Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 223
Invisible : 0
Total : 225
· Fried
Équipe de gestion
· Maschoune
13177 membres inscrits

Montréal: 26 août 01:16:05
Paris: 26 août 07:16:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Défense d'entrer ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 15 nov 2016 à 08:51
Modifié:  15 nov 2016 à 10:01 par FeudB
Citer     Aller en bas de page

Qui a frappé à mes fenêtres ?
Qui s’est permis de violer le sanctuaire de mes mille et une vies ?
Refuge à ne pas profaner sous peine d’être assassiné.
 
 
Ici tout parle de carnage, les objets ont une mémoire ;
Pour qui les convoite ou les casse, la peine est plus que redoutable.
 
 
Pendues aux poutres du plafond, toutes les têtes que j’ai coupées ont un rictus de coupable, veux-tu rejoindre ces imposteurs, ces violeurs d'âmes et de cœurs ?
 
 
Voleurs de chairs et cannibales, voleurs du fruit de mes errances, ils ont pénétré dans mon antre et mérité la malemort.
 
 
Les rideaux sont toujours tirés, je vis dans une pièce immense, les murs sont des mosaïques, ornés de masques énigmatiques, de sulfures et d’objets sacrés.
 
 
Tu es dans la Maison des Spectres, les âmes mortes seules ont le droit de se vautrer dans les sofas et de s’inviter à ma table, de boire le vin le plus pur, sang des grenats cueillis au ciel, de mordre dans le pain de soleil, de s’amuser et de danser...
Mes amis ont le pied léger.

Mes compagnons sont admirables ; ils sont francs, fiables et fidèles, ils ne détruisent pas mes cercles, ils sont délicats et discrets.
Ils comprennent sans explications, ils n'ont pas peur de mes démons.
 
 
Toi qui as trahi ma confiance en venant troubler les eaux blanches d'un monde au-delà de la chair, d'un univers incandescent qui sera à jamais fermé à la bêtise, à l'arrogance, ta fausseté fut démasquée.
Tu n'es pas plus qu'une tache d'encre sur une page déchirée.
 
On ne joue pas avec le feu, on ne réchauffe pas la glace, celui qui est Maître des Âmes veille sur toutes les destinées, son île est un point invisible, son fief est le mien désormais.






Riagal -
 

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15545 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
25 août
  Publié: 15 nov 2016 à 10:20 Citer     Aller en bas de page

magnifique construction
un très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Le Poète Masqué


Bonjour/bonsoir chers amis. Merci de votre présence sur mon profil !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
3443 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2012
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 15 nov 2016 à 11:53
Modifié:  15 nov 2016 à 11:54 par Le Poète Masqué
Citer     Aller en bas de page

Bonjour grand Riagal,

Un poème impressionnant !
Ça fait peur...

J'attendrai d'être mort avant de pénétrer en cet endroit,
suivant les avertissements très clairs du Maître des lieux !

J'ai beaucoup apprécié cet aspect un peu effrayant...

Ce lieu étrange semble être propice à la fête, après la mort. On peut s'y vautrer dans les sofas et goûter aux vins les plus exquis...

Un poème qui invite à un respect total des lieux, avec des menaces de mort proférées à l'égard de quiconque y pénétrerait avant d'avoir atteint l'état requis, c'est-à-dire celui de Spectre...



  Vous pouvez prendre connaissance de mon système de versification, si vous le souhaitez (système personnel qui s'écarte des règles purement classiques).
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
99 poèmes Liste
5009 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
23 août
  Publié: 15 nov 2016 à 15:39 Citer     Aller en bas de page

J'aime cet atmosphère et ce ton. Me ramène étrangement un "Champagne" Higelinesque. J'en grelotte encore

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Maria Magdalena.


