Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 34
13128 membres inscrits

Montréal: 19 févr 22:43:19
Paris: 20 févr 04:43:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Ton ventre s’arrondissait... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
31 octobre 2019
  Publié: 13 avr 2009 à 14:23 Citer     Aller en bas de page


Il y avait ce pays… sauvage… aride… oublié…
Chaque été, la marche qui terminait le long voyage
Nous menait à ce presque désert

Submergés de paix, de désirs, d’envies,
Libérés, nous parcourions des jours sans heures…

Dans la lueur du soir
Nous regardions la mer jusqu’à la dernière vague
Nous écoutions le dernier oiseau regagner son nid
Nous entendions les troupeaux rentrer derrière la nuit…

L’amour se nouait à travers le ciel, les collines, les oliviers
Et puis… le bonheur qui fait peur…
Au point de pauvre vie poignardée par le temps…

Laurent arrondissait déjà ton ventre…
Pourtant je ne voulais pas m’étouffer d’avenir
Par la folle faim de l’avant…
Laurent arrondissait ton ventre
Et je le voyais déjà danser une ronde…

Moi je tournais la tête pour le suivre des yeux
Et le monde tournait à creuser mes joues…

Dans la lueur du soir
Nous regardions la mer
Jusqu’à la dernière vague
Et ton ventre s'arrondissait...




 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
311 poèmes Liste
17991 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
18 février
  Publié: 13 avr 2009 à 14:29 Citer     Aller en bas de page

"Laurent arrondissait déjà ton ventre…
Pourtant je ne voulais pas m’étouffer d’avenir "

Intéressante introspection paternel Serge.
L'avenir peut etre étouffant mais apparemment tu as gardé d"hier le meilleur pour le voir venir

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Fleur Du Vent

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
2630 commentaires
Membre depuis
2 février 2006
Dernière connexion
17 juin 2018
  Publié: 13 avr 2009 à 16:00 Citer     Aller en bas de page

Les hommes sont toujours trop pudique à parler de paternité...
Amicalement
katia

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20740 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
15 septembre 2019
  Publié: 19 avr 2009 à 04:13 Citer     Aller en bas de page

Un texte sauvage, venu des profondeurs d'une terre d'origine... J'aime...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016
  Publié: 27 avr 2009 à 17:51 Citer     Aller en bas de page

le sauvage de tes mots et la douceur des images peignent de beaux paysages haut en couleur!!

bravo

amitié
angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
Grga Pitic


"favoriser l'erreur et l'illusion, pour l'amour de la vie" Nietzsche
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
82 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2007
Dernière connexion
20 mai 2011
  Publié: 3 mai 2009 à 08:36 Citer     Aller en bas de page

"Moi je tournais la tête pour le suivre des yeux"

Ton texte est pur comme un ventre de femme.
Un beau crépuscule de la gestation où l'attente semble sereine.

merci pour ce morceau de paternité partagé et qui fait envie,

Grga

  "tout ce qui est utile est laid" T.Gautier
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 810
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0378] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.