Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 116
Invisible : 0
Total : 116
12901 membres inscrits

Montréal: 22 août 20:44:52
Paris: 23 août 02:44:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le porte-clés Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
zacvarsuite

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
68 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 13 mars à 08:47 Citer     Aller en bas de page

LE PORTE-CLES


Je transporte avec moi un gros trousseau de clés
Qui me fut un beau jour légué par mes parents,
Une sorte de cadeau comme pour un impétrant,
Dont les unes sont simples, les autres compliquées.

Ils me firent ce présent le jour de ma naissance
Ne sachant pas eux-mêmes tout ce qu’il renfermait ;
Ils espéraient sans doute que je m’en servirais
Avec de l’intérêt et, bien sûr, du bon sens.

Quand on est tout petit on ne peut pas comprendre
La nature d’un don, son rôle et l’importance
Que plus tard il prendra ; Aussi, seule l’assistance
De ceux pour qui il compte lui permet de l’apprendre.

Ils s’y sont employés, y ont passé du temps,
M’ont aidé à grandir, à devenir plus fort,
A savoir l’exploiter comme on fait d’un renfort
Et me l’approprier comme d’un moi exaltant.

Ma jeunesse a passé et j’ai beaucoup appris
Après bien des essais, des fautes et des erreurs,
Et ainsi englouti entre les joies, les pleurs
Un bon tiers de ma vie, mais sans avoir compris.

Ces très nombreuses clés qui vont s’accumulant
Ne sont que l’expression de mes capacités,
Dont celle à jamais mince de vivre en société
Tantôt comme assiégé, tantôt comme un uhlan.

Elles sont aussi la joie, moi l’ouvrier sérieux,
Qui construit de ses mains, qui recherche le beau,
Qui aime si souvent jouer avec les mots
Pour qu’ils soient assemblés, sensibles mais furieux.

En plus de soixante ans je n’aurai su trouver
Pour aucune de ces clés l’adéquate serrure,
Celle qui ouvre une porte, une simple échancrure,
Pour aller vers la vie, ou bien la raviver.

Sans doute aurai-je été trop constamment rebelle,
Trop orgueilleux, trop fier, ne sachant me plier,
Considérant peut-être que c’était m’humilier
D’accepter les contraintes rendant ma vie plus belle.

Alors tant pis pour moi, ça devait être ainsi,
Et pour ce qui me reste je devrai assumer
Ma vie remplie de vide qu’au néant je remets.
Qu’il m’épargne tout futur et je lui dis merci.

 
Jean-Louis


J'ai défait la solitude. Il n'y a pas de chevet où je ne puisse m'asseoir. Andrée Chedid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
2863 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 mars à 11:38 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,
Une introspection bien exprimée. On dirait que l'heure des bilans frappent à votre porte.
Amicalement

  Poésie, la vie entière (ex ULM47)
libellules

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
415 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2016
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 13 mars à 11:54 Citer     Aller en bas de page

Votre très beau poème introspectif nous donne aussi à voir celle qui est parfois la plus rebelle ou la plus douloureuse des clés, la clé de la sagesse.

Amitiés

  Libellules
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
236 poèmes Liste
3801 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 mars à 13:04 Citer     Aller en bas de page

cela veut dire que vous n'avez jamais trouvé la clé du bonheur...?

Yvon

  YD
Myo


Le bonheur se trouve comme un myosotis, tout petit, tout gentil dans un coin de la vie...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
144 poèmes Liste
3295 commentaires
Membre depuis
14 juin 2004
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 mars à 13:46 Citer     Aller en bas de page

Certaines portes ne sont fermées qu'en apparence et n'ont nul besoin de clef.
L'erreur que nous faisons souvent ... est de ne pas oser les ouvrir.
Sans doute, comme vous le dites bien, par orgueil, par peur de l'autre, par peur de l'échec.

Une belle allégorie qui donne à réfléchir.

Merci
Myo

 
Lipstick Cindy


L'homosexualité n'est pas une alternative à l'hétérosexualité mais une autre forme d'amour (Nina B).
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
1003 commentaires
Membre depuis
2 mars
Dernière connexion
22 août
  Publié: 13 mars à 20:16 Citer     Aller en bas de page

J'ai apprécié la forme du message venant d'un homme qui a vécu
Dans le trousseau légué par les parents il n'y a pas forcément les bonnes clés et certaines portes qu'ils voudraient voir rester verrouillées ne peuvent s'ouvrir qu'avec un passepartout que l'on se fabrique soi-même

  «Si une femme a du génie, on dit qu’elle est folle. Si un homme est fou, on dit qu’il a du génie. (Louky Bersianik 14.11.1930 - 3.12. 2011 auteure de L’Euguélionne l’un des premiers livres féministes au Québec)
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
1338 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mars à 02:48 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Zacvarsuite

Votre poème me demande encore un peu de lecture ... et il m'a permis de réfléchir sur l'aspect des clefs... Je compléterai ce commentaire ultérieurement.

Merci beaucoup de ce texte... Vous pouvez encore rougir (sourire)

Amicalement

V

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
206 poèmes Liste
12414 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mars à 11:11 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture
amicalement

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Varh


la vie, ce rêve réel qui peut se tranformer en cauchemar en gardant les yeux ouverts; je les ferme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
1338 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2016
Dernière connexion
22 août
  Publié: 14 mars à 16:11 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Zacvarsuite,

Après l'apprentissage de son être profond et l'acceptation de ses réussites comme de ses échecs, le constat de sa vie est certainement proche d'une vérité... et plusieurs portes ont été ouvertes...

Quelques clefs personnelles n'ont pas trouvé de serrure peut-être en raison des choix effectués, leurs portes n'étant pas sur les chemins empruntés mais peut-être aussi que d'autres clefs orphelines ne sont pas destinées au détenteur du trousseau mais qu'il doit les distribuer tout au long de sa vie à leurs réels destinataires...

Merci beaucoup pour ce beau texte...

Mon amitié

V

 
zacvarsuite

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
68 commentaires
Membre depuis
27 février
Dernière connexion
28 avril
  Publié: 15 mars à 04:10 Citer     Aller en bas de page

Jean-Louis, libellules, Y.D., Myo, Lipstick Cindy, Varh, mido ben, Varh,
Quoi répondre à de si gentils et bienveillants commentaires, sinon vous remercier tous.
C'est vrai que les années s'accumulant on a souvent tendance à regarder en arrière, d'autant que ce qu'on traine derrière soi devient de plus en plus lourd. Rassurez-vous j'ai connu aussi de grands bonheurs et n'ai pas vraiment la nostalgie du passé. Les constants ne sont ni tristes ni gais, ce ne sont que des constats, un état des lieux.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 157
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0451] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.