mars 2016
Dernière connexion
25 juillet 2019
  Publié: 15 oct 2016 à 09:19
Modifié:  15 oct 2016 à 09:21 par banniange
Citer     Aller en bas de page

Je vous en envoie deux de Tardieu :

La Cite Souterraine


Les mains en avant à travers la nuit

Nous sommes tous descendus dans une cité souterraine

qui n'en finit pas de s'étendre

et nous nous cherchons les uns les autres

à tâtons sans jamais nous retrouver.

Parfois à la lueur faible qui tombe d'en haut
nous apercevons une trace

une image détruite

un écrit presque illisible une empreinte de pas

et le cœur soudain rempli d'une joie enfantine

nous nous dirigeons de ce côté croyant comprendre le

message mais notre espérance est toujours déçue.

Pourtant ceux que nous cherchons dans cette ville,

c'est eux qui nous avaient promis

de ne jamais nous abandonner :

ils nous avaient comblé les mains et la mémoire

de glorieux vestiges

de tous les dons qui ne s'achètent pas...

Nous avons tout gardé nous sommes fidèles

mais les parjures nous ont trahis

ils nous ont égarés dans le labyrinthe

sans nous laisser le plan ni le trajet ni la clé.

Ici où nous tournons sur nous-mêmes sans fin

la poussière a recouvert nos trésors plus rien ne brille.

C'est à peine bientôt si nous saurons

nous souvenir des promontoires

d'où l'on embrassait d'un seul coup d'œil

les mers les forêts les collines avec leurs villages,

où tout le monde se retrouvait dans le bruyant cortège

le long des routes bondées de charrois

et dans les rues illuminées

pleines de cris d'enfants.





Diurne


Est-ce que tu dors ?

Est-ce que tu t'éveilleras un jour?

Ni veille ni rêve : cela est.

Des enfants jouent

Un éclat sur une vitre
Un ronflement d'avion
Le sol résonne
Je marche à grands pas

Fraîcheur sur les yeux

Je tiens
J'éprouve
Je sais à qui parler
Tout répond

Foisonnement. (Oublie!
N'oublie pas!
Oublie!
N'oublie pas!)

Un coup de frein

Un nuage passe

et tout change de couleur.

Surprise sans fin

Horizons qui n'en finissent pas de se déplier

II y a toujours quelque chose plus loin.

Ce qui murmure hors de moi en moi-même

est comparable au fleuve

qui traverse tout sans se mélanger à rien

Ma vie, je t'ai cherchée toute ma vie tu as pris les plus beaux visages mais je n'entends que la voix.
Au bord de quelle nuit te trouverai-je?



A bientôt

 
antonio35


« Quand je ferme les yeux, c’est pour mieux ouvrir les cieux. » grand corps malade
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
322 commentaires
Membre depuis
30 octobre 2011
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 15 oct 2016 à 12:04 Citer     Aller en bas de page

Pour moi, le grenier est surtout un endroit hors du temps.
Un lieu où la vie s'est arrêté, l'espace d'un instant,
Un lieu où fleurissent les découvertes et les souvenirs.

J'ai beaucoup apprécié ce poème

Antoine

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 15 oct 2016 à 13:06 Citer     Aller en bas de page

Citation de antonio35
Pour moi, le grenier est surtout un endroit hors du temps.
Un lieu où la vie s'est arrêté, l'espace d'un instant,
Un lieu où fleurissent les découvertes et les souvenirs.

J'ai beaucoup apprécié ce poème

Antoine



Bonjour,
Merci Antoine . Votre commentaire est si vrai; découvertes et souvenirs ravivent les sentiments.
Amicalement au plaisir de vous lire

  Poésie, la vie entière
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 15 oct 2016 à 15:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de banniange
Je vous en envoie deux de Tardieu :

La Cite Souterraine


Les mains en avant à travers la nuit

Nous sommes tous descendus dans une cité souterraine

qui n'en finit pas de s'étendre

et nous nous cherchons les uns les autres

à tâtons sans jamais nous retrouver.

Parfois à la lueur faible qui tombe d'en haut
nous apercevons une trace

une image détruite

un écrit presque illisible une empreinte de pas

et le cœur soudain rempli d'une joie enfantine

nous nous dirigeons de ce côté croyant comprendre le

message mais notre espérance est toujours déçue.

Pourtant ceux que nous cherchons dans cette ville,

c'est eux qui nous avaient promis

de ne jamais nous abandonner :

ils nous avaient comblé les mains et la mémoire

de glorieux vestiges

de tous les dons qui ne s'achètent pas...

Nous avons tout gardé nous sommes fidèles

mais les parjures nous ont trahis

ils nous ont égarés dans le labyrinthe

sans nous laisser le plan ni le trajet ni la clé.

Ici où nous tournons sur nous-mêmes sans fin

la poussière a recouvert nos trésors plus rien ne brille.

C'est à peine bientôt si nous saurons

nous souvenir des promontoires

d'où l'on embrassait d'un seul coup d'œil

les mers les forêts les collines avec leurs villages,

où tout le monde se retrouvait dans le bruyant cortège

le long des routes bondées de charrois

et dans les rues illuminées

pleines de cris d'enfants.





