Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 53
Invisible : 1
Total : 58
· Jean-Louis · Aude Doiderose · Mariano-Shing · In Poésie
12909 membres inscrits

Montréal: 24 avr 15:00:10
Paris: 24 avr 21:00:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Harraga Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Bernard


Si quelqu'un te parle avec des flammes réponds-lui avec de l'eau (Souleymane Diamanka)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
86 commentaires
Membre depuis
30 janvier 2015
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 mars à 09:02 Citer     Aller en bas de page

HARRAGA



Avaient-ils fait le vrai bon choix
Quand leur misère avait la foi
Et quel était le droit chemin
Au bon moment des lendemains
Qui leur chantaient l'exil facile
Très loin des hauts plateaux kabyles ?

« Ô France, Marianne France ! Je crois en toi… »


La mer n'est pas toujours bergère
Pour les agneaux des clans berbères
Avec l'angoisse et la nausée
Des naufragés ankylosés.
Le Ciel les a abandonnés
Quand le radeau s'est retourné.

« Ô France, bien aimée France ! Je viens à toi… »


Ils ont prié pour leur ami
Puis ont nagé jusqu'à Paris
Et là - stupeur ! - pas de cadeau
Pour les chercheurs d'eldorado.
Le bonheur n'est pas dans l'après
Des certitudes immigrées.

« Ô France, cruelle France ! J'ai peur de toi… »


Le désespoir est interdit
Quand il survit aux incendies
Et pour l'envol des illusions,
Les droits de l'homme ont des avions.

Pour leur courage ostracisé
Par les quotas autorisés,
Pour tous ces rêves humiliés,
L'apocalypse est planifiée.

« Ô France, fragile France ! Je pense à toi… »

  Bernard M.
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
201 poèmes Liste
11807 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 6 mars à 10:22 Citer     Aller en bas de page

superbe ecris
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège


L’homme n’est qu’une fleur de l’air tenue par la terre, maudite par les astres, respirée par la mort
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
31 poèmes Liste
94 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 6 mars à 11:32 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Bernard, je trouve votre poème absolument magnifique...

Merci de ce partage

Pierre-Emmanuel

  Pierre-Emmanuel
Varh
Impossible d'afficher l'image
la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
714 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 6 mars à 12:30 Citer     Aller en bas de page

L'Eldorado n'est jamais facile à atteindre et souvent accompagné de désillusions ...Quitter ses racines et ne pas pouvoir en planter de nouvelles dans un lointain pays est un terrible double constat...
Pourtant Il existe des situations de survie qui obligent à se déraciner ...

Merci pour ce texte ...

Amicalement

v

 
Lucas


Prisonnier du temps, enchaîné à la vie et condamné à mort.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
289 commentaires
Membre depuis
12 février
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 6 mars à 14:26
Modifié:  6 mars à 14:27 par Lucas
Citer     Aller en bas de page

Un sujet délicat. Souvent ce type de projet d'émigration prend l'eau ....
Malheureusement lorsque misère et horreurs de la guerre vous poussent à fuir, on confond trop souvent tourisme et immigration.



 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je suis une partie de nous unique et multiple à la fois (chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
290 poèmes Liste
16995 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 mars à 14:45 Citer     Aller en bas de page

Un texte puissant

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Bernard


Si quelqu'un te parle avec des flammes réponds-lui avec de l'eau (Souleymane Diamanka)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
86 commentaires
Membre depuis
30 janvier 2015
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 8 mars à 06:00 Citer     Aller en bas de page

mido ben, doux18, Varh, Lucas, Bestiole : merci pour vos interventions. Ce texte date un peu mais il reste, hélas, plus que jamais d'actualité.

  Bernard M.
Abdelghani EL MADANI Nouveau membre!


Rien cacher, puisque tout finira par se savoir
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
7 poèmes Liste
64 commentaires
Membre depuis
30 mars
Dernière connexion
24 avril
  Publié: 19 avr à 10:51 Citer     Aller en bas de page


Bien évidement ils ont fait le mouvais choix,

Le bon choix, c’est le fait d’établir ce bel poème et d’avoir soulevé ce genre de tragédie,

Merci infiniment de ma part.

Amicalement,

EL MADANI

  Abdelghani EL MADANI
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 135
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0548] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.