Aime la poésie, le ciel t'aidera...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
58 poèmes Liste
662 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2016
Dernière connexion
9 mars 2017
  Publié: 15 nov 2016 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir RA (et oui c'est moi) sourire

Atmosphère inquiétante

ça percute

ça dérange


ça fait peur et à la fois on a l'impression de dominer quelque chose


Merci du partage

Amitiés poétiques

 
Pichardin
Impossible d'afficher l'image
Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
351 poèmes Liste
3645 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
25 août
  Publié: 16 nov 2016 à 02:26 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riagalen,
une atmosphère lugubre que j'ai beaucoup aimé.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 17 nov 2016 à 04:32 Citer     Aller en bas de page

Citation de mido ben
magnifique construction
un très beau texte


Merci Mido, c'est gentil d'être entré mais toi tu n'as rien à craindre...: -)

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 17 nov 2016 à 04:46
Modifié:  17 nov 2016 à 08:11 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de ][/citation
[citation=Le Poète Masqué]Bonjour grand Riagal,

Un poème impressionnant !Bonjour grand Riagal,

Un poème impressionnant !
Ça fait peur...

J'attendrai d'être mort avant de pénétrer en cet endroit,
suivant les avertissements très clairs du Maître des lieux !

J'ai beaucoup apprécié cet aspect un peu effrayant...

Ce lieu étrange semble être propice à la fête, après la mort. On peut s'y vautrer dans les sofas et goûter aux vins les plus exquis...

Un poème qui invite à un respect total des lieux, avec des menaces de mort proférées à l'égard de quiconque y pénétrerait avant d'avoir atteint l'état requis, c'est-à-dire celui de Spectre...






Bonjon LPM, pourquoi avoir peur ? En fait, par ce p'tit écrit, j'avais plutôt voulu laisser entendre que la frontière vie/mort était assez floue. Là en ce moment, suis-je vivant ou déjà dans une autre dimension qui n'est pas forcément une fin ? Et dans le brouillard de ma cité médiévale, tout se prête à ce sentiment d'étrangeté...d'être là sans y être et à des remises en question de ce qui est "certitude"...Je sais, c'est un peu fou mais dans mon "château", vrai que mes amis sont les bienvenus...; -) avant d'être des spectres, heureusement pour eux ^^. Quoique...j'aime bien mes fantômes...
L'avertissement ne concerne que la bêtise sous ttes ses formes, l'intrusion maléfique, l'intolérance, la lâcheté....ms on peut y voir pas mal d'autre choses...et c'est d'actualité. Il suffit de regarder autour de nous.
Merci de la lecture : -)

Citation de Lacase
J'aime cet atmosphère et ce ton. Me ramène étrangement un "Champagne" Higelinesque. J'en grelotte encore


Merci l'Oncle, j'ai fait plus déjanté ^^ ms la référence me plaît.

Amitiés...

Je dois...filer...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 17 nov 2016 à 11:54
Modifié:  17 nov 2016 à 13:43 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

Diantre, il dit antre le bougre
Mais quel antre aie, que d’antre, aille au diable
entre démons et merveilles !
Diantre, j’y entre, moi le pachyderme sans défense
Je me dis : A mon tour d’y voir un peu plus clair dans cet antre:
Je précise que j’y entre avec le pied léger pour ne pas froisser le maître des lieux!
Un hachis wouah wouah ( orthographe incertain merci le co-recteur) gardait tous crocs dehors
l’ immense salle garnie d’ossements !
Nullement effraye un chemin je trouvais qui descendait `a la cave, j’me suis dit :
Pourquoi pas moi !
Un esprit plus que divin y régnait, un Saint Emilion ceint de son auréole de 30 ans d’âge
S’ offrit a mon palais, ben oui on peut être sans domicile fixe et avoir une grande gueule qui habite un palais et gros nez pas laid aussi, d’ ailleurs avant de tourner pale le hachis wouah wouah alias le molosse `a Raga a fini par éructer un truc plein de sagesse du genre :
Qui a bu, aboiera! On a remonte l’escalier à 4 pattes ( meuh non pas l’escalier), pour le hachis W.W ça se conçoit pour ma part ne voulant pas froisser le molosse, j’ ai fait comme lui ou par mimétisme peut-être !
Raga, j’sais bien tout ça n’a rien a voir avec ton propos et ce qui en est sous-jacent mais je voulais juste te faire comprendre pourquoi je suis entre dans ton antre sans la moindre peur!
Dis Raga, à la prochaine dégustation, on pourrait la faire `a l’aveugle, et oh je n’ ai pas dit
a l’ aveuglette hein, je ne voudrais pas froisser le maître des lieux, en tout cas je repars d’ici la tête lourde et le pied léger, je ne voudrais pas froisser plus de papier.
A+ Raga