Diurne


Est-ce que tu dors ?

Est-ce que tu t'éveilleras un jour?

Ni veille ni rêve : cela est.

Des enfants jouent

Un éclat sur une vitre
Un ronflement d'avion
Le sol résonne
Je marche à grands pas

Fraîcheur sur les yeux

Je tiens
J'éprouve
Je sais à qui parler
Tout répond

Foisonnement. (Oublie!
N'oublie pas!
Oublie!
N'oublie pas!)

Un coup de frein

Un nuage passe

et tout change de couleur.

Surprise sans fin

Horizons qui n'en finissent pas de se déplier

II y a toujours quelque chose plus loin.

Ce qui murmure hors de moi en moi-même

est comparable au fleuve

qui traverse tout sans se mélanger à rien

Ma vie, je t'ai cherchée toute ma vie tu as pris les plus beaux visages mais je n'entends que la voix.
Au bord de quelle nuit te trouverai-je?



A bientôt




Bonsoir,

Je vous remercie pour l'envoi de ces deux poèmes de Jean Tardieu.
Je trouve le second " Diurne" particulièrement beau. Il me touche tout simplement.
AMICALEMENT

  Poésie, la vie entière
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
3494 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
25 mai
  Publié: 17 oct 2016 à 18:56 Citer     Aller en bas de page

Un remontée par une échelle ou un escalier ou un fil invisible qui nous mène dans ce pays jamais abandonné de l'enfance...c'est un peu notre ou plutôt nos maisons qui vivent en nous, un jardin secret, une malle qui s'ouvre sur des trésors et des fractures aussi...je pense à la citation d'A.Fournier dans le Grand Meaulnes...
Du très beau qui me touche, Jean-Louis...Spasibo !
Amitiés...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 18 oct 2016 à 03:18 Citer     Aller en bas de page

Citation de RiagalenArtem
Un remontée par une échelle ou un escalier ou un fil invisible qui nous mène dans ce pays jamais abandonné de l'enfance...c'est un peu notre ou plutôt nos maisons qui vivent en nous, un jardin secret, une malle qui s'ouvre sur des trésors et des fractures aussi...je pense à la citation d'A.Fournier dans le Grand Meaulnes...
Du très beau qui me touche, Jean-Louis...Spasibo !
Amitiés...



Bonjour,
Merci pour cette belle dédicace. Tu me rappelles à juste titre le roman Le Grand Maulnes , à ses va et vient du rêve à la réalité, à ses intrusions dans le domaine de l'enfance ( a partir de l'adolescence qui disparaît peu à peu) . C'est un roman, le seul dans ce cas là, que je relis régulièrement.
Amitiés

  Poésie, la vie entière
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
2957 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 19 oct 2016 à 07:26
Modifié:  19 oct 2016 à 07:27 par Cidnos
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Jean-Louis

J'ai lu de l'éloquence dans tes mots pour décrire ses souvenirs et les partager avec elle.
Celle qui te suit toujours dans ta poésie ... enfin je pense
Merci pour cet agréable moment de lecture.

Bonne journée
Christophe

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 19 oct 2016 à 11:22 Citer     Aller en bas de page

Citation de Cidnos
Bonjour Jean-Louis

J'ai lu de l'éloquence dans tes mots pour décrire ses souvenirs et les partager avec elle.
Celle qui te suit toujours dans ta poésie ... enfin je pense
Merci pour cet agréable moment de lecture.

Bonne journée
Christophe



Bonjour Christophe,
Merci pour ton commentaire. En urgence faire un inventaire puis jeter tout ce qui vous entrave.
amitiés

  Poésie, la vie entière
Danalore

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
61 poèmes Liste
592 commentaires
Membre depuis
15 mai 2016
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 19 oct 2016 à 15:31 Citer     Aller en bas de page

Un air nostalgique, doux, flotte en ce grenier
Le humer, j'ai apprécié

 
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1096
Réponses: 28
Réponses uniques: 15
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

L'amour en balance (Amour)
Auteur : Jean-Louis
Slam régional (Autres)
Auteur : Y.D
(Autres)
Auteur :
Les hommes (Loufoques)
Auteur : Claire de lune
L'objet des des lits (Loufoques)
Auteur : Y.D
Le jardin désolé (conte) (Autres)
Auteur : josette
complètement fauchée (Autres)
Auteur : rimarien
J'ai tapé dans le mille... (Amitié)
Auteur : pyc
Le petit pont de fer (Autres)
Auteur : Y.D
Impasses des nostalgies... (Autres)
Auteur : pyc
Leçon d'amour (Collectifs)
Auteur : Galatea belga
Madri-gal ? (Loufoques)
Auteur : Galatea belga
(Autres)
Auteur :
Le sourire de notre vie (Amour)
Auteur : ladysatin
Bleuets et coquelicots (Autres)
Auteur : ode3117

 

 
Cette page a été générée en [0,0766] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.