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
3297 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 août
  Publié: 25 nov 2016 à 08:07
Modifié:  25 nov 2016 à 08:21 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Maria Magdalena.
Bonsoir RA (et oui c'est moi) sourire

Atmosphère inquiétante

ça percute

ça dérange


ça fait peur et à la fois on a l'impression de dominer quelque chose


Merci du partage

Amitiés poétiques


T'as encore changé de nom ? ^^ Je te reconnaîtrai toujours de tte manière (il n'y a que toi qui m'appelles RA)...Déranger ? J'espère, percuter ? Idem...Dominer ? L'invisble qui ne se nomme pas, peutêtre...Merci pour ta présence d'aurore ; -)


Citation de ][/citation
[citation=Pichardin]Bonjour Riagalen,
une atmosphère lugubre que j'ai beaucoup aimé.
Amicalement
Pichardin


Merci Pichardin, c'est sympa d'être venu malgré l'absence de lumière. J'avais éteint pour cause d'absence ; -).
Amitiés : -)



Citation de rimarien
Diantre, il dit antre le bougre
Mais quel antre aie, que d’antre, aille au diable
entre démons et merveilles !
Diantre, j’y entre, moi le pachyderme sans défense
Je me dis : A mon tour d’y voir un peu plus clair dans cet antre:
Je précise que j’y entre avec le pied léger pour ne pas froisser le maître des lieux!
Un hachis wouah wouah ( orthographe incertain merci le co-recteur) gardait tous crocs dehors
l’ immense salle garnie d’ossements !
Nullement effraye un chemin je trouvais qui descendait `a la cave, j’me suis dit :
Pourquoi pas moi !
Un esprit plus que divin y régnait, un Saint Emilion ceint de son auréole de 30 ans d’âge
S’ offrit a mon palais, ben oui on peut être sans domicile fixe et avoir une grande gueule qui habite un palais et gros nez pas laid aussi, d’ ailleurs avant de tourner pale le hachis wouah wouah alias le molosse `a Raga a fini par éructer un truc plein de sagesse du genre :
Qui a bu, aboiera! On a remonte l’escalier à 4 pattes ( meuh non pas l’escalier), pour le hachis W.W ça se conçoit pour ma part ne voulant pas froisser le molosse, j’ ai fait comme lui ou par mimétisme peut-être !
Raga, j’sais bien tout ça n’a rien a voir avec ton propos et ce qui en est sous-jacent mais je voulais juste te faire comprendre pourquoi je suis entre dans ton antre sans la moindre peur!
Dis Raga, à la prochaine dégustation, on pourrait la faire `a l’aveugle, et oh je n’ ai pas dit
a l’ aveuglette hein, je ne voudrais pas froisser le maître des lieux, en tout cas je repars d’ici la tête lourde et le pied léger, je ne voudrais pas froisser plus de papier.
A+ Raga


...Un rêve'nant...! J'suis heureux. L'aboyeur qui n'est pas chien a annoncé ta venue...Sissi, j't'assure; comme dirait la girafe (j'lai gardée pendant ta trop longue absence). ^^. Ma non on s'éloigne pas du sujet, on détruit ces fameux murs qui nous les brisent dans le blizzzard d'un vent cinglant d'un atmosphère d'elle-et-taire. Ici, y'a des frises mais on s'y con-gèle alors tu réchauffes l'atmosphère mon JC.
Les flûtes connaissent la musique et sont prêtes à être remplies mais pour le Saint Emile-Lion, couronné ou pas, je préfère un palotte qui nous donnera des bonnes couleurs, et qui a l'avantage d'être fringuant... Vu l'ambiance, ce sera pas du lux.
Un skelette et un nez-lais-faon, ça vous trompe un trump hais-normes-même-en-celui-là n'est pas le bienvenu dans l'antre tu t'en doutes. Pis les rebonds, moi j'aime...surtout les tiens, mais te mets pas en quatre pour autant, le ch'ti wa-wa va va se gondoler, n'est pas cerbère qui voeu.

Là, je me suis carrément bien éloigné du sujet, à tel point que l'objet m'en échappe du coup...C'est de ta faute, j'ai cassé mes vers à vod'cas.
Well, j'attends tes écritures délirantes et devosiennes, tu manques, le say-tue ?
Reviens vite, l'ami !



  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 904
Réponses: 9
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0402] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.